leral.net | S'informer en temps réel

Affaire Karim Wade : La fin du commencement !


Rédigé par leral.net le Samedi 22 Août 2015 à 17:06 | | 17 commentaire(s)|


Nous disions dans une précédente tribune, consacrée à cette affaire Karim Wade, qu’il fallait désespérer de l’humanité si au 21e siècle un régime politique parviendrait à faire condamner un humain par l’application de lois scélérates, et cela sans frais. Ainsi donc, et sans surprise, Macky Sall a décidé de supporter tous les frais pour avoir la tête de Karim Maïssa Wade.
Que la justice sénégalaise soit traînée dans la boue par l’opinion publique nationale et internationale ne le dérange pas, que l’ensemble de ses compatriotes considèrent qu’il a fait condamner Karim Wade pour des raisons politiciennes ne l’émeut pas.
Honteusement, les leaders de l’APR déclarent : « Karim Wade est condamné et le ciel n’est pas tombé ». Ces gens oublient que le ciel n’est pas encore tombé sur la tête des palestiniens, que le ciel n’était pas tombé durant les 2 guerres mondiales. Que ses messieurs se rassurent donc, le ciel ne tombera pas, il n’est jamais tombé. En revanche, ce sont eux qui sont tombés, et bien trop bas même.
Ces messieurs, donc, n’ont pas hésité de traiter de « Machin » la cour de justice de la CEDEAO, de traîner dans la boue le groupe de travail du conseil des droits de l’homme des nations unies ; des officiels sénégalais se sont même permis de traiter de corrompus les membres de ce groupe de travail. A un ami qui s’inquiétait du manque de sérénité des membres du gouvernement caractérisé par leurs déclarations catastrophiques sur les nations unies, je lui disais : perdre sa dignité c’est le prix à payer lorsqu’on veut illégalement priver quelqu’un de sa liberté.
Manifestement, ce régime politique a décidé de troquer son honneur et sa dignité contre la liberté de Karim M. Wade. Tout au long de cette procédure, beaucoup d'entre eux ont été capables de mentir et de faire mentir. N’est ce pas DPW appartenait à Karim Wade ? N’est ce pas Karim Wade avait 99 milliards à Monaco ? N’est ce pas Karim Wade avait 45 milliards à Singapour ? N’est ce pas Karim Wade avait un jet-privé ? Et que sais-je encore ?
Face à ses nombreux mensonges, le peuple sénégalais a fini par se faire une religion sur cette affaire : "Diay DOOLEE", certains diront mascarade judiciaire.
Mais puisque qu’Allah swt reste le meilleur juge (DOU AAY THIAKHANE), Macky et son régime ont eu le contraire de ce qu’ils voulaient. Et l’histoire de l’humanité est jalonnée d’exemples de cette nature. Qu’est ce que le colonisateur n’a-t-il pas fait pour tuer dans l’œuf le mouridisme ? De 1895 à 1927, Cheikh Ahmadou Bamba a été privé de liberté n’empêche la communauté mouride est aujourd’hui l’une des plus importantes communautés religieuses du Sénégal et même de l’Afrique de l’Ouest.
Ainsi, en faisant condamner Karim Wade, Macky a tout perdu, et son honneur et sa dignité d’homme d’Etat. Mais aussi, chose cocasse, la prison a réhabilité Karim Wade. Karim Wade est devenu incontestablement le chouchou de nombreux sénégalais.
Cependant, il ne faudrait surtout pas compter sur Macky Sall pour une éventuelle grâce de Karim Wade. Macky Sall est un manœuvrier, pour ne pas dire un boulanger comme dirait un cousin ivoirien. Il faut être d’une extrême naïveté pour croire que Macky a pris tous les risques pour faire condamner Karim Wade et ensuite le faire gracier.
Mais comme à l’accoutumé, pour davantage endormir son monde, le palais fera sciemment courir les rumeurs de grâce présidentielle, même si il reste évident que Karim Wade n’en a pas besoin.
Macky Sall n’entendra pas raison. Il ne faut se faire aucune illusion.
Macky Sall a un agenda précis, et depuis son accession à la magistrature suprême, il le déroule majestueusement. Seulement, comme dit le vieil adage : « l’homme propose, Dieu dispose ».
Nous disions en juillet 2012, à quelques proches, que dans ses schémas, Macky ne comptait pas se faire réélire par un bon bilan, il voudrait plutôt se faire réélire par faute d’adversaires.
Macky Sall est en train de réunir les conditions pour aucun candidat de grande envergure ne se présente devant lui en 2017.
Et le second point de son agenda s’est l’accaparement de l’espace public. Ce pouvoir n’investit que dans la communication pour le contrôle de l’opinion, avec une démarche bien trop classique : créer un semblant d’unanimité et étouffer toutes les velléités de contestations. Et cela à tout prix.
Pour faire face à ce régime, qui contrôle de puissants supports médiatiques, l’opposition a besoin de mener un combat intelligent. Les déclarations incendiaires ne régleront rien. L’opposition a besoin aujourd’hui de s’inscrire dans une logique de lutte pacifique avec un discours bien articulé, des objectifs clairement définis, des moyens de luttes bien identifiés.
Au 21e siècle, on a besoin ni de pierres ni de pneus pour combattre un régime politique, encore que la majeur partie du peuple a déjà tourné le dos à ce régime.
Les images d’une jeunesse, les mains enchaînées, face à des forces de l’ordre et dix milles fois plus puissantes que celle d’une jeunesse pierre à la main face aux forces de l’ordre. Pour occuper la place TAHRIR et faire chuter Moubarack, les égyptiens n’avaient pas besoin de pierres.

Le PDS doit revoir son discours et ses méthodes de luttes.

Aujourd’hui, l’unique mot doit être le respect de l’avis du groupe de travail des nations unies. Il est évident, que les nations unies ne resteront pas passives à face un pouvoir qui violentent ses populations qui demandent pacifiquement mais publiquement, les mains enchaînées, le respect de l’avis de leur groupe de travail.
Les populations sénégalaises ont le droit de sortir dans la rue pacifiquement pour demander le respect des décisions des nations unies et de ne rentrer chez eux que lorsque le gouvernement du Sénégal respectera sa signature internationale.

Sadikh DIOP
Citoyen sénégalais !






Hebergeur d'image