leral.net | S'informer en temps réel

Affaire Luc Nicolai : après Petit Mbaye, une deuxième victime des folies de l’arène? (La Chronique d'Ahmad)

Le milieu de la lutte est encore secoué par une affaire sombre et justifie tous les soupçons qui pèsent sur lui. En quelques années les cachets ont atteint des sommes faramineuses suscitant ainsi des interrogations de la part de citoyens soucieux d'avoir une opinion claire quant à l'origine de cette manne financière.


Rédigé par leral.net le Mardi 23 Octobre 2012 à 09:32 | | 1 commentaire(s)|

Affaire Luc Nicolai : après Petit Mbaye, une deuxième victime des folies de l’arène? (La Chronique d'Ahmad)
Les lutteurs qui en sont les principaux bénéficiaires, une poignée d'entre eux, ont vite fait de crier à la jalousie de concitoyens à l'encontre de dignes fils de la nation qui ne font récolter le fruit de leur dur labeur aux entrainements.


L’État a laissé jusqu'ici faire. Le CNG a manifesté aussi son incapacité à contrôler un secteur où la Centif a affiché beaucoup de suspicion sans aller au-delà. Aujourd'hui avec cette affaire Luc Nicolai, il est quasiment sur que le promoteur de la petite cote filtrait avec des milieux mafieux. Si ce n'est pas lui, c'est son parrain. Celui qui l'a couvert d'or dont il ne pouvait ignorer l'origine.



L’arène vit au-dessus de ses moyens. Cela tout le monde le savait et le disait. Les cachets ne se justifiaient pas par une évolution maitrisée du milieu et toute l'opacité résidait dans les relations entre promoteurs et sponsors. Rien n'explique qu'une structure rayonnante comme Orange mette des millions annuellement dans ce secteur où la violence est la chose la mieux partagée.



L'entreprise réalise l'un des chiffres d'affaires les plus élevés du pays et n'a pas besoin de la lutte pour être visible. certainement là aussi, les enquêteurs devraient fouiner pour voir quelles relations y a-t-il entre promoteurs et agents de cette société de téléphonie dont la tache revient à attribuer ces marchés.



Du moment que la structure qui gère la lutte ignore tout des relations entre le sponsor et le promoteur, tous les abus sont possibles et rien n'explique que de telles sommes d'argent sortent des caisses de ces sociétés pour aller directement dans la poche de personnes sans même verser un kopeck au trésor public.


Une deuxième affaire qui secoue l’arène après celle de Petit Mbaye obligé de s'exiler pour échapper à la justice après s’être illustré par l'organisation de grandes affiches avec sa structure. Lors de la dernière présidentielle son retour a été brandi mais sans suite.


Luc a bénéficié d'un retour de parquet. ce qui présume de la gravité des faits pour lesquels il est poursuivi. Attendons de savoir ce qu'on lui reproche. quoiqu'il en soit, il sera vu pour le reste de sa vie comme un homme qui a eu à tremper dans des affaires sombres pour s'enrichir.


NewsNord



1.Posté par khadim le 23/10/2012 13:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'affaire de Petit Mbaye n'a rien a voir avec celle de Luc Nicola. Petit a été combattu par l'Etat. Il na fait rien de mafieux. Comparaison n'est pas raison. Journalistes a la con

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image