leral.net | S'informer en temps réel

Affaire des détenus de Guantánamo : Mankeur Ndiaye met les points sur les "i"


Rédigé par leral.net le Jeudi 7 Avril 2016 à 11:53 | | 10 commentaire(s)|

L'affaire des deux détenus de Guantánamo accueillis au Sénégal continue de défrayer la chronique. Cette fois-ci, rebseigne Le Populaire, c'est le ministre des Affaires étrangères qui est sorti de sa réserve pour s'expliquer sur la question. Selon Mankeur Ndiaye, "il y a trop de confusions et d'amalgames dans ce pays où l'on s'échine à inventer, à travestir et à pervertir le sens et la portée de décisions de haute portée diplomatique et humanitaire". "On politise les choses les plus sérieuses pour des motivations inavouées. C'est très grave et très dangereux pour la vie politique nationale, la stabilité et la sécurité des Institutions", s'offusque-t-il avant de poursuivre : "N'importe qui se permet de parler de n'importe quoi. On a entendu des commentaires des plus ridicules aux plus saugrenus. Comment un gouvernement, dont l'engagement dans la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent - et certains thuriféraires ont dit d'ailleurs qu'on en fait un peu trop - donc, comment un tel gouvernement peut-il se permettre d''importer' des terroristes et de porter atteinte à la sécurité et à la tranquillité de ses citoyens ? Et à quelles fins ?".

Pour M. Ndiaye, "il ne s'agit rien d'autre que d'une réinstallation humanitaire dans l'esprit des principes fondamentaux du droit humanitaire international, de la solidarité africaine et islamique. Cet acte posé par le Président Macky Sall honore le Sénégal et est salué par tous les pays épris de paix et de justice et tous les vrais défenseurs des droits de l'homme de par le monde". Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'extérieur dit tenir à "ressasser qu'aucune contrepartie financière ou autre n'a été versée au Sénégal".

"Le gouvernement n'en a réclamé aucune, car il s'agit d'un geste humanitaire en faveur de frères africains dont le pays se trouve dans une situation sécuritaire extrêmement difficile. Ce qui témoigne encore une fois de la grandeur d'âme de M. le président de la République pétri d'humanisme et attaché au droit, à la justice et à la dignité humaine. Ces deux frères libyens ne sont pas en prison au Sénégal. Ils pourront rester vivre au Sénégal ou regagner leur patrie si les conditions le permettent demain et s'ils le souhaitent", précise-t-il.






Hebergeur d'image