leral.net | S'informer en temps réel

Affaire du « Lamantin Beach »: Selon que vous serez puissants ou misérables…

Rédigé le Vendredi 26 Octobre 2012 à 18:00 | | 11 commentaire(s)


Affaire du « Lamantin Beach »: Selon que vous serez puissants ou misérables…
A ce rythme, il n’y aura bientôt plus d’Etat. En tout cas plus d’agents pour le servir. Comme la Révolution qui dévore ses enfants ou Saturne qui, dans la mythologie romaine, de peur qu’un de ses enfants ne lui succède comme la prédiction lui en avait été faite, les mangeait donc à sa naissance, l’Etat sénégalais est en train d’envoyer à la potence tous ses serviteurs. Et bientôt, si ça continue, il ne trouvera personne pour le servir, personne pour le défendre et, surtout, personne pour faire rentrer de l’argent dans ses caisses… qui en ont pourtant bien besoin ! Face à la guérilla urbaine — dire la campagne de terreur serait plus approprié —, à laquelle se sont livrés les « thiantacounes » lundi, les observateurs auront remarqué que les forces de l’ordre n’ont mis aucun zèle à intervenir. Normal, il suffirait qu’elles touchent à un seul cheveu de ces pillards pour que les organisations prétendument de défense des droits de l’homme s’émeuvent… et que les juges les envoient en prison.

Depuis que les commandants de brigades Samba Sarr et Madior Cissé ont été jetés au gnouf comme des malpropres suite à des opérations de maintien de l’ordre au cours desquelles des bavures ont été commises, c’est-à-dire mort d’hommes, depuis que l’ancien commissaire central de Dakar, le divisionnaire Arona Sy, voit l’épée de Damoclès de poursuites judiciaires suspendues au-dessus de sa tête, et depuis surtout qu’il s’est vu privé d’une mission onusienne, eh bien, depuis lors, policiers et gendarmes marchent sur des œufs.

Ils ne veulent plus prendre le moindre risque et ils ont bien raison. Et pourtant, depuis des mois, nous tirons la sonnette d’alarme en disant à l’Etat qu’il était dangereux de mettre ces hommes qui le défendent en prison. Et que, à tout le moins, il doit les défendre. Les autorités avaient préféré se boucher les oreilles ou s’enfouir la tête dans le sable à la manière de l’autruche.

Comme si cela ne suffisait pas, comme si ce n’était pas déjà grave que les forces chargées de défendre l’Etat se croisent les bras, voilà que les agents ayant pour mission de remplir ses caisses risquent à leur tour de laisser passer les fraudeurs et de fermer les yeux sur les agissements des contrebandiers et autres trafiquants internationaux de drogue.

En effet, alors que la clameur entourant l’emprisonnement de policiers et de gendarmes n’est pas encore retombée, voilà que des agents de douane, dont le seul tort est d’avoir mis fin à un trafic de drogue — du moins d’avoir mis la main sur 39 boulettes de cocaïne d’une valeur de 150 millions de francs —, ces gabelous, donc, plutôt que d’être félicités, ont été envoyés en prison. Et ce sous l’accusation d’« extorsion de fonds » et de « complot ». Bigre, à l’évidence, nos gendarmes et nos juges ne rigolent pas. Dans cette histoire, il faudrait plutôt dire que le ridicule ne tue pas…

Car enfin, de quoi s’agit-il ? De la découverte, par des douaniers en service à Mbour, de 39 boulettes de cocaïne. Mais attention, pas n’importe où puisque la drogue en question a été trouvée dans le propre bureau de Bertrand Touly, un richissime homme d’affaires, propriétaire du luxueux hôtel Lamantin Beach, à Mbour et, surtout, fils de Jean du même nom, un homme aussi riche que Crésus. Interpellé, conduit dans les locaux de la brigade des douanes, relâché avant de filer ventre à terre à l’ambassade de France pour y faire une déposition auprès des gendarmes préposés à la sécurité des lieux, repris quelques jours plus tard puis déféré devant le parquet de Mbour qui lui a décerné mandat de dépôt, Bertrand Touly, sentant les carottes cuites, a surtout compris que la meilleure manière de se défendre… c’est d’attaquer !

De fait, il n’a pas cherché loin puisqu’il a tout simplement accusé les douaniers… d’avoir voulu lui extorquer de l’argent. A l’en croire, les gabelous lui auraient réclamé la somme de 100 millions de francs pour prix de leur silence… Il est permis à ce niveau de s’interroger : si ce que l’honorable Touly fils dit est vrai, n’aurait-il pas été plus simple et, surtout, moins risqué pour les douaniers, qui disposaient de cette importante quantité de came, de l’écouler sur le marché pour gagner plus plutôt que de jouer au jeu dangereux consistant à faire chanter un milliardaire fils de milliardaire ?

Lequel compte de très nombreux amis très haut placés dans ce pays… Surtout que, comme le montrent les derniers développements de l’affaire, il y avait d’autres larrons dans le « complot ». Et donc autant de personnes qui devaient se partager le magot de 100 millions. Avouez que le jeu n’en valait pas la chandelle… Surtout, encore une fois, avec le risque encouru.

Toujours est-il que, dans ce dossier, les enquêtes sont manifestement orientées dans une seule direction. Pour dire les choses crûment, elles visent surtout à décharger Touly des faits accablants pesant sur lui.

En effet, saisie par le parquet de Thiès, la section de recherches de la gendarmerie de la même ville, n’a pas tourné autour du pot. Elle a filé tout droit dans la direction indiquée par Touly. Les pandores ont adressé une réquisition à la Sonatel pour lui demander de leur communiquer les relevés des appels téléphoniques passés par les douaniers ayant procédé à la saisie ainsi que ceux émis ou reçus par le promoteur de lutte Luc Nicolaï soupçonné dès le départ par l’hôtelier français d’être le cerveau du «complot » dont il prétend être l’objet.

Or Nicolaï, juste avant que les douaniers fassent irruption dans le bureau de Touly, avait échangé 26 communications téléphoniques avec eux. Vingt-six communications ? Louche ça ! Aussitôt nos braves gendarmes en ont conclu, sur la base d’on ne sait quel raisonnement, qu’il y avait une collusion, donc un complot, entre Luc Nicolaï, promoteur de lutte mais aussi fils adoptif de Jean Touly, père de Bertrand, avec les douaniers. Suffisant pour que ces derniers soient entendus, conduits devant le juge et… placés sous mandat de dépôt sans autre forme de procès.

Or, dans cette affaire, des faits sont constants : de la drogue a bel et bien été découverte dans le bureau de Bertrand Touly et cela, personne ne l’a nié. Que l’enquête de la maréchaussée ait révélé que cette drogue y avait été introduite par deux employés de l’hôtel payés par Luc Nicolaï n’y change rien à l’affaire car aucun élément ne prouve que les douaniers étaient dans un quelconque « deal » avec leur informateur.

Ensuite, Luc lui-même n’a jamais chargé les douaniers même s’il a reconnu être leur informateur. Ses motivations, lui seul peut les expliquer. De là à mettre en prison des douaniers aux états de services exemplaires — en une trentaine d’années de carrière, Mbaye Kébé, le chef de la brigade maritime des douanes de Mbour n’a jamais eu ne serait-ce qu’une demande d’explication —, il y a là manifestement de l’abus. Il y a surtout que les douaniers, comme les gendarmes et les policiers, mais aussi les journalistes, ont besoin d’informateurs pour travailler.

Ces derniers peuvent être des citoyens vertueux désireux de dénoncer une chose injuste et mus par le seul souci de l’intérêt général. Mais il peut s’agir aussi de gens trouvant intérêt dans ce qu’ils dénoncent. L’essentiel c’est, pour celui qui reçoit le renseignement, de le recouper. Il ne se préoccupe pas de savoir ce qui motive son informateur.

Sous tous les cieux, les choses ont toujours fonctionné comme cela. Alors, aujourd’hui, dans le cas de l’affaire de la drogue du « Lamantin Beach » plus précisément, vouloir tenir noise aux douaniers jusqu’à les envoyer en prison pour avoir reçu et exploité une information, c’est tout le système sur la base duquel fonctionnaient les choses jusqu’ici qui risque d’être remis en cause par les braves gendarmes. Et ça, c’est grave…

Certes, Bertrand Touly est richissime, certes, depuis son arrestation, ses amis, qui ne sont pas des manchots, se sont mobilisés pour le sortir de prison. Mais de là à faire orienter l’enquête vers une douteuse affaire d’extorsion de fonds pour obtenir sa libération et maintenir en prison de braves agents de l’Etat, qui alimentent ses caisses en plus, il y a là quelque chose de scandaleux.

Certes, encore une fois, les Touly sont riches mais devrait-on, pour autant, accepter que leur argent détraque le fléau de la balance de la Justice ? Non, évidemment. C’est pourtant ce à quoi on est en train d’assister actuellement. Et l’Etat laisse faire. Comme il a laissé faire dans les affaires des chefs de brigades Madior Cissé et Samba Sarr. Comme il laisse faire dans l’affaire du commissaire Arona Sy. Il ne lui suffit plus de voir ceux qui sont chargés d’assurer sa sécurité, mais aussi celle des populations et de leurs biens, croiser les bras.

A présent voilà qu’il risque de voir les douaniers, principaux contributeurs à son budget, se croiser les bras ou, à tout le moins, faire moins de zèle dans le recouvrement de recettes. Mais bon, peut-être que le jour où nos éminentes autorités ne percevront plus leurs salaires faute d’argent dans le budget de l’Etat… Pour en revenir à nos braves douaniers, méditons donc cette morale de la fable « Les animaux malades de la peste » de La Fontaine : Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir… » Il se trouve qu’en plus, dans le cas d’espèce, que le puissant est blanc et que les misérables, eux, sont des Nègres…


Mamadou Oumar NDIAYE

Le Témoin N° 1102 –Hebdomadaire Sénégalais (OCTOBRE 2012)








1.Posté par err le 26/10/2012 16:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

article tendancieux et pauvre intellectuellement. Quand on a pas un dossier de justice sous les yeux, il faut se garder de porter des jugements hâtifs.Tout ce que je reproche au procureur de thies dans cette affaire, c'est d'avoir traduit luc nicolai et les douaniers en flagrant délit alors que ces faits, pour l'intérêt de la justice et des mis en cause, devaient atterrir devant le juge d'instruction pour une enquête plus sérieuse. En plus, ce procureur aurait du laisser ces douaniers en liberté provisoire.On n'humilie pas ainsi des agents de l'état.Je doute que ce soit le procureur ndoye qui ait réglé ce dossier!

2.Posté par O GAYE le 26/10/2012 16:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

on y un plus claire
ca ressemble a du kou am coudu du laak
ca doit pas passe

3.Posté par Gigi le 26/10/2012 17:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est trop nul. Laissez la justice faire son boulo

4.Posté par nh le 26/10/2012 18:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce journaliste prétend qu'il aurait été plus facile pour les douaniers, s'ils étaient mal intentionnés, de revendre la drogue saisie au lieu de tenter d'extorquer des fonds à touly!Que nenni, monsieur le journaliste!tenter d'écouler de la cocaïne serait bien plus difficile et périlleux pour les douaniers!Ce serait presque du suicide!Essayer d'extorquer est beaucoup plus facile sur ce coup là!

5.Posté par tiop le 26/10/2012 18:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et toi, petit journaliste, qui nous dit qu'il n'ya pas quelqu'un derrière ta plume?

6.Posté par Pluton le 26/10/2012 21:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Article pertinent. MON tu oublies le policier qui a ete tue lors des manif du m23, on a tous vu comment sa tete a ete fracassee a coup de brique, et cela aucun soi disant defenseur des droits de l'homme n'en parle, ou est la justice dans tout cela ? Je plains nos forces de securite...

7.Posté par moussa le 26/10/2012 22:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le metier du journalisme est un art complexe et tres difficile.Quand il est exerce dans les regles de l'art,on peut comparer les ecrits a des lettres en diamant couchees sur une feuille en or massif,ou a cette lettre que le soldat deploye au front vient de recevoir de sa fiancee,et qu'il ne se lasse pas de lire et de relire.Quand tu te referes a la Fontaine et ecrire des idioties pareilles on peut dire que tu as la mentalite d'un enfant du CM1 dans un gabarit d'adulte.Lorsqu'il a compri l'injustice de la bourgeoisie don il est issu, sur le bas peuple,il s'est arme de sa feuille et de son crayon pour mener son combat pour un monde meilleur,merci Jean De L a Fontaine.Ce gouvernement actuel s'est arme de l'un de ses manuscrits qui a pour titre
LE LABOUREUR ET SES ENFANTS .
Desormais celui qui veut de quoi vivre avec decence n'a qu'a descendre sous le soleil et mouiller son cul.Rien ne pourra plus jamais etre comme avant.

8.Posté par walibi le 27/10/2012 02:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

QUI A DIT QUE LUC AVAIT AVOUE ETRE LEUR IMFORMATEUR ET DEPUIS QUAND ON A COMFIRMER 26 COUP DE FILES AUX DOUANIERS AVANT LA PERQUISITION .C EST NOUVEAU CA .VOUS AVEZ TOUS DIS QUE LUC ETAIT AMNESIQUE QU IL NE SAVAIT PLUS CE QU IL AVAIT DIS AU DOUANIER .JE NE SAIT PAS D OU VOUS TENEZ VOS INFOS .IL SE DIT A THIES QUE LES APELS DE LUC AU DOUANIERS SONT APRES LA PERQUISITION .QUI CROIRE EN SACHANT QUE VOUS ETES DE GRANDS MENTEURS ET NE VERIFIER PAS VOS SOURCE S .ILET SI VOUS MEME JUGER LUC AVANT LA JUSTICE VOUS ETES PAREILS .QUAND AU DOUANIERS C EST VRAIS QUE LA L ETAT N A PAS ASSURER A CAUSE DES TOUBAB

9.Posté par Elimane-usa le 27/10/2012 04:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Apres avoir lu cet article, je me rends compte que de toutes les hypotheses, le journaliste n'en a retenu que celles qui l'arrengent. Est-il un divin pour savoir ce qui s'est reellement passe? Ecarte t-il l'hypothese que des hommes de tenue soit coupables? S'il le sont devrait- t-on faire la sourde oreille parce qu'ils assurent notre securite ou font entrer de l'argent dans les coffres de l'Etat. Si tel est le cas, en agents assermentes leur faute serait plus grave. Aux USA, des policers et militaires fautifs ont ete envoyes en prison sans pour autant que ca soit une source de demotivation. Nous osons esperer que ceux qui nous protegent ou occupent certaines positions aient un comportement
plus vertueux et respectent le loi. Cela dit, seule la justice pourra eclaicir le mystere.

10.Posté par Kef le 27/10/2012 12:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pour l'affaire des gendarmes cissé et sarr concernant les tueries de podor, il faut etre vraiment dément pour oser défendre ces gendarmes qui ont canardé une maman qui rentrait paisiblement du marché et des coups de feu qui ne se justifiaient pas avec une dizaine de lycéens qui manifestaient pour le départ de wade, ouvrir le feu sur des adolescents et maintenant Mamadou O Ndiaye qui ose les défendre je me demande quel genre de journaliste est ce monsieur

11.Posté par Je reviens le 29/10/2012 12:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Leral ne doit pas subir les pressions de MON pour enlever nos commentaires.
MON lui meme dit que les douaniers ont interpellé Touly, puis l'ont relaché....Pourquoi ? Comment relacher une peronne trouvée en possession de 39 boulettes de cocaine ?
Je persiste à dire que MON a pondu cet article pour faire plaisir à la hierarchie de la Douane et au Ministere des Finances car il a des "interets publicitaires".
C'est dommage que Le Temoin, un journal de faits divers ne s'interesse pas également au dossier des homosexuels de la presse.
Et aussi aux terrains de Bambilor avec EGBOS !!!!!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

Dans la même rubrique »
< >

Jeudi 11 Septembre 2014 - 07:34 Karim Wade prisonnier de ses mauvaises habitudes



Hebergeur d'image

Hebergeur d'image