leral.net | S'informer en temps réel

Aïda Ndiongue : «Ceux qui parlent de deal n’ont rien compris»

Responsable libérale ayant fait de longs mois en prison pour des faits de détournement de deniers publics, avant d’être blanchie, Aïda Ndiongue refuse pour autant d’être envahie par la rancune à l’endroit des autorités de l’actuel régime et de les considérer comme la source de ses démêlés judiciaires. C’est donc habitée par cet esprit de dépassement et considérant ses déboires comme le coup du destin, que l’ancienne sénatrice libérale a tenu à magnifier le «geste généreux et républicain» du président Macky Sall pour avoir accordé la grâce à Karim Wade.


Rédigé par leral.net le Dimanche 26 Juin 2016 à 01:48 | | 22 commentaire(s)|

Selon Aïda Ndiongue, le locataire du Palais de l’avenue Léopold Sédar Senghor a été «logique et sincère dans sa démarche», en graciant l’ancien ministre de la Coopération conformément à sa promesse. «Le Président Macky Sall avait annoncé qu’il allait faire libérer son jeune frère Karim avant la fin de l’année. Il a précipité les choses pour lui permettre de passer la Korité auprès des siens, c’est une décision formidable qu’il faut magnifier», affirme l’ex-édile des Hlm sous le régime socialiste.

Au moment où une bonne frange de l’opinion rue dans les brancards en criant à un nauséabond deal dans la libération du fils de l’ancien président de la République, Aïda Ndiongue recommande de ne pas verser dans la théorie du complot. «Ceux qui parlent de deal n’ont rien compris. Me Abdoulaye Wade, Karim et le Président Macky Sall ont partagé beaucoup de choses dans la vie. Il est tout à fait normal et naturel, après les péripéties de la vie, que Macky Sall adopte une position pareille vis-à-vis de son jeune frère», soutient l’ancienne sénatrice du Parti démocratique sénégalais (Pds) qui a été le déclic dans le réchauffement des relations entre les caciques du Pds et le Président Macky Sall.

D’autant que, c’est lors de sa visite au domicile de Oumou Salamata Tall (qui avait perdu son fils) pour lui présenter ses condoléances, que le chef de l’Etat avait tressé des lauriers à Aida Ndiongue, en la présentant comme son amie et sa grande-soeur. Karim Wade libéré, Aida Ndiongue demande à Macky Sall de poursuivre la dynamique d’apaisement, en se réconciliant avec «son père» Me Abdoulaye Wade. «C’est mon voeu le plus cher. J’invite mon jeune frère Macky Sall à se retrouver avec le Président Abdoulaye Wade. Je formule ce souhait, parce que mon rôle est de jouer la médiation et de participer à apaiser la tension. Je ne vais jamais attiser le feu, malgré mon emprisonnement, pour des faits pour lesquels j’ai été blanchie à deux reprises par la justice. Macky Sall est mon jeune frère et il le restera toujours. Je n’aurai jamais aucune animosité à son endroit, parce que j’estime que mes déboires judiciaires relèvent du destin. Il était écrit que j’allais faire la prison».

Par ailleurs, Aida Ndiongue épouse parfaitement la démarche de Karim Wade, qui s’est envolé pour le Qatar, sans même faire un crochet au Point E où l’attendaient ses inconditionnels. «Karim Wade a bien fait de ne pas se rendre au Point E. Je suis d’accord avec tout ce qui participe à apaiser la situation. Parce que si Karim s’y était rendu, il aurait pu y avoir des débordements. Des éléments mal intentionnés pourraient profiter de la situation et commettre des actes de sabotage», soutient l’ancienne mairesse des Hlm.

L'AS






Hebergeur d'image