Leral.net | S'informer en temps réel



Airbus disparu : les recherches s'intensifient

Rédigé par leral .net le 3 Juin 2009 à 18:36 | Lu 632 fois

Un avion radar Awacs survole la zone de disparition de l'appareil d'Air France. Des forces aériennes brésiliennes ont, de leur côté, trouvé dix pièces de l'avion dont une pièce "apparemment métallique" de 7 mètres de diamètre.


Airbus disparu : les recherches s'intensifient
Un avion des forces armées brésiliennes mobilisé pour retrouvé l'Airbus (AFP)
Les moyens pour retrouver depuis Dakar des débris de l'Airbus A330 d'Air France, disparu lundi avec 228 personnes à bord, ont été "renforcés" mercredi 3 juin avec un avion radar Awacs, a annoncé le commandant de la base aérienne de l'armée française à Dakar.
"Nous avons déjà renforcé le dispositif avec l'arrivée d'un Awacs de l'armée de l'air française hier soir (mardi). C'est un avion radar qui a des capacités de détection maritime comme aérienne", a déclaré le commandant de la base, le colonel Laurent Mathou, lors d'une conférence de presse.
"Cet Awacs a été engagé ce (mercredi) matin", a dit le colonel Mathou.

Des conditions météo très difficiles

L'avion Awacs mène les recherches aux côtés d'un Falcon 50 et de deux Atlantique ainsi que de "bateaux qui se dirigent vers la zone" supposée du crash, selon le militaire français.
Selon lui, les conditions météorologiques se sont améliorées depuis mardi.
Elles "nous donnent de très bonnes détections. Avant hier (lundi), nous étions en plein front intertropical (Fit). Nous avions des conditions météo très difficiles le premier jour avec des orages" notamment, a t-il précisé.
Le colonel Mathou a par ailleurs indiqué que les recherches menées à partir du Sénégal n'ont pas encore permis de "localiser et (d')identifier" des débris repérés par les forces aériennes brésiliennes.

Une nappe de kérozène repérée

Un avion des forces aériennes brésiliennes a, par ailleurs, repéré plusieurs débris de l'Airbus d'Air France disparu lundi, dont une pièce "apparemment métallique" de 7 mètres de diamètre, apprend-on par un porte-parole officiel. Un avion radar Embraer R-99 a repéré à 03h40 locales (06h40 GMT) quatre nouvelles zones où se trouvaient des débris d'avion, à 90 km au sud de la région initialement délimitée, a annoncé le colonel Jorge Amaral, porte-parole de l'armée de l'air brésilienne (FAB).
"Plusieurs objets éparpillés dans un rayon de 5 km, dont un objet apparemment métallique de 7 mètres de diamètre, ainsi qu'une nappe de kérozène de 20 km", ont été détectés, a précisé le porte-parole.

"Au total dix objets, dont certains métalliques", ont été trouvé, a-t-il expliqué.

"Une partie latérale de l'Airbus ou du fuselage"


Le débris de 7 mètres de diamètre "pourrait être d'une partie latérale de l'Airbus ou du fuselage" mais aucune inscription Air France n'a été vue, a précisé le colonel de la FAB.
L'Airbus A330 d'Air France s'est abîmé au milieu de l'Atlantique, dans la nuit de dimanche à lundi, avec 228 personnes à bord, à environ 1.000 km de la côte brésilienne. Les causes de la catastrophe sont toujours mystérieuses, trois jours après l'accident.
Tous les endroits où des débris ont été détectés seront passés au peigne fin, a ajouté le militaire.
Onze avions en tout, dont un Falcon 50 français et un P-3 Orion américain ont été mobilisés pour les recherches et seront basés à Natal, sur la côte nord-est du Brésil, et sur l'île de Fernando de Noronha, à 350 km de la côte.
Cinq navires de la Marine brésilienne doivent se rendre également sur les lieux. L'arrivée du premier est attendue mercredi dans la matinée. Trois autres navires marchands, un français et deux néerlandais, sont déjà dans la zone pour aider au repêchage des débris, selon Jorge Amaral.

"Nous continuons à travailler avec l'hypothèse de survivants"

"Le principal maintenant est de retrouver la boîte noire", a déclaré le porte-parole qui n'a pas formellement écarté la possibilité de retrouver des survivants.
"Nous continuons à travailler avec l'hypothèse de survivants, jusqu'à ce que soient identifiés et trouvés des corps qui indiquent qu'il est techniquement impossible de trouver des survivants", a dit Jorge Amaral interrogé par des journalistes sur cette éventualité.
Il a déclaré par ailleurs que le Centre de coordination des recherches de Dakar avait "remercié le Brésil de ses efforts et l'informait qu'il mettait fin aux recherches dans les eaux territoriales du Sénégal".

"Mais un avion français continuera à aider aux recherches", a-t-il ajouté.
(Nouvelobs.com)