leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Aliou Cissé (coach):« Je ne suis pas soulagé mais je suis satisfait »

Après avoir battu l’Afrique du Sud à Dakar par 2-1 à Dakar, l’entraîneur du Sénégal Aliou Cissé montre toute sa satisfaction pour la qualification au mondial Russe 2018. Il s’est prononcé dans la soirée d’hier mardi, en conférence de presse d'après-match.


Rédigé par leral.net le Mercredi 15 Novembre 2017 à 09:35 | | 0 commentaire(s)|

« Je ne suis pas en situation de devoir accompli mais on est tous satisfait aujourd’hui, de voir l’équipe qualifiée à la Coupe du monde », a dit l’entraîneur du Sénégal, Aliou Cissé. Il poursuit : « 15 ans qu’on ne s’était pas qualifié, maintenant on l’a fait et c’est une satisfaction. Je ne suis pas soulagé mais je suis satisfait. Nous allons savourer la qualification car le peuple avait besoin de cette qualification. Notre football avait besoin de ça et les joueurs ont réussi le pari ».

Selon Aliou Cissé, il est maintenant temps de féliciter les joueurs, le staff, le peuple sénégalais.

Pour répondre à ce qui critiquaient l’équipe nationale, le coach Aliou Cissé préfère prendre les choses positivement : « les détracteurs font partie du travail. Ils nous permettent d’avancer pas à pas. Parfois ça marche, parfois ça ne marche pas. Mais cela n’empêche qu’on va se relever pour bien faire. On demande pardon à tout le monde ».

Pour finir, l’ancien Capitaine des "Lions" de 2002, est revenu sur la comparaison qu’on fait entre la génération de 2002 et celle de Sadio Mané. Selon lui, il n’y a pas de comparaison entre l’équipe de 2002 et l’équipe actuelle. C’est un autre période, un autre football, un autre background. Cette génération a des qualités énormes et ils ont envie d’écrire leur histoire. Ceux de 2002 l’ont déjà fait. L’important d’aujourd’hui, c’est le respect qu’il y a entre les deux générations.

Pour rappel, le Sénégal a remporté son dernier match en battant l’Afrique du Sud par 2 buts à 1. Les deux buts sénégalais ont été inscrits respectivement par Opa Nguètte (54e) et de Kara Mbodj (90e).



Thierno Malick Ndiaye