leral.net | S'informer en temps réel

Aliou Sanoussi Mbacké hémodialysé : « Il m’arrive de voir des caillots de sang sortir de mon corps quand je me rends aux Wc »


Rédigé par leral.net le Lundi 20 Juin 2016 à 11:46 | | 2 commentaire(s)|

Aliou Sanoussi Mbacké hémodialysé : « Il m’arrive de voir des caillots de sang sortir de mon corps quand je me rends aux Wc »
L’histoire d’Aliou Sanoussi Mbacké est pathétique et mérite une solution diligente pour mettre un terme à sa souffrance quotidienne. D’après La Tribune, cet ancien militaire, blessé de guerre à Nyassia, libéré aujourd’hui, souffre d’une insuffisance rénale chronique. Une maladie qui empêche de dormir. En effet dès qu’il se couche, le sang afflue dans sa tête. Ce qui entraîne son gonflement, fait-il savoir. Voilà des années qu’il ne parvient plus à dormir sur un lit au risque de voir sa tête enfler, c’est pourquoi il est tout le temps assis sur une chaise longue. Son calvaire a commencé le jour où on lui a implanté des cathéters dans son cou. Le cathéter est un tube souple, de longueur variable et mince pouvant être introduit dans un conduit, un vaisseau (artère, veine) ou un organe creux (canal), permettant leur exploitation, injection d’un liquide ou vidange d’une cavité.

Cet hémodialysé fait savoir que, dans un premier temps, ces appareils étaient implantés dans ses jambes. Mais à la fin, il a fallu chercher ailleurs, car il n’y avait plus de veines où implanter ces appareils lors des séances de dialyse. C’est ainsi que les médecins ont eu recours à son cou pour y installer ces cathéters. Malheureusement, cela a endommagé ses veines, qui depuis lors sont bouchées et entraînent un gonflement de la partie crânienne. Une situation qui le prive de sommeil. Même les séances de dialyse, il ne parvient plus à les supporter du fait des douleurs intenses qu’il ressent. Il respire difficilement et ses yeux sont toujours larmoyants. Hormis cela, le malade renseigne qu’il lui arrive fréquemment de voir des caillots de sang sortir de son corps lorsqu’il se rend aux toilettes. D’après le diagnostic, il soufre d’une « Néphropathie hypertensive » Ce qui veut dire qu’il doit effectuer deux séances d’épuration extra rénale par semaine.

Aujourd’hui, Aliou Sanoussi est complètement désemparé car sans ressources, sans prise en charge, et il doit faire face à de lourdes charges, telles que des analyses, des séances de scanner, de radiologie et d’échographie. C’est pourquoi il dit rester ouvert à tout soutien, car il est fatigué de quémander.






Hebergeur d'image