leral.net | S'informer en temps réel

Alioune Aïdara Sylla lourd de plus de 4 milliards de F Cfa


Rédigé par leral.net le Mercredi 9 Janvier 2013 à 11:27 | | 6 commentaire(s)|

Alioune Aïdara Sylla lourd de plus de 4 milliards de F Cfa
Les trois milliards à l'origine de l'arrestation de Alioune Aïdara Sylla par le commissariat spécial de l'Aéroport Léopold Sédar Senghor ne sont que l'arbre qui cache la forêt. En effet, selon le journal "EnQuête" qui cite les sources judiciaires ayant pris connaissance du dossier, l'ancien député libéral et Pcr de Thilmakha n'a eu aucune peine à reconnaître devant les enquêteurs que l'ancien président sénégalais Me Abdoulaye Wade lui a remis une lettre provenant de la Société générale de banques de Paris, dans la première moitié de décembre 2012. Une lettre qui renseigne sur les opérations de transferts de fonds que devait piloter une certaine Madame Lucie Lika avec 1,5 million de dollars (750 millions F Cfa) à virer pour le compte de la société Sn Commodities, dans les comptes d'Ecobank, 370 000 dollars Us (185 millions F Cfa) pour Me François Sarr à titre d'honoraires à verser dans les comptes de la Bicis, 1,2 million de dollars (600 millions F Cfa) à Samuel Sarr, 500 000 dollars (250 millions F Cfa) à Me Madické Niang, 206 000 dollars (103 millions F Cfa) pour Mme Viviane Wade. Pour ne citer que ces cas. Mais toujours est-il que, révèle le journal, le montant total des sommes d'argent, en chèque, ordre de virements et autres opérations bancaires dépasse les 4 milliards F Cfa.



1.Posté par NOUVEAU SITE TRES ENRICHISSANT le 09/01/2013 12:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

QUI DÉTIENT L’INFORMATION DÉTIENT LE POUVOIR

TÉLÉCHARGER LA REVUE QUOTIDIENNE DE LA PRESSE INTERNATIONALE POUR DEVENIR UN EXPERT REDOUTABLE SUR :

www.senegal60.com

LE GRAND BUT DE L’EDUCATION N’EST PAS LE SAVOIR MAIS L’ACTION !

2.Posté par Sophie le 09/01/2013 13:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Fermez les yeux, détendez-vous, laissez-vous bercer par un bon massage doux ou tonique. Le tout,  dans un cadre enchanteur et très discret.
Faites-nous confiance. Le bien-être, c'est notre domaine !!!
Tel: 70 829 95 95 / 33 865 25 21

3.Posté par schwarzeraal le 09/01/2013 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il faut lever l´immunité de laye wade et le trainer devant la justice senegalaisesa cache á versailles ne doit pas la sauver. qu´attend le m23 pour mobiliser les citoyens et exiger l´arrestation de ce vieux voyou, on ne peut pas prendre les petits poissons et laisser les gros cela nuit l´environnement.genug ist genug

4.Posté par Badou le 09/01/2013 15:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le silence de Gorgui devient très lourd là ... Il doit nous expliquer comment il peut distribuer autant d'argent ... Malheureusement le maslaa risque de nous causer encore du tort!! En tout cas, le pauvre Karim risque de se retrouver à sec si on coupe les moyens d'envoi dont disposait son père ... et bientôt les militants vont transhumer!!

5.Posté par Ahmadou Diop le 09/01/2013 18:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Non Monsieur le président de la République, gouverner n’est pas synonyme d’un chèque en blanc ! Par Ahmadou Diop [Le 07 novembre 2012].


NB : pendant que Aliou Aidara Sylla, déféré pour blanchiment d’argent, association de malfaiteurs et escroquerie, le scandale de la Société Pétro-Tim Sénégal S.A créée par le propre frère de Macky Sall passe comme une lettre à la poste. On continue à nous rouler dans la farine. Le ménage doit nécessairement commencer par soi-même, n’est-ce pas Monsieur le président ?


Le propre frère du président, Aliou Sall, journaliste de formation, réussit une prouesse, en créant en un quart de tour la société Petro-Tim Sénégal S.A, quelques mois après l'accession de son frère, Macky sall, président de la république du Sénégal.

Un parti, une famille, une dynastie, des courtisans. Tout n’est pas permis ! Halte ! Stop ! Ça suffit !
Le discours : « Le parti avant la patrie » cache bien le scandale de « l’affaire Aliou Sall », frère du président et la galaxie des nominations hystériques. C’est la preuve matérielle d’une dilution des consciences. « Je suis président de la république, je nomme donc qui je veux ». Les nominations à flot correspondent au personnage. En Afrique, le président de la république et sa famille, ses cousins, cousines, sœurs, frères de sang ou d’alliances et les membres du même clan politique se partagent bien le gâteau, sous le prétexte fallacieux de diplômes douteux, brandis ça et là pour tromper les consciences, méprisées. La bonne gouvernance n’est qu’un vain mot. La réalité est tout autre. L’excès des nominations de «wade junior » nous donne la chair de poule. Un dilettantisme d’état ahurissant. Gouverner, c’est prévoir et traduire en action les promesses. La patrie avant le parti : une supercherie. L’habileté du discours révulse par son caractère à la renverse fondamentalement dictatorial.
C’est un euphémisme de dire qu’on est dans une entreprise unipersonnelle familiale dans laquelle il est nécessaire de porter des noms particuliers pour avoir des largesses au plus haut sommet de l’état. L’homme se dédit le soir même ce qu’il dit le matin même.
En septembre dernier, nous avions publié une contribution : « cet homme là, qui nous dirige maintenant est « le prêt-à-porter du wadisme en miniature ! »
Macky 2017, non merci ! Un mandat ça suffit, mais pas deux ! Il faut le virer à tout prix en 2017, il est incorrigible par sa nature et porte la même marque certifiée conforme à l’original, d’autant plus qu’il est le clone de son maître par les preuves tangibles. Il ne changera nullement, car l’élève aux commandes, n’est pas décidé à changer sa voie. C’est ce que nous croyons dur comme fer, compte tenu de la mauvaise cuisine qu’il nous a déjà bien servie. Le miracle n’aura pas lieu. Il est fidèle à lui-même et à celui qu’il a précédé. Assez de tartufferie et des histoires carambouilleuses à dormir debout ! Veni vidi vici ! L’esbroufe en spectacle ne doit plus servir de levier d’un pouvoir qui n’est jamais ce qu’il prétend être. Rien que du vent, car les annonces ne suivent pas jamais les actions sur le terrain. Non seulement, il s’est octroyé librement pour ses propres caprices, sur fond de pulsions névrotiques, un hélicoptère flambant neuf pour ses escapades, pire, il se garde bien de piper mot sur les fonds politiques, cette usine à corruptions destinée à arroser sa clientèle politico-conservatrice, mais « le prêt-à-porter du wadisme en miniature », égrène ce qu’il sait faire, c'est-à-dire, les nominations inopportunes et inutiles avec des compétences aux allures obscures.
Eh bien, le népotisme à haut débit devient irrévocablement un mode de gouvernance absolu du maquillage. Une démocratie cliniquement clanique, ouvertement déclarée. Un parti, famille, une dynastie, des courtisans ?
La compétence de la distribution des postes se résume exclusivement à l’aune de l’ethnisme déclaré publiquement, non-éclairé, par devers, sans discontinuer et sur commande recommandée d’en haut, comme seul fonds de commerce, royalement autorisé. C’est le seul critère pour mesurer le baromètre des expériences et les compétences farfelues taillées sur mesure.
« Le parti avant la patrie ». L’homme du moment change son fusil d’épaule et contre toute attente, il reste le chef ubiquitaire de son propre parti dont il est l’unique actionnaire. Le parti du président fait main basse sur tout ce qui est rentable, en se tranchant la meilleure part du lion. Le parti du président occupe tous les postes clés de l’administration, des dg de ramassis dans toutes les entreprises, des parents et proches collaborateurs, tout est passé au peigne fin, rien n’est laissé, même les griots ne sont pas oubliés.
Que cela ne tienne, le général Al Pulaar, en retraite, contre toute attente, prend son envol dans la république des copains. Alors que des généraux en pleine activité, laissés aux vestiaires, Macky fait son choix. C’est une démocratie apparentée à la tyrannie. La longue liste des nominations orientées remarquablement aux odeurs claniques continue sa litanie infinie, comme pour dire, charité bien ordonnée commence par soi-même.
Le 25 mars 2012, au soir, nous avons unanimement, démocratiquement élu Monsieur Macky Sall, le quatrième président de la république du Sénégal. Gouverner n’est pas synonyme d’un chèque en blanc.
Celui que nous avons désigné comme le premier magistrat suprême de la république, refuse systématiquement de démissionner à la tête de l’apr, non participation aux assises nationales qu’il a boycottées et qu’il a signées avec réserve pour les besoins du service. Ce n’est pas à lui de mener la danse pour inverser le cours de l’histoire. Soit, on signe soit, soit, on s’abstient, mais pas les deux à la fois. Etrange !
Non, on ne peut pas et signer à la fois et émettre des réserves. On ne peut pas vouloir quelque chose et son contraire. La victoire de Macky Sall a été rendue possible par l’opposition républicaine réunie dans son ensemble contre Abdoulaye wade, le candidat de la voie obscure, ne doit pas servir de caisse de résonnance ni de chambre d’enregistrement au nouveau locataire du palais présidentiel. Nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge, tant s’en faut.
Vigilance ! A nos yeux, lors des scrutins présidentiels du deuxième tour, le vote contre wade ne signifiait nullement un vote d’adhésion, automatique pour Macky. Entre la peste et le choléra, avions-nous nécessairement le choix ?
Le contrat était limité au lendemain du départ de wade vaincu par les urnes parlantes. Plutôt de nous laisser emberlificoter dans une entité Bennoo bok yakaar, cette alliance contre nature de circonstance, pour servir les intérêts exclusifs d’un parti minoritaire, au contraire ; l’opposition devrait normalement se remobiliser davantage dans un bloc monolithique, pour battre seule campagne lors des législatives de juillet dernier, ceci dans un mouvement unitaire sans merci pour installer un contre- pouvoir salutaire républicain. A ce prisme là, la dynamique politique éviterait sans nul doute les déconvenues et la tyrannie asphyxiante que nous connaissons aujourd’hui. L’opposition a raté le train. C’est le lieu de le dire. A un moment donné de son histoire, l’intuition en politique commande à mesurer sa capacité par les rapports de force face au camp adverse et non se laisser siphonner jusqu’à perdre son âme par un parti pithiatique, nombriliste jusqu’à la lie.
Un pays, une famille, des scandales infinis. Il existe des faits délictueux dont on ne saurait passer sous silence. Le spectacle est si effrayant qu’on se demande même si on ne nous prend pas pour des gueux. Tous les politiques de A à Z sont tous coupables, en prêtant flanc de ce qu’il est convenu d’appeler un pouvoir personnel, patent, agissant en toute impunité. Une machine à rancunes et des rapines politiques. C’est une trahison que de vouloir monopoliser tout contre vents et marées. Une servitude inacceptable moralement. Ils ont failli à leur mission régalienne et tombent sous l’escarcelle de la coupole d’une véritable machine à broyer. La rupture, ce n’est pas maintenant !
Plutôt d’agir sur le brulot de l’heure, à savoir la confiscation totale de tous les leviers de l’appareil d’état par une seule famille politique, aux apparences boulimiques, pithiatiques, sans que personne n’ose lever le petit doigt pour dire, non halte, stop ! En réalité, nos hommes politiques ont vendu leur âme et cautionnent un accaparement du pouvoir par une seule caste d’incompétents bavards, stériles et incultes que leur procure leur statut qu’on a bien voulu leur donner. L’opposition a abdiqué par son inertie repoussante.
Nous voulons parler de la famille biologique, politique, clanique du président de la république qui occupe tous les postes clés de toute l’administration, conseillers spéciaux, dg, directeurs de cabinet, bidon, alors que pour la plupart d’entre eux, leurs cv souvent bidouillés ne correspondent nullement aux compétences supposées.
Ces gens là n’occuperaient jamais leurs postes lesquels sont en totale contradiction avec leurs postures complaisantes. Incivisme politique de la galaxie des conseillers du président de la république. C’est du favoritisme sur fond de népotisme. Les postes octroyés, taillés sur mesure ne riment pas avec les exigences des compétences et des expériences. C’est une illusion que de croire à cette rhétorique, pitoyable, « la patrie avant le parti », pendant ce temps, on passe par derrière pour faire le contraire de ce l’on dit tout haut, en plaçant sa propre famille, ses collaborateurs immédiats, ses amis et parents d’alliances. La création de la société Petro-Tim Sénégal S.A par le frère du président résulte incontestablement d’une dérive névrotique, népotique grotesque que rien ne saurait justifier.
Le comble du vandalisme, c’est que la création de cette société passe comme une lettre à la poste. Toute la classe politique, sans exception, fait profil bas, alors que tout le monde sait parfaitement que sans le concours du plus haut sommet de l’état, ce garçon, simple journaliste de formation, n’aurait jamais une telle faveur. Une insulte que nous dénonçons solennellement, publiquement avec la dernière énergie. L’échiquier politique dans son ensemble se déculotte pour des raisons bassement matérielles. Vous êtes coupables et ridicules ! C’est tout simplement indigne et révoltant. Macky sall ne respecte pas ses engagements pour le mandat pour lequel il a été élu. Il piétine et foule du pied la république qu’il agenouille pour des raisons crypto personnelles. Il n’est là que pour jouir du pouvoir, en affichant un visage erroné. Ce n’est pas un homme qui inspire la confiance, ni de rupture, au contraire, il a grugé les sénégalais par les preuves. Il n’est pas à la hauteur.
Le propre frère du président, Aliou Sall, journaliste de formation, réussit une prouesse, en créant en un quart de tour la société Petro-Tim Sénégal S.A, quelques mois après l'accession de son frère, Macky sall, président de la république du Sénégal. C’est à ne comprendre dans cette république des clans à l’épreuve des faits peu orthodoxes. Macky sall met à exécution ce qu’il disait à propos de la nomination de Aminata Niane : « je suis président de la république, je nomme donc qui je veux ». Les nominations à flot correspondent au personnage. Entre l’élève et son maître spirituel, c’est « l’entente cordiale par le secret des dieux », qui sévit de plus bel. Point n’est besoin d’ergoter sur les supposées divergences des leurres. Il y en a point. Ils partagent bien la même valeur ultra libérale à outrance. Ce qui les unit est supérieur que ce qui les désunit.
« Le scandale Aliou Sall » ne suscite aucune indignation, une curiosité décapante, qui devrait être nécessairement une affaire d’état, en attente de celles qui suivent, les unes aussi déroutantes après les autres, que vous allez lire. Dans une république normale, il y aurait matière à faire sauter un gouvernement. Il n’y a rien qui puisse expliquer ces dérives spectaculaires. Il n’y aurait à parier que si Aliou Sall n’était pas le frère du président, il ne serait nullement dans cette posture. Il a bel et bien bénéficié des largesses de son frère président. C’est un soutien, direct. C’est évident. C’était exactement le cas de karim wade qui cumulait quatre portefeuilles. On reproduit exactement les mêmes schémas. C’est un scandale d’une gravité exceptionnelle pour seulement 8 mois de magistrature d’un règne qui commence mal. Qu’en sera-t-il alors si les sénégalais renouvellent naïvement son mandat ?
Ce serait un sacrilège incommensurable à ne pas commettre. Dans l’hypothèse impensable que nous excluons d’avance, il n’y aurait aucune excuse. Cette question n’est pas négociable. Sous aucun prétexte, en ce moment, on ne pourra pas dire, on ne savait pas. Ce sera même une faute collective imprescriptible. Ce que nous voyons là n’est qu’un avant goût, le pire est devant nous, si nous commettrons l’irréparable. Il n’y a pire de que celui qui voit le soleil mais ne l’admet pas. Il n’y a rien qui tienne dans les discours décousus de la pensée mécanique. Ce n’est rien d’autre qu’une escroquerie politique.
Nos contributions postées trouvent portes closes, lorsqu’il s’agit de tirer à boulets rouges sur « wade junior », le bon « élève de la francophonie ». C’est la seule règle de la démocratie apparentée à la tyrannie dans ce pays, qui s’autoproclame la locomotive de la république tropicaliste. Le frère du ministre du Budget, monsieur Amadou Diallo a été nommé consul du Sénégal à Paris en remplacement de Léopold Faye.
Oui, Macky Sall nomme Mamadou Sy, un magistrat halpulaar à la retraite au Conseil Constitutionnel. C’est bien la rupture d’une République des « halpulaars » et des nominations ethniques qui continue à l’infini. Le premier magistrat de la république est le premier corrupteur actif.
On en veut pour preuves tangibles les fonds politiques juridiquement licites, très largement distribués à la pelle et sans retenue à la clientèle politico-conservatrice.
Macky Sall se tape un hélicoptère de commandement à plus de 7 milliards. Les hélicoptères ne manquent pas. C’est bien l’escobarderie du wadisme électrisé sur fond de culte de personnalité. Pourquoi pas demain « un cadeau jet privé » au nom « du vice-président », Harouna Dia, l’argentier halpulaar et proche collaborateur, totalement inconnu hier ? Rien n’est exclu dans la famille dynastique des « Sall- Sy- Faye » et Cie. Tout est permis dans la magistrature des odeurs carambouilleuses. Point de ligne Maginot !
Le chapelet des boulimies de luxe laisse pantois par son caractère ridiculement ludique. Le président qui parle d’une gouvernance de rupture, sobre, vertueuse et transparente, s’achète non seulement un bijou flambant neuf pour ses pulsions exotiques, mais semble ignorer l’ampleur des folies dépensières, en logeant dans des hôtels de luxe très coûteux ? Bref, la réalité contraste parfaitement avec les effets d’annonce pendant que les sinistrés des inondations, eux, restés au quai, notre président, lui, jouit pleinement du pouvoir, en faisant le tour de la planète payé par le contribuable astiqué, sans compter les charrettes des nominations nullement pressantes aux contours éminemment obscurs.
« Wade junior », aujourd’hui aux manettes, dispose des mêmes fonds politiques aussi extensibles que son prédécesseur.
« L’Etat ne compte pas mettre les religieux à la diète malgré la cure d’austérité. Dans le budget du ministère de l’intérieur, une ligne de crédit d’un montant de 100 millions de FCfa est prévue pour l’appui des cérémonies religieuses. Un montant de 10 millions FCfa est prévu aussi pour l’appui et à la rationalisation des partis politiques ». Visiblement, en langage clair, cela s’appelle purement et simplement la corruption active, à dessein de les rationnaliser ; dans le but inavoué de les rendre rationnels et dépendants, de sorte que demain, lorsque le besoin se fera pressentir, qu’ils soient rentables, corvéables et malléables, sans retenue, ni humilité, en renvoyant l’ascenseur dans la perspective du renouvellement d’un mandat hypothétique, si toutefois, le scrutin présidentiel aura lieu à date échue, en 2017.
Nous ne croyons nullement à cette version totalement erronée. Ceux qui croient à cette information obliquée font fausse route. Au contraire, les fonds politiques octroyés au président de la république monarchique, servent exclusivement à corrompre librement une certaine notoriété apparemment respectable. On continue à rouler dans la farine les sénégalais candides. Cette caisse noire dite des fonds politiques constitue remarquablement une véritable machine des rapines politiques à corruptions, diligentée par le premier magistrat de la république.
L’homme que l’on a élu à défaut et par dépit, ne peut être que l’égal de lui-même. Il aura beau se dépatouiller, mais il reste tout de même empêtré dans un maquillage qui porte bien son nom. C’est un tic irréversible qui lui colle à la peau. En réalité, il ne doit sa posture que grâce à la production à flot de snippers convertis en directeurs de campagne, lesquels ont sciemment grugé les électeurs pour des raisons crypto personnelles. Autrement dit, les mêmes causes reproduisent toujours les mêmes effets. C’est la règle. La graine avariée ne peut produire que ce qu’elle est. Il n’y a pas de corrupteur sans corrompu. Que dire du « Plus de pub » : A « Jeune à fric », on cire les bottes de Macky Sall. Effectivement, « le créateur de Macky », Abdoulaye wade avait bien bénéficié des largesses de jeune Afrique pendant des années.
Une certaine presse de la sarabande même bien gloutonnée est confinée dans son rôle de mercenaire incorrigible depuis des lustres, la même après avoir mangé dans tous les râteliers, change maintenant son fusil d’épaule et mute tel un serpent. Harouna dia, vice-président : une diversion grotesque. Rien ne change maintenant. C’est bien la république des Al pulaars et des griots, convertis en courtisans-débauchage pénétration à l’infini. Qu’en est-il du mandat du président de l’assemblée nationale ? Réforme du mandat du président de l’assemblée nationale pour le rétablir de nouveau à 5 ans, à l’instar des grandes démocraties : motus et bouche cousue. Culte de personnalité : utilisation du journal à fric au service de l’escroquerie. Il n’y a rien qui tienne. Sobriété d’une bonne gouvernance, un discours creux et verbeux au nom d’une rupture des mots. Que dire des audits audibles à haut débit et à géométrie variable ?
Et karim wade, sindjéli, courant librement sur la planète entière, alors que de petits larcins sont trainés à la boue ? La montagne a-t-elle donc accouché d’une souris, alors que les effets d’annonce ne suivent nullement les actions sur le terrain ? « Souleymane Ndéné Ndiaye, est-il un intouchable ? »
Souleymane ndéné Ndiaye, accusé à tort ou à raison de collectionneur de voitures de luxe et d’une kyrielle de châteaux à la pelle, en l’espace de moins de 6 ans, très bavard, est-il donc un intouchable, au point de vouloir défier la justice apparemment libre et libérée de l’ancien régime ? Est-il sous la protection d’un philtre magique, imparable ? Les sénégalais ne comprendraient pas le silence sur la richesse rapide d’un homme, qui n’a jamais hérité d’aucune fortune connue, roule sur de rutilantes voitures. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il est très loquace ces derniers jours, comme s’il cherche quelque chose. Provocation ou mauvaise humeur passagère ? Détient-il exclusivement des secrets hautement gardés ? Ce qui est sûr, c’est qu’il a été nommément cité dans la longue liste des nouveaux riches de l’alternance, en décembre 2011, puisqu’il fait partie de ceux qui possèdent des villas de luxe. Cette pièce à conviction-vidéos à l’appui- est toujours disponible dans notre site internet. Le Procureur suspend les Auditions De Syndjély, Souleymane Ndéné, Me Madické Niang, Ousmane Masseck Ndiaye…
Souleymane Ndéné Ndiaye, Ousmane Masseck Ndiaye, Syndjély Wade, Madické Niang... ne seront pas audités. Cette décision fait suite aux instructions du procureur de la République, Ousmane Diagne. Allez savoir !
Macky reste bien le clone du wadisme débridé pour avoir emprunté le même chemin que son prédécesseur. En Afrique de la démocratie tyrannique, le pouvoir est une affaire de clans, car le meilleur président est toujours celui qui est aux commandes. Dés qu’il est aux manettes, il perd ses repères et personnalise son pouvoir pour sa propre gloire personnelle qu’il semble tirer d’un legs divin, en y tenant comme à la prunelle de ses yeux.
7 mois après une investiture exceptionnellement célébrée à haut débit très audible par l’entregent d’un saupoudrage titanesque, excessif, aux contours éminemment ethno centristes, avec à la pelle des nominations obscures, que rien ne justifie, si ce n’est la même boulimie mimétique qu’il a héritée de son maître, sans compter les reniements suffocants à répétitions sur fond de propagande répugnante, aussi pires que le régime défunt décrié, place maintenant à un gouvernement budgétivore, aux éloquences élastiques, hystériques à l’infini, au nom d’une bamboula clanique de l’abondance surannée au service d’un exécutif électrisé, juge et partie. Une éternelle campagne de supercheries grotesques, ostensiblement insultantes !
Un comble ! Comme si cela ne suffisait pas encore, on assiste à une fuite en avant d’une politique certifiée conforme des années 2000. C’est bien les preuves matérielles des odeurs de mauvaise cuisine d’une présidence à défaut et par dépit, sans répit. Une sarabande de moutons tondus, décomplexés, convertibles, serviles et achetables à la pelle pour un sou, dont la compétence se résume exclusivement aux dithyrambiques surréalistes. Voilà donc le spectacle de mauvais goût auquel sont habitués les sénégalais pris comme des gueux. Comme d’habitude, ils sont grugés et tombent sous l’escarcelle des marchands d’illusions. Le vote libre n’est nullement rationnel, au contraire, il est sur commande recommandée de la mécanique de l’esbroufe. Plus c’est gros, plus ça rapporte. C’est la règle générale depuis 2000.
Pendant qu’ils tirent le diable par la queue, le sorcier imaginaire élu dans des circonstances exceptionnelles, continue de recruter librement des godillots malléables, créables, crevables et corvéables convenablement confinés dans leur rôle de pantins à merci pour son renforcer son propre pouvoir et prolonger son mandat en 2017.
Qui peut parler de rupture, de sobriété, de bonne gouvernance, de transparence, sans tomber dans le ridicule le plus loufoque ?
« Le parti avant la patrie ». C’est une rapine. Désormais, la chéchia rouge vissée sur la tête avec chemise assortie à la cravate et par-dessus la djellaba, place maintenant au spectacle burlesque des dithyrambes à la pelle et à couper le souffle, pour servir son excellence. Un refrain qui fait florès ! Circulez, il n’y a rien à voir !
Comme si cela ne suffisait pas encore, rien n’y fait, le slogan change constamment, « La patrie avant l’APR, l’AFP, le PS et les autres », pendant que le chef d’orchestre promet plus qu’il n’en fait, en réalité.
Glorifications tous azimuts, l’homme providentiel, le messie, le sauveur, l’homme le plus populaire, peut être de l’histoire du pays depuis son existence, « bonne gouvernance vertueuse et sobre » en marche, bref, il est parfait, rien que des qualités, qui fusent de toutes parts au point que les camériers et les bouffons à la solde du locataire du palais de l’avenue Roume perdent l’humilité par l’ivresse du pouvoir.
Il y a là un manque chronique de méthode de travail de la part d’une partie de l’apr. C’est une médiocrité affligeante. En matière de bonne gouvernance, point n’est besoin de trop parler, il faut agir sur le terrain. La parole doit être substantielle à l’action tangible, sinon c’est suspect. Or jusqu’à présent, le miracle ne se produit pas, sauf les superlatifs, les propos dithyrambiques à l’égard du bien aimé.
Ce n’est pas de l’argent comptant, puisque les faits aigus démontrent cruellement le contraire chaque jour que dieu fait. La bonne gouvernance, ce n’est pas maintenant ! Place maintenant à la république de la bamboula des griots et des rapines politiques. Un secret de polichinelle. Il chausse les mêmes bottes que son prédécesseur malgré les apparences. Le mal va en pis.Plus c’est gros, plus ça passe. Le rafistolage à la pelle des mesurettes à la renverse éblouit par son effet surréaliste. C’est bien l’anomalie de la démocratie tropicalisée. Macky Sall à "Jeune Afrique : « il vaut mieux ne rien publier et cacher son patrimoine». On ne peut pas être plus clair. Il faut porter les noms Sall, Faye, Seck pour avoir des places disponibles.
Place à l’honneur de la dynastie des « Sall et des Faye » ! Il va sans dire que ceux qui garantissent le favoritisme, garantiront le reste !
Macky Sall n’a pas dérogé aux habitudes du wadisme débridé. Il ne fait pas de la dentelle. La bête reprend donc du poil. On semble changer, alors que rien ne change, en réalité, puisque le Président Macky nomme son entourage immédiat à des postes de hautes responsabilités. Il les met à l’abri de tout besoin.
Même le frère de l’argentier est même questeur à l’assemblée nationale. Retour sur investissement ?
Le propre frère du président, Aliou Sall, journaliste de formation, réussit une prouesse, en créant en un quart de tour la société Petro-Tim Sénégal S.A, quelques mois après l'accession de son frère, Macky sall, président de la république du Sénégal. C’est à ne comprendre dans cette république des clans à l’épreuve des faits peu orthodoxes.
Son cousin Ibrahima SALL nommé chargé de missions à la présidence, Diagué SALL Pca, Samba SALL ministre conseiller, Son beau frère Daouda FAYE dit moulaye thieuguine est nommé ministre conseiller, Son beau frère Mansour FAYE dit marco polo Délégué à la solidarité, Adama FAYE est nommé chargé de mission à la présidence, Son beau père le vieux Abdourahmane SECK dit grand homer Pca petrosen, Son cousin Abdoulaye TIMBO Dg Fnpj, son sousin Harona TIMBO ministre conseiller, son oncle Djibo SALL pca, Ndeye Binta GASSAMA, la fille de son homonyme macky gassama, nommée ministre conseiller, les quartes chauffeurs du couple sall ont signé un contrat spécial avec l’Etat sénégalais avec rang de ministre, Sa belle tante Sira DIALLO ministre conseiller, Souleymane NDIAYE, le papa du mari de Fatou Bintou SECK, la petite soeur de Maréme FAYE, est nommé ministre conseiller. Abdourahmane Ndiaye, nommé Conseiller spécial, Boubacar Siguiri Sy, Conseiller spécial, Ablaye Badji nommé chef de cabinet du président.Farba NGOM, le griot de la dernière heure est élu député. C’est bien la galaxie des conseillers du président Macky.
Et Marième Faye, jadis décriée par les apéristes, il n’y a même pas un an, est lavée, blanchie maintenant au moment où son mari devient président de la république ? L’hypocrisie quand tu nous tiens donc !
Exemplaire, élégante par sa simplicité, pieuse musulmane, sénégalaise de pure souche, immortalisée par des caméras bienveillantes à son égard, alors qu’elle ne dispose d’aucun poste officiel dans la république, elle occupe l’ancien bureau de karim wade, sis au dixième étage de l’immeuble Tamaro, sous la couverture bidon de fondation « Servir le Sénégal », gérée par Daouada faye, responsable de la communication et des relations extérieures de la structure. D’où viennent donc ces mds de francs CFA ?
Quelle est donc la différence entre la fondation «Elisa¬beth Diouf, Solidarité partage» et «Education santé» de Mme Viviane Wade ?
Nous nous arrêtons là au risque d’être cardiaques !


Le combat continue !
Ahmadou Diop

6.Posté par Ahmadou Diop le 09/01/2013 18:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Non Monsieur le président de la République, gouverner n’est pas synonyme d’un chèque en blanc ! Par Ahmadou Diop [Le 07 novembre 2012].


NB : pendant que Aliou Aidara Sylla, déféré pour blanchiment d’argent, association de malfaiteurs et escroquerie, le scandale de la Société Pétro-Tim Sénégal S.A créée par le propre frère de Macky Sall passe comme une lettre à la poste. On continue à nous rouler dans la farine. Le ménage doit nécessairement commencer par soi-même, n’est-ce pas Monsieur le président ?


Le propre frère du président, Aliou Sall, journaliste de formation, réussit une prouesse, en créant en un quart de tour la société Petro-Tim Sénégal S.A, quelques mois après l'accession de son frère, Macky sall, président de la république du Sénégal.

Un parti, une famille, une dynastie, des courtisans. Tout n’est pas permis ! Halte ! Stop ! Ça suffit !
Le discours : « Le parti avant la patrie » cache bien le scandale de « l’affaire Aliou Sall », frère du président et la galaxie des nominations hystériques. C’est la preuve matérielle d’une dilution des consciences. « Je suis président de la république, je nomme donc qui je veux ». Les nominations à flot correspondent au personnage. En Afrique, le président de la république et sa famille, ses cousins, cousines, sœurs, frères de sang ou d’alliances et les membres du même clan politique se partagent bien le gâteau, sous le prétexte fallacieux de diplômes douteux, brandis ça et là pour tromper les consciences, méprisées. La bonne gouvernance n’est qu’un vain mot. La réalité est tout autre. L’excès des nominations de «wade junior » nous donne la chair de poule. Un dilettantisme d’état ahurissant. Gouverner, c’est prévoir et traduire en action les promesses. La patrie avant le parti : une supercherie. L’habileté du discours révulse par son caractère à la renverse fondamentalement dictatorial.
C’est un euphémisme de dire qu’on est dans une entreprise unipersonnelle familiale dans laquelle il est nécessaire de porter des noms particuliers pour avoir des largesses au plus haut sommet de l’état. L’homme se dédit le soir même ce qu’il dit le matin même.
En septembre dernier, nous avions publié une contribution : « cet homme là, qui nous dirige maintenant est « le prêt-à-porter du wadisme en miniature ! »
Macky 2017, non merci ! Un mandat ça suffit, mais pas deux ! Il faut le virer à tout prix en 2017, il est incorrigible par sa nature et porte la même marque certifiée conforme à l’original, d’autant plus qu’il est le clone de son maître par les preuves tangibles. Il ne changera nullement, car l’élève aux commandes, n’est pas décidé à changer sa voie. C’est ce que nous croyons dur comme fer, compte tenu de la mauvaise cuisine qu’il nous a déjà bien servie. Le miracle n’aura pas lieu. Il est fidèle à lui-même et à celui qu’il a précédé. Assez de tartufferie et des histoires carambouilleuses à dormir debout ! Veni vidi vici ! L’esbroufe en spectacle ne doit plus servir de levier d’un pouvoir qui n’est jamais ce qu’il prétend être. Rien que du vent, car les annonces ne suivent pas jamais les actions sur le terrain. Non seulement, il s’est octroyé librement pour ses propres caprices, sur fond de pulsions névrotiques, un hélicoptère flambant neuf pour ses escapades, pire, il se garde bien de piper mot sur les fonds politiques, cette usine à corruptions destinée à arroser sa clientèle politico-conservatrice, mais « le prêt-à-porter du wadisme en miniature », égrène ce qu’il sait faire, c'est-à-dire, les nominations inopportunes et inutiles avec des compétences aux allures obscures.
Eh bien, le népotisme à haut débit devient irrévocablement un mode de gouvernance absolu du maquillage. Une démocratie cliniquement clanique, ouvertement déclarée. Un parti, famille, une dynastie, des courtisans ?
La compétence de la distribution des postes se résume exclusivement à l’aune de l’ethnisme déclaré publiquement, non-éclairé, par devers, sans discontinuer et sur commande recommandée d’en haut, comme seul fonds de commerce, royalement autorisé. C’est le seul critère pour mesurer le baromètre des expériences et les compétences farfelues taillées sur mesure.
« Le parti avant la patrie ». L’homme du moment change son fusil d’épaule et contre toute attente, il reste le chef ubiquitaire de son propre parti dont il est l’unique actionnaire. Le parti du président fait main basse sur tout ce qui est rentable, en se tranchant la meilleure part du lion. Le parti du président occupe tous les postes clés de l’administration, des dg de ramassis dans toutes les entreprises, des parents et proches collaborateurs, tout est passé au peigne fin, rien n’est laissé, même les griots ne sont pas oubliés.
Que cela ne tienne, le général Al Pulaar, en retraite, contre toute attente, prend son envol dans la république des copains. Alors que des généraux en pleine activité, laissés aux vestiaires, Macky fait son choix. C’est une démocratie apparentée à la tyrannie. La longue liste des nominations orientées remarquablement aux odeurs claniques continue sa litanie infinie, comme pour dire, charité bien ordonnée commence par soi-même.
Le 25 mars 2012, au soir, nous avons unanimement, démocratiquement élu Monsieur Macky Sall, le quatrième président de la république du Sénégal. Gouverner n’est pas synonyme d’un chèque en blanc.
Celui que nous avons désigné comme le premier magistrat suprême de la république, refuse systématiquement de démissionner à la tête de l’apr, non participation aux assises nationales qu’il a boycottées et qu’il a signées avec réserve pour les besoins du service. Ce n’est pas à lui de mener la danse pour inverser le cours de l’histoire. Soit, on signe soit, soit, on s’abstient, mais pas les deux à la fois. Etrange !
Non, on ne peut pas et signer à la fois et émettre des réserves. On ne peut pas vouloir quelque chose et son contraire. La victoire de Macky Sall a été rendue possible par l’opposition républicaine réunie dans son ensemble contre Abdoulaye wade, le candidat de la voie obscure, ne doit pas servir de caisse de résonnance ni de chambre d’enregistrement au nouveau locataire du palais présidentiel. Nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge, tant s’en faut.
Vigilance ! A nos yeux, lors des scrutins présidentiels du deuxième tour, le vote contre wade ne signifiait nullement un vote d’adhésion, automatique pour Macky. Entre la peste et le choléra, avions-nous nécessairement le choix ?
Le contrat était limité au lendemain du départ de wade vaincu par les urnes parlantes. Plutôt de nous laisser emberlificoter dans une entité Bennoo bok yakaar, cette alliance contre nature de circonstance, pour servir les intérêts exclusifs d’un parti minoritaire, au contraire ; l’opposition devrait normalement se remobiliser davantage dans un bloc monolithique, pour battre seule campagne lors des législatives de juillet dernier, ceci dans un mouvement unitaire sans merci pour installer un contre- pouvoir salutaire républicain. A ce prisme là, la dynamique politique éviterait sans nul doute les déconvenues et la tyrannie asphyxiante que nous connaissons aujourd’hui. L’opposition a raté le train. C’est le lieu de le dire. A un moment donné de son histoire, l’intuition en politique commande à mesurer sa capacité par les rapports de force face au camp adverse et non se laisser siphonner jusqu’à perdre son âme par un parti pithiatique, nombriliste jusqu’à la lie.
Un pays, une famille, des scandales infinis. Il existe des faits délictueux dont on ne saurait passer sous silence. Le spectacle est si effrayant qu’on se demande même si on ne nous prend pas pour des gueux. Tous les politiques de A à Z sont tous coupables, en prêtant flanc de ce qu’il est convenu d’appeler un pouvoir personnel, patent, agissant en toute impunité. Une machine à rancunes et des rapines politiques. C’est une trahison que de vouloir monopoliser tout contre vents et marées. Une servitude inacceptable moralement. Ils ont failli à leur mission régalienne et tombent sous l’escarcelle de la coupole d’une véritable machine à broyer. La rupture, ce n’est pas maintenant !
Plutôt d’agir sur le brulot de l’heure, à savoir la confiscation totale de tous les leviers de l’appareil d’état par une seule famille politique, aux apparences boulimiques, pithiatiques, sans que personne n’ose lever le petit doigt pour dire, non halte, stop ! En réalité, nos hommes politiques ont vendu leur âme et cautionnent un accaparement du pouvoir par une seule caste d’incompétents bavards, stériles et incultes que leur procure leur statut qu’on a bien voulu leur donner. L’opposition a abdiqué par son inertie repoussante.
Nous voulons parler de la famille biologique, politique, clanique du président de la république qui occupe tous les postes clés de toute l’administration, conseillers spéciaux, dg, directeurs de cabinet, bidon, alors que pour la plupart d’entre eux, leurs cv souvent bidouillés ne correspondent nullement aux compétences supposées.
Ces gens là n’occuperaient jamais leurs postes lesquels sont en totale contradiction avec leurs postures complaisantes. Incivisme politique de la galaxie des conseillers du président de la république. C’est du favoritisme sur fond de népotisme. Les postes octroyés, taillés sur mesure ne riment pas avec les exigences des compétences et des expériences. C’est une illusion que de croire à cette rhétorique, pitoyable, « la patrie avant le parti », pendant ce temps, on passe par derrière pour faire le contraire de ce l’on dit tout haut, en plaçant sa propre famille, ses collaborateurs immédiats, ses amis et parents d’alliances. La création de la société Petro-Tim Sénégal S.A par le frère du président résulte incontestablement d’une dérive névrotique, népotique grotesque que rien ne saurait justifier.
Le comble du vandalisme, c’est que la création de cette société passe comme une lettre à la poste. Toute la classe politique, sans exception, fait profil bas, alors que tout le monde sait parfaitement que sans le concours du plus haut sommet de l’état, ce garçon, simple journaliste de formation, n’aurait jamais une telle faveur. Une insulte que nous dénonçons solennellement, publiquement avec la dernière énergie. L’échiquier politique dans son ensemble se déculotte pour des raisons bassement matérielles. Vous êtes coupables et ridicules ! C’est tout simplement indigne et révoltant. Macky sall ne respecte pas ses engagements pour le mandat pour lequel il a été élu. Il piétine et foule du pied la république qu’il agenouille pour des raisons crypto personnelles. Il n’est là que pour jouir du pouvoir, en affichant un visage erroné. Ce n’est pas un homme qui inspire la confiance, ni de rupture, au contraire, il a grugé les sénégalais par les preuves. Il n’est pas à la hauteur.
Le propre frère du président, Aliou Sall, journaliste de formation, réussit une prouesse, en créant en un quart de tour la société Petro-Tim Sénégal S.A, quelques mois après l'accession de son frère, Macky sall, président de la république du Sénégal. C’est à ne comprendre dans cette république des clans à l’épreuve des faits peu orthodoxes. Macky sall met à exécution ce qu’il disait à propos de la nomination de Aminata Niane : « je suis président de la république, je nomme donc qui je veux ». Les nominations à flot correspondent au personnage. Entre l’élève et son maître spirituel, c’est « l’entente cordiale par le secret des dieux », qui sévit de plus bel. Point n’est besoin d’ergoter sur les supposées divergences des leurres. Il y en a point. Ils partagent bien la même valeur ultra libérale à outrance. Ce qui les unit est supérieur que ce qui les désunit.
« Le scandale Aliou Sall » ne suscite aucune indignation, une curiosité décapante, qui devrait être nécessairement une affaire d’état, en attente de celles qui suivent, les unes aussi déroutantes après les autres, que vous allez lire. Dans une république normale, il y aurait matière à faire sauter un gouvernement. Il n’y a rien qui puisse expliquer ces dérives spectaculaires. Il n’y aurait à parier que si Aliou Sall n’était pas le frère du président, il ne serait nullement dans cette posture. Il a bel et bien bénéficié des largesses de son frère président. C’est un soutien, direct. C’est évident. C’était exactement le cas de karim wade qui cumulait quatre portefeuilles. On reproduit exactement les mêmes schémas. C’est un scandale d’une gravité exceptionnelle pour seulement 8 mois de magistrature d’un règne qui commence mal. Qu’en sera-t-il alors si les sénégalais renouvellent naïvement son mandat ?
Ce serait un sacrilège incommensurable à ne pas commettre. Dans l’hypothèse impensable que nous excluons d’avance, il n’y aurait aucune excuse. Cette question n’est pas négociable. Sous aucun prétexte, en ce moment, on ne pourra pas dire, on ne savait pas. Ce sera même une faute collective imprescriptible. Ce que nous voyons là n’est qu’un avant goût, le pire est devant nous, si nous commettrons l’irréparable. Il n’y a pire de que celui qui voit le soleil mais ne l’admet pas. Il n’y a rien qui tienne dans les discours décousus de la pensée mécanique. Ce n’est rien d’autre qu’une escroquerie politique.
Nos contributions postées trouvent portes closes, lorsqu’il s’agit de tirer à boulets rouges sur « wade junior », le bon « élève de la francophonie ». C’est la seule règle de la démocratie apparentée à la tyrannie dans ce pays, qui s’autoproclame la locomotive de la république tropicaliste. Le frère du ministre du Budget, monsieur Amadou Diallo a été nommé consul du Sénégal à Paris en remplacement de Léopold Faye.
Oui, Macky Sall nomme Mamadou Sy, un magistrat halpulaar à la retraite au Conseil Constitutionnel. C’est bien la rupture d’une République des « halpulaars » et des nominations ethniques qui continue à l’infini. Le premier magistrat de la république est le premier corrupteur actif.
On en veut pour preuves tangibles les fonds politiques juridiquement licites, très largement distribués à la pelle et sans retenue à la clientèle politico-conservatrice.
Macky Sall se tape un hélicoptère de commandement à plus de 7 milliards. Les hélicoptères ne manquent pas. C’est bien l’escobarderie du wadisme électrisé sur fond de culte de personnalité. Pourquoi pas demain « un cadeau jet privé » au nom « du vice-président », Harouna Dia, l’argentier halpulaar et proche collaborateur, totalement inconnu hier ? Rien n’est exclu dans la famille dynastique des « Sall- Sy- Faye » et Cie. Tout est permis dans la magistrature des odeurs carambouilleuses. Point de ligne Maginot !
Le chapelet des boulimies de luxe laisse pantois par son caractère ridiculement ludique. Le président qui parle d’une gouvernance de rupture, sobre, vertueuse et transparente, s’achète non seulement un bijou flambant neuf pour ses pulsions exotiques, mais semble ignorer l’ampleur des folies dépensières, en logeant dans des hôtels de luxe très coûteux ? Bref, la réalité contraste parfaitement avec les effets d’annonce pendant que les sinistrés des inondations, eux, restés au quai, notre président, lui, jouit pleinement du pouvoir, en faisant le tour de la planète payé par le contribuable astiqué, sans compter les charrettes des nominations nullement pressantes aux contours éminemment obscurs.
« Wade junior », aujourd’hui aux manettes, dispose des mêmes fonds politiques aussi extensibles que son prédécesseur.
« L’Etat ne compte pas mettre les religieux à la diète malgré la cure d’austérité. Dans le budget du ministère de l’intérieur, une ligne de crédit d’un montant de 100 millions de FCfa est prévue pour l’appui des cérémonies religieuses. Un montant de 10 millions FCfa est prévu aussi pour l’appui et à la rationalisation des partis politiques ». Visiblement, en langage clair, cela s’appelle purement et simplement la corruption active, à dessein de les rationnaliser ; dans le but inavoué de les rendre rationnels et dépendants, de sorte que demain, lorsque le besoin se fera pressentir, qu’ils soient rentables, corvéables et malléables, sans retenue, ni humilité, en renvoyant l’ascenseur dans la perspective du renouvellement d’un mandat hypothétique, si toutefois, le scrutin présidentiel aura lieu à date échue, en 2017.
Nous ne croyons nullement à cette version totalement erronée. Ceux qui croient à cette information obliquée font fausse route. Au contraire, les fonds politiques octroyés au président de la république monarchique, servent exclusivement à corrompre librement une certaine notoriété apparemment respectable. On continue à rouler dans la farine les sénégalais candides. Cette caisse noire dite des fonds politiques constitue remarquablement une véritable machine des rapines politiques à corruptions, diligentée par le premier magistrat de la république.
L’homme que l’on a élu à défaut et par dépit, ne peut être que l’égal de lui-même. Il aura beau se dépatouiller, mais il reste tout de même empêtré dans un maquillage qui porte bien son nom. C’est un tic irréversible qui lui colle à la peau. En réalité, il ne doit sa posture que grâce à la production à flot de snippers convertis en directeurs de campagne, lesquels ont sciemment grugé les électeurs pour des raisons crypto personnelles. Autrement dit, les mêmes causes reproduisent toujours les mêmes effets. C’est la règle. La graine avariée ne peut produire que ce qu’elle est. Il n’y a pas de corrupteur sans corrompu. Que dire du « Plus de pub » : A « Jeune à fric », on cire les bottes de Macky Sall. Effectivement, « le créateur de Macky », Abdoulaye wade avait bien bénéficié des largesses de jeune Afrique pendant des années.
Une certaine presse de la sarabande même bien gloutonnée est confinée dans son rôle de mercenaire incorrigible depuis des lustres, la même après avoir mangé dans tous les râteliers, change maintenant son fusil d’épaule et mute tel un serpent. Harouna dia, vice-président : une diversion grotesque. Rien ne change maintenant. C’est bien la république des Al pulaars et des griots, convertis en courtisans-débauchage pénétration à l’infini. Qu’en est-il du mandat du président de l’assemblée nationale ? Réforme du mandat du président de l’assemblée nationale pour le rétablir de nouveau à 5 ans, à l’instar des grandes démocraties : motus et bouche cousue. Culte de personnalité : utilisation du journal à fric au service de l’escroquerie. Il n’y a rien qui tienne. Sobriété d’une bonne gouvernance, un discours creux et verbeux au nom d’une rupture des mots. Que dire des audits audibles à haut débit et à géométrie variable ?
Et karim wade, sindjéli, courant librement sur la planète entière, alors que de petits larcins sont trainés à la boue ? La montagne a-t-elle donc accouché d’une souris, alors que les effets d’annonce ne suivent nullement les actions sur le terrain ? « Souleymane Ndéné Ndiaye, est-il un intouchable ? »
Souleymane ndéné Ndiaye, accusé à tort ou à raison de collectionneur de voitures de luxe et d’une kyrielle de châteaux à la pelle, en l’espace de moins de 6 ans, très bavard, est-il donc un intouchable, au point de vouloir défier la justice apparemment libre et libérée de l’ancien régime ? Est-il sous la protection d’un philtre magique, imparable ? Les sénégalais ne comprendraient pas le silence sur la richesse rapide d’un homme, qui n’a jamais hérité d’aucune fortune connue, roule sur de rutilantes voitures. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il est très loquace ces derniers jours, comme s’il cherche quelque chose. Provocation ou mauvaise humeur passagère ? Détient-il exclusivement des secrets hautement gardés ? Ce qui est sûr, c’est qu’il a été nommément cité dans la longue liste des nouveaux riches de l’alternance, en décembre 2011, puisqu’il fait partie de ceux qui possèdent des villas de luxe. Cette pièce à conviction-vidéos à l’appui- est toujours disponible dans notre site internet. Le Procureur suspend les Auditions De Syndjély, Souleymane Ndéné, Me Madické Niang, Ousmane Masseck Ndiaye…
Souleymane Ndéné Ndiaye, Ousmane Masseck Ndiaye, Syndjély Wade, Madické Niang... ne seront pas audités. Cette décision fait suite aux instructions du procureur de la République, Ousmane Diagne. Allez savoir !
Macky reste bien le clone du wadisme débridé pour avoir emprunté le même chemin que son prédécesseur. En Afrique de la démocratie tyrannique, le pouvoir est une affaire de clans, car le meilleur président est toujours celui qui est aux commandes. Dés qu’il est aux manettes, il perd ses repères et personnalise son pouvoir pour sa propre gloire personnelle qu’il semble tirer d’un legs divin, en y tenant comme à la prunelle de ses yeux.
7 mois après une investiture exceptionnellement célébrée à haut débit très audible par l’entregent d’un saupoudrage titanesque, excessif, aux contours éminemment ethno centristes, avec à la pelle des nominations obscures, que rien ne justifie, si ce n’est la même boulimie mimétique qu’il a héritée de son maître, sans compter les reniements suffocants à répétitions sur fond de propagande répugnante, aussi pires que le régime défunt décrié, place maintenant à un gouvernement budgétivore, aux éloquences élastiques, hystériques à l’infini, au nom d’une bamboula clanique de l’abondance surannée au service d’un exécutif électrisé, juge et partie. Une éternelle campagne de supercheries grotesques, ostensiblement insultantes !
Un comble ! Comme si cela ne suffisait pas encore, on assiste à une fuite en avant d’une politique certifiée conforme des années 2000. C’est bien les preuves matérielles des odeurs de mauvaise cuisine d’une présidence à défaut et par dépit, sans répit. Une sarabande de moutons tondus, décomplexés, convertibles, serviles et achetables à la pelle pour un sou, dont la compétence se résume exclusivement aux dithyrambiques surréalistes. Voilà donc le spectacle de mauvais goût auquel sont habitués les sénégalais pris comme des gueux. Comme d’habitude, ils sont grugés et tombent sous l’escarcelle des marchands d’illusions. Le vote libre n’est nullement rationnel, au contraire, il est sur commande recommandée de la mécanique de l’esbroufe. Plus c’est gros, plus ça rapporte. C’est la règle générale depuis 2000.
Pendant qu’ils tirent le diable par la queue, le sorcier imaginaire élu dans des circonstances exceptionnelles, continue de recruter librement des godillots malléables, créables, crevables et corvéables convenablement confinés dans leur rôle de pantins à merci pour son renforcer son propre pouvoir et prolonger son mandat en 2017.
Qui peut parler de rupture, de sobriété, de bonne gouvernance, de transparence, sans tomber dans le ridicule le plus loufoque ?
« Le parti avant la patrie ». C’est une rapine. Désormais, la chéchia rouge vissée sur la tête avec chemise assortie à la cravate et par-dessus la djellaba, place maintenant au spectacle burlesque des dithyrambes à la pelle et à couper le souffle, pour servir son excellence. Un refrain qui fait florès ! Circulez, il n’y a rien à voir !
Comme si cela ne suffisait pas encore, rien n’y fait, le slogan change constamment, « La patrie avant l’APR, l’AFP, le PS et les autres », pendant que le chef d’orchestre promet plus qu’il n’en fait, en réalité.
Glorifications tous azimuts, l’homme providentiel, le messie, le sauveur, l’homme le plus populaire, peut être de l’histoire du pays depuis son existence, « bonne gouvernance vertueuse et sobre » en marche, bref, il est parfait, rien que des qualités, qui fusent de toutes parts au point que les camériers et les bouffons à la solde du locataire du palais de l’avenue Roume perdent l’humilité par l’ivresse du pouvoir.
Il y a là un manque chronique de méthode de travail de la part d’une partie de l’apr. C’est une médiocrité affligeante. En matière de bonne gouvernance, point n’est besoin de trop parler, il faut agir sur le terrain. La parole doit être substantielle à l’action tangible, sinon c’est suspect. Or jusqu’à présent, le miracle ne se produit pas, sauf les superlatifs, les propos dithyrambiques à l’égard du bien aimé.
Ce n’est pas de l’argent comptant, puisque les faits aigus démontrent cruellement le contraire chaque jour que dieu fait. La bonne gouvernance, ce n’est pas maintenant ! Place maintenant à la république de la bamboula des griots et des rapines politiques. Un secret de polichinelle. Il chausse les mêmes bottes que son prédécesseur malgré les apparences. Le mal va en pis.Plus c’est gros, plus ça passe. Le rafistolage à la pelle des mesurettes à la renverse éblouit par son effet surréaliste. C’est bien l’anomalie de la démocratie tropicalisée. Macky Sall à "Jeune Afrique : « il vaut mieux ne rien publier et cacher son patrimoine». On ne peut pas être plus clair. Il faut porter les noms Sall, Faye, Seck pour avoir des places disponibles.
Place à l’honneur de la dynastie des « Sall et des Faye » ! Il va sans dire que ceux qui garantissent le favoritisme, garantiront le reste !
Macky Sall n’a pas dérogé aux habitudes du wadisme débridé. Il ne fait pas de la dentelle. La bête reprend donc du poil. On semble changer, alors que rien ne change, en réalité, puisque le Président Macky nomme son entourage immédiat à des postes de hautes responsabilités. Il les met à l’abri de tout besoin.
Même le frère de l’argentier est même questeur à l’assemblée nationale. Retour sur investissement ?
Le propre frère du président, Aliou Sall, journaliste de formation, réussit une prouesse, en créant en un quart de tour la société Petro-Tim Sénégal S.A, quelques mois après l'accession de son frère, Macky sall, président de la république du Sénégal. C’est à ne comprendre dans cette république des clans à l’épreuve des faits peu orthodoxes.
Son cousin Ibrahima SALL nommé chargé de missions à la présidence, Diagué SALL Pca, Samba SALL ministre conseiller, Son beau frère Daouda FAYE dit moulaye thieuguine est nommé ministre conseiller, Son beau frère Mansour FAYE dit marco polo Délégué à la solidarité, Adama FAYE est nommé chargé de mission à la présidence, Son beau père le vieux Abdourahmane SECK dit grand homer Pca petrosen, Son cousin Abdoulaye TIMBO Dg Fnpj, son sousin Harona TIMBO ministre conseiller, son oncle Djibo SALL pca, Ndeye Binta GASSAMA, la fille de son homonyme macky gassama, nommée ministre conseiller, les quartes chauffeurs du couple sall ont signé un contrat spécial avec l’Etat sénégalais avec rang de ministre, Sa belle tante Sira DIALLO ministre conseiller, Souleymane NDIAYE, le papa du mari de Fatou Bintou SECK, la petite soeur de Maréme FAYE, est nommé ministre conseiller. Abdourahmane Ndiaye, nommé Conseiller spécial, Boubacar Siguiri Sy, Conseiller spécial, Ablaye Badji nommé chef de cabinet du président.Farba NGOM, le griot de la dernière heure est élu député. C’est bien la galaxie des conseillers du président Macky.
Et Marième Faye, jadis décriée par les apéristes, il n’y a même pas un an, est lavée, blanchie maintenant au moment où son mari devient président de la république ? L’hypocrisie quand tu nous tiens donc !
Exemplaire, élégante par sa simplicité, pieuse musulmane, sénégalaise de pure souche, immortalisée par des caméras bienveillantes à son égard, alors qu’elle ne dispose d’aucun poste officiel dans la république, elle occupe l’ancien bureau de karim wade, sis au dixième étage de l’immeuble Tamaro, sous la couverture bidon de fondation « Servir le Sénégal », gérée par Daouada faye, responsable de la communication et des relations extérieures de la structure. D’où viennent donc ces mds de francs CFA ?
Quelle est donc la différence entre la fondation «Elisa¬beth Diouf, Solidarité partage» et «Education santé» de Mme Viviane Wade ?
Nous nous arrêtons là au risque d’être cardiaques !


Le combat continue !
Ahmadou Diop

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image