leral.net | S'informer en temps réel

Alou Diarra revient sur ses débuts compliqués avec West Ham

Symbole du vaste plan de dégraissage de l’OM, Alou Diarra a débarqué à West Ham en terre inconnue. Lui qui rêvait de découvrir l’Angleterre est à la peine et sur le flanc pour au moins deux mois. Dans les colonnes de FF, il revient sur les conditions de son départ de l’OM et sur ses premiers pas dans le club londonien.


Rédigé par leral.net le Mardi 9 Octobre 2012 à 09:31 | | 0 commentaire(s)|

Alou Diarra revient sur ses débuts compliqués avec West Ham
Cet été, Vincent Labrune a cherché par tous les moyens à diminuer une masse salariale qui était devenue trop importante à l’Olympique de Marseille. Forcément les joueurs les plus chers ont rapidement été priés de quitter le club. Parmi eux, un certain Alou Diarra. S’il n’a pas mis longtemps à trouver un nouveau port d’attache du côté de West Ham, la sentinelle tricolore refuse pourtant l’étiquette de symbole du dégraissage estival de l’OM. Mieux, il assure dans les colonnes de France Football qu’il n’a pas été mis à la porte et que son départ n’était pas une affaire financière, mais plutôt un choix sportif.

« On n’a pas choisi à ma place. C’est moi qui ai décidé. Si j’avais voulu, je serais resté à Marseille. Je m’y plaisais. J’avais encore deux ans de contrat (...). Je n’étais pas le seul à avoir un gros salaire. Le président Labrune, avec qui j’ai toujours de bons rapports, m’a assuré qu’il pourrait l’assumer si je restais. Je n’étais pas le symbole du dégraissage marseillais. (...). J’ai eu une discussion avec Elie Baup que je respecte énormément. Lui comme moi avons toujours été pros jusqu’à mon départ. Il m’a dit qu’il voulait me garder qu’il comptait sur mon expérience. Tous deux nous avons été honnêtes et sincères... » Pourtant, à la vue des performances du joueur lors de la saison 2011-12, de son coût mensuel (300 000 €) et des deux saisons de contrat qui lui restait encore à l’OM, tout semble indiquer que le départ a bien arrangé les affaires du club phocéen. D’ailleurs, depuis son départ, Marseille truste la tête du championnat et les supporters du club ont d’ores et déjà tourné la page Diarra.

Mais si l’OM vit bien ses premiers mois sans Alou Diarra, l’inverse n’est pas forcément de mise. S’il se dit heureux de sa nouvelle vie à Londres, l’international tricolore ne pouvait espérer pire débuts à West Ham. Absent pour les deux prochains mois après une grosse déchirure à la cuisse droite, l’ancien Marseillais déchante. S’il garde le moral, Diarra sait pertinemment qu’il va devoir cravacher pour se faire une place au sein d’un milieu de terrain qui fonctionne très bien sans lui. « Dans la tête, ça va bien, physiquement un peu moins. J’ai contracté une grosse déchirure à la cuisse droite, voici une bonne quinzaine de jours. Les examens viennent de révéler que j’ai encore un hématome assez important. Le médecin du club a dit que j’en avais pour deux mois. J’espère que ça sera un peu moins. Il faut prendre son mal en patience, se soigner et bien cicatriser pour éviter la rechute. Mais, pour des débuts dans un nouveau club, c’est un peu gênant. » Si son discours reste positif, la saison anglaise d’Alou Diarra est pour l’instant bien compliquée. À lui de retrouver rapidement la forme pour ne pas connaitre une saison 2012-13 sur le banc de touche…






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image