leral.net | S'informer en temps réel

Ama Baldé bande les muscles : « Malick Niang vient d’avoir un combat »

De retour des Etats Unis la semaine dernière, Ama Baldé n’a pas perdu du temps pour reprendre le chemin des entraînements. Dans la salle d’entrainement de l’écurie Falaye Baldé où l’a surpris Sunu Lamb, le prochain adversaire de Malick Niang revient sur son voyage, sa préparation, sans oublier sa position d’outsider dans ce duel.


Rédigé par leral.net le Mercredi 19 Février 2014 à 16:53 | | 0 commentaire(s)|

Ama Baldé bande les muscles : « Malick Niang vient d’avoir un combat »
Comment allez-vous ?

Tout se passe bien. Je salue mes fans et supporters, prie pour ma mère, ainsi que pour le repos de feu mon père. Je n’oublie pas les chefs religieux de ce pays que je salue dans leur ensemble.

Pourquoi avoir senti la nécessité de repartir aux USA après avoir préparé votre combat contre Amanekh au Sénégal ?

En réalité, j’ai voulu partir en Amérique pour ce combat, mais le temps ne me le permettait plus.

N’est-ce pas assez tôt pour rentrer à trois mois de votre combat contre Malick Niang ?

Vous savez que l’essentiel de la préparation se fait au Sénégal. Nous étions partis pour un certain travail, mais il fallait revenir pour le reste de la préparation.

Les voyages aux USA, est-ce seulement un effet de mode ou y a-t-il un travail spécifique que vous y effectuez ?

En ce qui me concerne, j’ai bien travaillé avec mon grand frère Abdou Diouf que je remercie au passage. Il m’a beaucoup soutenu et n’a jamais cessé de me donner des conseils. C’est quelqu’un de bien et je lui souhaite une très bonne continuation dans sa carrière.

Comme vous, votre adversaire Malick Niang était aux USA. Vous êtes-vous retrouvés là-bas ?

On était tous là-bas à un moment, mais on ne s'est pas vu car nous n’étions pas dans le même Etat.

Qu’est-ce que cela te fait de l’entendre dire qu’il a travaillé pendant deux mois avec l’ex-coach de l’ancien champion du monde, Mike Tyson ?

Nous nous connaissons bien, on n’a pas besoin de tromper la population. Le combat, c’est entre lui et moi. Chacun n’a qu’à travailler de son coté et on verra bien le jour-J. On n’a pas besoin d’entrer dans certains détails. Je ne l’ai jamais vu si ce n’est à la télé.

Qu’un lutteur qui excelle en boxe renforce ses capacités dans ce domaine ne vous fait-il pas peur ?

La lutte est un sport. Il est possible que les adversaires qu’il a eus jusqu’ici soient différents de moi aussi bien sur la préparation que sur la façon de lutter. Les adversaires ne sont pas les mêmes. Ce qui est sur, c’est que je travaille dans mon coin, attendant le jour-J.

Vous voulez dire que Malick Niang vient seulement d’avoir un combat ?

C’est cela. On peut dire qu’il vient d’avoir un combat comme moi aussi je viens d’avoir un combat. Quand je me déshabillerai, les amateurs sauront que j’ai travaillé des choses qui peuvent me valoir la victoire.

Qu'est-ce qui, selon vous, peut vous permettre de battre Malick Niang ?

Tout. Je dis bien tout. Rien ne sera négligé. Boxe, contact ou physique, je ferai tout ce qui peut me donner la victoire.

Allez-vous maintenir la même forme que contre Amanekh ou allez vous la changer quelque peu ?

J’ai un staff qui s’occupe de cela. C’est à lui de me dire la forme exacte qui m’ira le mieux. Je travaille ce qui peut me faire gagner.

Double Less a récemment dit qu’il s’investira tous ses moyens pour votre victoire pendant que Bécaye Mbaye se dit convaincu que les Socés n’accepteront pas un second revers après la défaite de Sa Thiès. Voyez-vous le combat comme une sorte de revanche ?

C’est un combat que j’ai pris personnellement et au cours duquel je veux faire mes preuves.

Vous voulez dire que vous avez des choses à démontrer dans ce combat ?

C’est exactement ça. Je dois faire mes preuves face à Malick Niang.

Avez-vous le bagage qu’il faut pour battre Malick Niang ?

Comme tout sport, la lutte est une discipline où rien n’est prédéfini. Un combat peut se terminer par la force physique, la technique ou d’autres aspects. Je me prépare à tout.

Etes-vous d’avis, comme beaucoup de personnes, que Malick Niang est le favori dans ce combat ?

Les gens sont libres de dire ce qu’ils veulent. J’ai disputé bien des combats où on m’a considéré comme étant le favori.

Est-il le favori selon vous ?

La lutte est ainsi faite…

Vous n’avez toujours pas répondu à la question. Acceptez-vous que Malick Niang soit favori ?

La lutte va avec les pronostics. Quand il y a un combat, on ne peut interdire aux gens de donner leur avis. Favori ou pas, je fais mon travail comme il se doit afin d’avoir la victoire.

A Pikine, il y avait quatre grands combats avec Eumeu, Boy Niang 2, Tyson et vous-même. La défaite d’Eumeu ne va-t-elle pas vous affecter ?

J’encourage Eumeu Sène après cette défaite. Il a fait tout ce qu’il devait faire pour avoir la victoire, mais Dieu en a décidé autrement. Il ne faut pas que les gens perdent de vue qu’il nous a valu toute sorte de satisfaction au niveau de Pikine. Par ailleurs, je prie pour la victoire de Boy Niang 2 dimanche prochain. Tyson, lui, est notre grand frère à nous tous et je prie pour qu’il ait la victoire.

Une défaite devant Ness, une victoire sur Balla Diouf et Feugueleu, une autre défaite face à Gouy-Gui et une autre victoire sur Amanekh. Qu’est-ce qui explique cette évolution en dents de scie ces trois dernières saisons ?

C’est cela la lutte. La position de favori est une position très délicate. Mon manager et mon boxeur entendent toute sorte de déclarations dans la rue. J’ai alors le devoir de gagner pour les mettre à l’aise.

Quel message lancez-vous à vos supporters et fans?

Je leur demande de davantage se mobiliser. J’ai presque toujours été considéré comme le favori lors de mes combats. Ils viennent d’avoir un combat ou leur lutteur est considéré comme un outsider. Je leur demande de rester tranquilles et de savoir que leur lutteur est en train de se défoncer pour leur offrir la victoire.

Comment avez-vous passé la St Valentin, vendredi dernier ?

Pour moi, tous les jours c’est la St Valentin. Après les entraînements, j’étais avec ma femme et on a longuement échangé sur tous les sujets.

Qu’avez-vous mangé le soir de la St Valentin ?

Madame a préparé des poulets et nous avons tous bien mangé. J’en profite pour remercier mon coach en boxe Yves, mon manager Abdou Bakhoum… Ils ont tout laissé tomber pour venir me soutenir. Qu’ils sachent que je prie tous les jours afin qu’ils aient la paix. Je suis très content d’eux. Mes coéquipiers qui préparent mes combats comme Khadim Sarr et Malaw Séras, il n’est pas besoin que je prie pour eux. Ils n’ont jamais cessé de me soutenir d’une manière ou d’une autre. Je leur suis redevable. Je demande à tous les Pikinois d’aller soutenir Boy Niang 2 dimanche prochain.

Source : Sunu Lamb






Hebergeur d'image