leral.net | S'informer en temps réel

Amadou Top, le grand marabout de l’Internet, Portrait - Musulman, sénégalais, informaticien, et, surtout, gourou de l’Internet, l’avenir du Sénégal, selon lui. par Nathalie Lamoureux

Archive / Vendredi 26 Janvier 2001

Il aurait pu partir travailler à l’étranger. Mais Amadou Top, 64 ans actuellement, a l’Afrique chevillée au corps. Il est donc resté à Dakar, et bien lui en a pris. Car, entre la capitale du Sénégal, Abidjan et Conakry, il est devenu le gourou du web, le marabout de la Toile.


Rédigé par leral.net le Mardi 3 Décembre 2013 à 23:28 | | 0 commentaire(s)|

Amadou Top, le grand marabout de l’Internet, Portrait - Musulman, sénégalais, informaticien, et, surtout, gourou de l’Internet, l’avenir du Sénégal, selon lui. par Nathalie Lamoureux
Dieu sait, pourtant, que cet ingénieur informaticien, formé à Dakar et à l’Inria en France, a reçu des propositions pour prendre son envol vers l’Occident ! Le bogue de l’an 2000 et le décollage de l’Internet ont fait exploser les besoins en matière grise des grands groupes industriels et donné du lustre aux informaticiens du tiers-monde. Mais lui a toujours dit non. Non au départ, non à l’argent facile, non à la facilité tout court.

Question d’éthique personnelle. Musulman pratiquant, d’origine modeste, Amadou Top se définit comme un « irréductible monogame », marié depuis vingt-sept ans à une ingénieur chimiste et père de trois enfants. Sur les rails, quoi ! Sauf que le grain de folie est là, patent. Sinon, pourquoi faire la promotion de l’Internet en Afrique ? Ici, les coupures d’électricité sont aussi fréquentes qu’inattendues. Se brancher sur le Net est un défi permanent. Et trouver des lignes téléphoniques, une gageure. Sur les 13 000 villages de la campagne sénégalaise, à peine 3 000 sont équipés. Sans parler de l’analphabétisme, qui touche encore au Sénégal près de 65 % de la population...

Sensibiliser la population

« L’Internet, chez nous, réplique Amadou, royal, est une chance économique formidable pour notre pays. » Et de reprendre le discours qu’il sert régulièrement aux politiques africains : l’impact d’une telle innovation sur les connaissances, la création d’emplois... « Faire un diagnostic médical à distance peut nous permettre de pallier le manque de médecins et le fait que les ambulances tombent en panne tous les 10 mètres », explique-t-il. Un discours bien rodé. Cela fait des années que, tout en dirigeant une SSII spécialisée dans la conception et la réalisation de sites, il se bat pour imposer le concept de la Toile. « Petit à petit, on y arrive », explique-t-il.

Séduits par la musique qui s’échappe de « la machine informatique », les hommes politiques commencent effectivement à apprendre ce qu’arobase veut dire. Ils s’enthousiasment. Puis ils s’inquiètent : « Est-ce bien conforme à la religion musulmane ? » Il faut les rassurer, et surtout sensibiliser la population. L’une de ses thèses favorites est qu’il faut s’inspirer du succès des télécentres, où les Sénégalais se retrouvent pour téléphoner, passer un fax et sceller quelques affaires. « Installer l’Internet dans de tels endroits, s’enthousiasme Amadou, permettra à coup sûr sa propagation. » Tout ce qu’il faut, c’est s’assurer le concours des « médiateurs », des Sénégalais qui savent lire et écrire et qui jouent le rôle d’interface entre les analphabètes et les machines à communiquer dans ces télécentres. Il s’y emploie, et la formule commence à prendre. Le sous-développement soluble dans l’Internet ?

© Le Point - 26/01/2001 - N°1480, p.142- Le PointCom -

M. Amadou Top amadou top Amadou Top est le Président de l'Observatoire Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal (OSIRIS) (www.osiris.sn) et Vice-président du Fonds Mondial de Solidarité Numérique (www.dsf-fsn.org). Il dirige également plusieurs sociétés spécialisées dans le domaine des multimédias et des télécommunications (AFRICACOM, LASERDATA, GITE) et membre de la Fédération Internationale des Associations Multimédia (IFMA). Par ailleurs, il travaille comme consultant pour UNIDO, le PNUD, Panafrican Information Agency (PANA) et plusieurs gouvernements africains concernant leur stratégies pour le développement de technologies de l'information et de la communication. Il coordonne également le groupe d'experts sénégalais pour l'élaboration de la stratégie nationale en TIC et fait partie des membres fondateurs du chapitre sénégalais d'ISOC (Internet Society) (www.isoc.sn).
M. Amadou Top amadou top Amadou Top est le Président de l'Observatoire Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal (OSIRIS) (www.osiris.sn) et Vice-président du Fonds Mondial de Solidarité Numérique (www.dsf-fsn.org). Il dirige également plusieurs sociétés spécialisées dans le domaine des multimédias et des télécommunications (AFRICACOM, LASERDATA, GITE) et membre de la Fédération Internationale des Associations Multimédia (IFMA). Par ailleurs, il travaille comme consultant pour UNIDO, le PNUD, Panafrican Information Agency (PANA) et plusieurs gouvernements africains concernant leur stratégies pour le développement de technologies de l'information et de la communication. Il coordonne également le groupe d'experts sénégalais pour l'élaboration de la stratégie nationale en TIC et fait partie des membres fondateurs du chapitre sénégalais d'ISOC (Internet Society) (www.isoc.sn).






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image