Leral.net | S'informer en temps réel



Amadou Toumani Touré à RFI: «le plus important pour moi aujourd'hui ce n'est pas ma personne»

le 28 Mars 2012 à 22:57 | Lu 1633 fois

Le président malien, Amadou Toumani Touré, dont on était quasiment sans nouvelles depuis le coup d'Etat du 21 mars dernier, a accordé ce mercredi un entretien à RFI. Il affirme être au Mali, en bonne santé et libre. Et il appelle ses compatriotes à soutenir le plan de sortie de crise proposé par la Cédéao.


Amadou Toumani Touré à RFI: «le plus important pour moi aujourd'hui ce n'est pas ma personne»
Amadou Toumani Touré : Je voudrais tout d'abord prononcer une petite déclaration : j'ai suivi avec beaucoup d'intérêt les conclusions à l'issue du sommet extraordinaire de la Cédéao, tenu mardi à Abidjan. Je souscris entièrement aux propositions faites par les chefs d'Etat pour une sortie de crise dans notre pays. Cela s'entend par le retour à l'ordre constitutionnel normal ce qui est cardinal. Et cela nous permettra certainement d'éviter toute aventure. Cela passe aussi par la remise en place des institutions de la République qui ont été démocratiquement élues par le peuple souverain du Mali. Le « cas ATT » est certainement le plus simple. A deux mois de la fin de mon mandat, je reste disponible et surtout compréhensif pour toute solution allant dans le sens de l'apaisement et de la sauvegarde de la démocratie malienne citée en exemple. Démocratie que, avec tant d'autres Maliens, tant d'autres démocrates, j'ai contribué à mettre en place. Je demande à mes compatriotes maliens et aux amis de notre pays de soutenir cette sortie de crise. Le Mali ne mérite pas du tout cette période de crise.
RFI : Monsieur le président, cela fait 7 jours que l'on est sans nouvelles de vous. Comment vous portez-vous ? Quel est votre état de santé ?
ATT : Je me porte très bien. La seule chose qui me manque c'est un peu de sport. Mais je me porte très bien et ma famille aussi.
RFI : Où vous trouvez-vous actuellement ? Etes-vous toujours en territoire malien ? A Bamako ou à l'intérieur du pays ?
ATT : Je suis à l'intérieur du Mali. Chez moi, au Mali.
RFI : Etes-vous détenu par les mutins ou libre de vos mouvements ?
ATT : Je ne suis pas détenu par les mutins. Je suis libre dans mon pays.
RFI : Mais vous n'êtes pas à Bamako ?
ATT : Je vous ai dit que j'étais au Mali, et la prochaine fois que nous nous verrons je vous dirai où j'étais pendant tout ce temps...
RFI : Comment voyez-vous cette décision de la Cédéao qui consiste à vous réinstaller dans vos fonctions de président de la République ?
ATT : Je dis que le plus important pour moi aujourd'hui ce n'est pas ma personne. Je suis à deux mois de la fin de mon mandat. Je pense que le plus important aujourd'hui, c'est, de manière consensuelle, avec l'ensemble de la classe politique malienne et l'ensemble des parties présentes, et l'ensemble des chefs d'Etat de la Cédéao, de ménager une sortie de crise. Je pense que le plus important aujourd'hui, ce n'est pas ATT, ce n'est pas les hommes, ce qui est important c'est la démocratie, c'est les institutions, et c'est le Mali.
RFI : Vous êtes donc prêt à partir ? A vous retirer ?
ATT : La question ne m'a pas encore été posée, mais sachez que, il y a 22 ans que je pense être utile à mon pays. 22 ans après, je suis là encore, face à cette crise. Et pour moi c'est le Mali d'abord et le Mali avant tout.
RFI : Est-ce que vous vous considérez toujours comme le président du Mali ?
ATT : Je ne veux pas rentrer dans cette polémique. Je me considère d'abord comme un citoyen malien, comme un démocrate. Aujourd'hui ce qui compte pour moi, ce n'est pas ma douleur, elle n'est rien. Mais ce qui me peine, c'est la situation dans laquelle je vois mon pays.
RFI : Une nouvelle Constitution vient d'être présentée par la junte qui se propose de ne pas se présenter aux prochaines élections. Cela vous semble-t-il recevable ?
ATT : Je pense que ce n'est vraiment pas à moi de décider. Les chefs d'Etat de la Cédéao viendront à Bamako, ils discuteront avec les uns et les autres, et c'est le plus important.
RFI : Revenons sur la journée du mercredi 21 mars. Comment êtes-vous parti du palais présidentiel ? Comment s'est passée cette journée pour vous ?
ATT : J'ai passé toute la journée sous les canons depuis pratiquement 16 heures. Canons de chars, canons de véhicules blindés, toutes sortes de tirs étaient concentrés sur mon bureau, sur mon domicile et sur ma famille. Et aux dires de certains, il ne reste plus rien, tout est calciné. Mais pour un vieux commando, il reste toujours un moyen de se tirer d'embarras et c'est ce que j'ai fait.
RFI : Mais avez-vous délibérément demandé à la garde présidentielle de ne pas répliquer, de ne pas combattre ?
ATT : En aucune manière je ne souhaiterais jamais que des soldats de l'armée malienne tirent sur d'autres soldats de l'armée malienne. Pour moi qui suis aussi soldat et officier de cette armée, vous pouvez imaginer que je n'aurais jamais souhaité des affrontements entre les forces armées uniquement pour protéger un homme. Le plus important aujourd'hui, c'est d'en appeler à l'unité, c'est d'en appeler à la cohésion pour faire face à tous les défis qui attendent le pays.
RFI : Etes-vous encore entourés de quelques fidèles ?
ATT : Je ne pourrais pas vous le dire. Vieux soldats, il y a quelques secrets militaires que je garde pour moi. Mais le plus important c'est que je me porte bien et que je suis en République du Mali.
RFI : Etes-vous favorable à une intervention militaire comme le suggère la Cédéao en cas de refus du plan de sortie de crise par les mutins ?
ATT : Je ne répondrai pas à une telle question. Je n'ai pas été contacté officiellement et je ne suis pas à l'aise pour répondre à des questions qui ne m'ont pas été posées.


Propos recueillis par Boniface Vignon


1.Posté par Papy1 le 29/03/2012 08:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Chers Maliens Maliennes, attendons de pied ferme les Chefs d'Etats qui veulent debarquer a Bamako pour demander le retour d'ATT au pouvoir. Dabors il n'ont qu'a aller trouver le Leadeur CNRDR au Nord du pays a Kidal pour discuter du Mali, un geste symbolique. Quelques petites questions seront posees avec la gentillesse due a leurs status de Chefs d'Etat;
1- Q'avez vous fait quand le Mali avez besoin de vous pour mater la rebellion au Nord ?.
2- Avez vous envoyer des renforts militaires pour soutenir notre armee?.
3- Avez vous envoyer du materiels logistiques et militaires pour soutenir notre armee?
4- Quelle loi vous permez de blocquer les transactions financieres au niveau de la BCEAO?
5- Avez vous demander l'avis du Peuple Malien?
Ci- dessous voir un extrait d'un journaliste malien ecrit en Fevrier 2012.
Lisez:
Après avoir abandonné des années durant les populations à leur sort sur des terres hostiles et, sous des climats impardonnables et après avoir fait fortune sous d’autres cieux en tuant et en guerroyant pour la gloire de potentats d’autres pays, voilà que ceux qui ne se sont souvenus d’être maliens qu’aujourd’hui où ils n’ont où aller, viennent nous dévier des labeurs quotidiens, pour nous imposer le sang, le feu et les larmes. Sous les yeux de l’Union européenne, sous les yeux des Etats-Unis d’Amérique, sous les yeux de nos frères et sœurs d’Afrique pour lesquels nous n’avons été que soutien. La sagesse populaire ne dit-elle pas que le silence est le premier soutien de l’Injustice. Suffit-il d’être un pays démocratique pour être sauvé ? Sinon que servirait-il de démocratiser la Libye, d’imposer la liberté en Syrie, d’appeler à plus de bonne gouvernance en Asie et en Afrique, si n’importe quel groupe de bandits armés pourra remettre en cause des années de sacrifice et de tentatives positives. Pendant que nous pleurions nos morts, soignions nos blessés et nous résolvions à engager nos maigres ressources pour nous défendre, nos amis attendent de nous voir nous essouffler. Pauvre démocratie malienne. Si nous devons être secourus c’est aujourd’hui. Si nos amis doivent se manifester c’est aujourd’hui. Si la démocratie est un rempart contre l’injustice et l’anarchie c’est aujourd’hui que cela se prouve. Si la justice existe pour tous les peuples c’est encore aujourd’hui le jour J. Nous n’appelons pas au secours comme de vulgaires couards, mais notre sens de la Justice nous impose des limites et nous commande la retenue face à des barbares violeurs de femmes enceintes et assassins de pauvres étudiants. Nous sommes un pays de droits face à des bandits de toutes origines dont la seule patrie est le véhicule 4x4 et la mitraillette. Nous savons aussi qu’au-delà des mers et des océans des ennemis lointains nous guettent à travers nos faits et gestes et attendent avec envie notre occasion de chute. C’est pourquoi nous disons que si nous avons des amis c’est le moment pour eux de se manifester, de nous aider à consolider notre démocratie à unifier notre nation, à conforter notre Etat de Droit. C’est le moment pour nos amis de ne pas rester statiques, de venir nous voir et de nous recevoir chez eux, de construire avec nous notre pays injustement et lâchement attaqué. C’est le moment de soutenir nos institutions, de ne pas les abandonner à leur solitude et à leurs faiblesses. De soutenir notre armée, dans sa marche républicaine et dans sa défense de la liberté et de la paix. Les démocraties se soutiennent contre la barbarie et la tyrannie, c’est le moment pour nous de connaître nos amis, par leur comportement à notre égard.
Karim FOMBA

Il urge de securiser le Nord car aucunne election ne peut se faire sans la participation des Maliens du nord. Ce sont des maliens a part entiere comme ceux de sud et point de negligence a leur niveau.
La CEDEAO a mit le charrue avant le boeuf et c'est a leur tour de le reconnaitre et de jouer leur partition en aidant a SECURISER le Nord militairement des maintenant, car dans le sud du pays la paix regne DIEU Merci.
Disons nous la Verite avant la Reconciliation.
Bienvenue au Mali chers Chefs...

2.Posté par ISSA le 29/03/2012 10:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

52 PARCELLES TF DE 150M2 A VENDRE A RUFISQUE.APRES L'HOPITAL YOUSSOU MBARGANE ENTRE L'ARRET CHERIF ET JACARANDA.TEL:77 646 06 15

3.Posté par landryd le 29/03/2012 11:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

VOUS RECHERCHEZ LA PROSPERITE FINANCIERE ? VOICI LE SECRET POUR Y PARVENIR

Vous voulez entreprendre. Vous êtes à la recherche d’un travail. D’une activité qui vous permettra de vous assumer. Vous prendre en charge financièrement. Arrondir vos fins de mois avec un revenu complémentaire et garanti. Alors. Ne cherchez plus. Vous êtes à la bonne adresse. Voici une activité très lucrative pour vous. Vous pourrez acquérir l’indépendance financière que vous recherchez. Construire votre avenir et celui de vos enfants. Aujourd’hui vous avez la possibilité de travailler sans contrainte. Selon votre emploi du temps. Tout en gagnant un revenu considérable chaque mois. Et vous permettra de vivre aisément avec toute votre famille.

Oui, cela est aussi possible pour vous. Vous aurez cette aisance financière comme tous les hommes riches de ce monde. Désormais, plus de possibilité s’offriront à vous à cause de votre portefeuille financier. Vous serez vu différemment. Vous pourrez réaliser vos rêves et projets. Plus besoin d’économiser pendant des mois ou des années. Vous pourrez vous offrir tout ce dont vous désirez. La maison de vos rêves. La voiture de votre choix. Allez en voyage. Quand et où vous voudrez. Le temps et l’argent vous appartiendront.

La majorité des riches de ce monde, tel que, Bill Gates, Carlos Slim, Warren Buffet, ne travaillent pas pour de l’argent. C’est leur argent qui travaille pour eux et ils gagnent de gros revenus. En plus de cela ils ont le temps pour profiter de la vie. Arrêter de travailler de manière acharner tous les jours pour un revenu mensuel limité et insuffisant. Venez apprendre à travailler autrement. Simplement. Intelligemment. Efficacement. Et selon votre temps.

Venez. Profitez de cette opportunité révolutionnaire. Changer votre situation sociale.
Oui çà suffit il faut que çà change. Il est temps d’améliorer votre situation sociale.

Connaissez-vous la différence entre les pauvres et les riches?

Les pauvres travaillent pour de l’argent. Les pauvres se contentent d’accomplir une tâche chaque jour pour un salaire fixe à une date donnée. Les pauvres attendent que les choses se passent pour que leur vie change. Les pauvres se demandent ce qu’ils doivent acheter avec leur argent.
Alors que, les riches mettent l’argent à leur service. Les riches usent d’audace. Les riches font ce qu’il faut pour que les choses changent dans leur vie. Les riches se demandent où investir leur argent. Les riches entreprennent et prennent des risques.

Sachez que ceux qui réussissent dans la vie et qui sont riche, ne sont pas plus intelligents que vous. Mais c’est parce qu’ils ont pu avoir la bonne information. Au bon moment. Au bon endroit. C’est ce qui a tout déterminé dans leur vie. Ils ont pu saisir les meilleures opportunités qui s’offraient à eux. Et, ils ont changés leur existence pour toujours.

Cliquez ici : http://www.glocalgeneration.com/business/travail-domicile-independance-financiere

Vous aurez de plus amples informations sur cette activité qui changera toute votre vie.
Vous êtes tous concernés. Quelque soit votre niveau social. Intellectuel. Professionnel. Donc soyez nombreux à me contacter. Là est la clef de votre réussite. C’est le moment ou jamais.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site