leral.net | S'informer en temps réel

Amateurisme, opportunisme, népotisme et autres : au-delà de l’illusion d’alternance au Sénégal

Il est des situations qui, plus que tout, sont promptes à vous mettre dans l’embarras. Vous pouvez en arriver à vous vous remettre en question, à remettre vos jugements en question, à vous demander si votre avis sur la chose en question est le bon. Mais il arrive que vous ayez tout simplement à vous rendre à l’évidence. Il faut savoir dépasser l’absurde pour l’expliquer, pour en découvrir les soubassements, les motifs cachés.


Rédigé par leral.net le Mardi 23 Octobre 2012 à 23:10 | | 1 commentaire(s)|

Amateurisme, opportunisme, népotisme et autres : au-delà de l’illusion d’alternance au Sénégal
Même si devant l’indicible, le scandaleux, l’incompréhensible, on peine à trouver les mots justes. J’ai évoqué dans un autre texte - que le site leral.net a eu l’amabilité et, plus que cela, le courage de publier- ce qui représentait à mes yeux l’acte fondateur de la gouvernance telle que le régime en place au Sénégal la conçoit. Et de jour en jour, compte tenu de son entêtement, de son acharnement, je peine à croire que ceux qui le composent se rendent compte de l’absurde dans lequel ils s’engouffrent, s’imaginant sans doute qu’ils entraineront tout un pays avec eux. Peine perdue. Les masques tombent et ce n’est que le début. Alors comme tout bon citoyen, j’essaie de me rendre utile en apportant ma contribution avec la seule volonté de faire apparaître la vérité. Une révolte gronde en moi. C’est le cas aussi chez un certain nombre de compatriotes qui doivent à présent se sentir floués par les individus que je n’hésite pas à pointer du doigt, peut-être se sentiront-ils même coupables d’avoir placé leurs espoirs en des individus aussi médiocres. Ma tristesse n’en a été que plus grande quand le président a cru bon d’exprimer sa « tristesse » en évoquant le cas d’un pseudo-intellectuel (aux méthodes un peu rustiques tout de même puisqu’il a été condamné pour viol) tout en gardant le silence sur le cas d’injustice le plus flagrant dans notre pays à l’heure actuelle, l’ « affaire » Cheikh Béthio. Un président est censé prendre de la hauteur par rapport au reste de la société. On n’attend pas de lui qu’il soit un commentateur. Alors, je me suis demandé ce qu’il fallait déduire :
De l’ AMATEURISME (au sommet de l’Etat) : Tel un nageur à qui on aurait arraché un bras et qui se retrouverait soudain plongé dans une
grande piscine sans que personne n’ait ni la gentillesse ni la sagesse de l’orienter, il tourne, il tourne, notre cher président. J’aurais pu filer la métaphore et aller jusqu’à dire qu’il brasse du vent. Ah le vent ! Voilà un mot qui reviendra souvent dans ce texte. D’abord parce que ce
pouvoir n’a pas conscience qu’il n’est qu’éphémère. Et tel le sable sur une plage déserte, il finira balayé par le vent (vent de la révolte tout de même). Au lieu d’œuvrer à laisser une trace dans l’histoire du pays, il fait étalage d’une médiocrité jusqu’ici insoupçonnée. Rien ! Que du
vent ! Et des paroles ! Des mois à tourner en rond. Pourtant, l’espoir était là, pendant un moment, d’aucuns se sont laissé bercer par les appels de phares de tous ces marchands de rêves. Encore un peu de léthargie et le réveil n’en sera que plus brutal. Mais si l’on veut se
montrer plus conscient et plus responsable que cela, en tant que citoyen, on peut d’ores et déjà se poser quelques questions. Des mois à la tête du pays pour quels résultats ? Il serait temps qu’il y en ait un, parmi la pléthore de conseillers, qui lui dise que le peuple est toujours dans
l’expectative. Si, en France, le président connait une certaine impopularité, c’est en partie dû à ce que certains perçoivent comme un matraquage fiscal, au Sénégal, des sondages auraient certainement montré qu’une grande partie de la population se demande à quoi sert l’actuel occupant du palais présidentiel. Sans trop de risques de me tromper, je dirais pas à grandchose. Médecin après la mort pour ce qui est des inondations en se précipitant au chevet des sinistrés, excellent embrouilleur des foules en supprimant le Sénat tout en augmentant sans
cesse le nombre de conseillers et de ministres, c’est en gros le bilan que l’on retient de ces mois passés à la tête du pays. Mais pour être tout à fait honnête, on pourrait lui reconnaître une activité, activité qu’il faudrait mettre au débit du Sénégal toutes fois, il contribue avec
abnégation à augmenter notre bilan-carbone à force de déplacements inutiles. Ses ballades à travers le monde nous coûtent et on se demande toujours en quoi elles sont profitables au pays. Mais il est un domaine où l’Amateur a failli se professionnaliser : le domaine de l’injustice.
S’il faut le répéter des milliers de fois, je le ferais. L’« affaire » Cheikh Béthio est un scandale. Voilà un acte odieux, répréhensible dans toute démocratie digne de ce nom et pourtant entouré d’un silence assourdissant en dehors du cercle des disciples de Cheikh
Béthio Thioune. Qui peut sérieusement s’imaginer qu’il en serait ainsi si Cheikh Béthio avait clairement apporté son soutien à l’actuel président durant la campagne pour les présidentielles ? Ou encore que ce pouvoir aurait agi de la sorte du « vivant » de Serigne Saliou ? On voit donc là toutes les limites de cette hypocrisie, de cette parodie de justice. Pourquoi libérer ce Dias et pas lui, alors même qu’après des mois de détention arbitraire le moindre début de preuve de culpabilité de ce dernier n’a été apporté? Il ne s’agit nullement d’une question partisane, dans le sens où ce qui compte n’est nullement de savoir si celui qui dénonce cette injustice est lié à Cheikh Béthio ou pas. L’essentiel porte plutôt sur principe de base de la Justice : l’impartialité. Et le mépris de ce principe ne s’oppose pas un seul individu. En vérité, c’est la société toute entière qui manque à son devoir de vigilance en laissant s’opérer de tels abus sans mot dire. Tout avait failli se dérouler comme sur des roulettes, le
coupable ou plutôt le commanditaire était désigné d’avance, sauf que le peuple n’est pas tout à fait idiot, une partie du peuple, plutôt, ne l’est pas. De l’ OPPORTUNISME (ou comment devenir ministre sans en avoir les compétences) : A tous ceux qui cherchent une définition du mot opportunisme en wolof, on ne saurait en trouver meilleure que « Fékké ma ci bolé ». Force est de reconnaitre que notre ministre de la
culture, décidément je vais finir par donner l’impression que c’est une obsession chez moi, est passé maitre dans l’art de prêter le flanc. Je ne me résoudrais jamais à sa nomination à ce poste, preuve flagrante de l’injustice et du clientélisme qui sont la marque de fabrique du
pouvoir en place. A la vérité, je n’ai jamais eu que très peu de sympathie pour ce vil
personnage arriviste, affairiste et opportuniste par excellence. En quoi est-il plus légitime que tous ces jeunes qui ont manifesté autant sinon plus que lui contre l’ancien pouvoir, je pense notamment à ceux du collectif « Y en a marre », pour se voir attribuer un ministère ? Au cours
d’une discussion avec des amis bien avant les nominations officielles, je leur ai donné le nom du futur ministre de la culture, mais pour cela nul besoin d’être un devin. Il suffit de connaitre à peu près la nature des individus en question. C’est à croire qu’un ancien footballeur ou
lutteur qui aurait su faire l’anguille et se glisser dans les mouvements de contestation aurait certainement hérité d’un portefeuille ministériel à l’issue de l’élection, celui des sports forcément! Pourvu qu’il ait ce don qui vous caractérise tant, Monsieur le ministre, de savoir
sentir le vent tourner et de sauter sur les bonnes occasions. Pathétique ! J’ai lu dans la presse qu’il était question de donner forme à l’ « idéologie » Fékké ma ci bolé en en faisant un parti politique. Faisant fi de ma désolation et de ma sidération, je voudrais soumettre quelques propositions à ses futurs dirigeants. Comme nom du parti, pourquoi pas GPS pour Girouettes Patriotes du Sénégal ? J’aurais volontiers remplacé Patriotes par Pathétiques, mais je doute que Monsieur le ministre soit un adepte de l’autoflagellation, vu sa tendance à prendre le reste de la population pour des demeurés. Et comme slogan de vos futures campagnes, je n’ai pas trouvé mieux que celui-ci : « Au gré du Vent », pour rester dans la thématique des girouettes qui vous va à merveille. Mais girouette sans vent est
condamnée à rester immobile. Tout juste fallait-il nous éviter de nous donner de l’Italie « berlusconienne » en confiant un propriétaire d’un groupe de médias le portefeuille de ministre de la culture. Et nos intellectuels protestataires dans tout cela ? Même s’il est vrai que l’un des plus célèbres a rejoint les rangs. Ne sont-ils pas attachés à la culture ? Et la presse indépendante ? Du NEPOTISME (ou l’art de constituer une coalition hétéroclite) : En cherchant à couper court aux tentations monarchistes de l’ancien pouvoir, le peuple
sénégalais a obtenu un résultat pour le moins inattendu : l’instauration d’une véritable oligarchie. Toutes ces nominations de conseillers ne font que renforcer l’opacité qui entoure l’utilisation des deniers publics. Terrible aveu de la part du président de la République que de reconnaitre que « tout le monde ne peut être servi ». Servir et non se servir, telle est l’unique et noble mission de tout dépositaire de l’autorité publique, Monsieur le président. Tous ces ministres qui se répandent dans les journaux pour dire qu’ils ont mis tant de millions
sur la table pour que l’actuel président soit élu, dans quel but ? Prouver sa légitimité à occuper un poste ? Ou tout simplement se rappeler au bon souvenir de celui qui les nomme ? Quoi qu’il en soit, le grand perdant dans toute cette histoire reste le même : la plèbe. Cette masse d’anonymes et de défavorisés si prompte à manifester son mécontentement dans ce cadre favorable, et particulièrement rare en Afrique, qu’est notre démocratie. A cette masse on ne témoigne aucune reconnaissance ni respect en s’attelant, après avoir recueilli son vote, à
satisfaire ses besoins les plus élémentaires, comme un minimum pour vivre dans la dignité. En revanche, le mépris dans lequel on le tient s’exprime à travers les nominations de tous ces gens qui n’ont d’autre légitimité que leur célébrité ou leurs fortunes.
Ce ne sont pas là les supputations d’un quelconque intellectuel - Suis-Je Débile ? (la question n’est pas fortuite, ni les caractères en gras d’ailleurs). En vérité, derrière cet acronyme se cache l’une des plus grandes impostures intellectuelles que notre pauvre pays ait connues. Cestrois lettres qui ont donné valeur d’évangile à des pamphlets contre l’ancien président et espoir à des milliers de jeunes qui se reconnaissaient en notre illustre « dissident » exilé. La touche exotique, je ne parle pas des « dreadlocks » mais de ces appels qui nous parvenaient de Belgique ou du Canada, venait ajouter un brin de charme à l’image qu’on se faisait de notre brave exilé qui se laissait aller à des envolées lyriques d’ailleurs, allant jusqu’à appeler l’Armée à se ranger du côté du peuple contre l’ancien pouvoir. Voilà qui portait notre
exaltation à son comble. On tenait enfin notre Appel du 18 juin. Las ! Il faut croire que la plume acerbe s’est adoucie au contact des lauriers du pouvoir. Pas un mot sur toutes ces nominations scandaleuses qui auraient valu à l’ancien président un de ces fameux pamphlets
dont il avait le secret et qui faisaient notre bonheur, nous autres les frustrés de la République qui n’avions ni la dextérité ni les moyens mis à la disposition de notre illustre exilé. Le pouvoir ou les convictions ? Suis-Je Débile ? Pourquoi hésiter ? Plutôt rejoindre la coalition que s’obstiner à défendre une cause dont les lendemains sont incertains. Autant dire que les girouettes font aussi des vagues chez nos intellectuels.
Aux substantifs en « isme » du titre j’aurais pu rajouter despotisme vu la propension de notre président à se croire tout permis. L’ « affaire Cheikh Béthio » en est la preuve flagrante. Deux poids deux mesures. Comment expliquer la libération de ce Dias, filmé en train de tirer sur la
foule, et l’acharnement à maintenir Cheikh Béthio en prison? Les benêts qui n’y voient rien de politique sont libres de le faire mais chez tous ceux qui sont sensibles à la question de la préservation de la justice et de l’équité dans notre pays, cet acte provoque un sentiment de
révolte. La révolte gronde et vous n’aurez pas le temps de la voir venir, préoccupé que vous êtes à faire le tour du monde. Faites appel à vos conseillers ! Qu’ils se rendent utiles pour une fois ! Le meilleur conseil qu’ils pourraient vous prodiguer est de faire demi-tour, non pas au
cours d’un de vos nombreux déplacements mais dans cette « affaire » dont vous aurez beaucoup de mal à vous départir et qui vous entraine dans une pente dont la sortie ne peut se faire qu’à votre détriment. Soyez-en sûr ! Votre élection est loin d’avoir été un plébiscite et
croire que vous pouvez faire taire tous ceux qui s’y sont opposés relève du fantasme.Ceci est l’avant-garde d’une conscience citoyenne longtemps astreinte à une discipline liée à ses allégeances de toutes sortes mais qui n’a jamais cessé d’aimer ce pays, et qui ne désespère
pas de voir un jour des gens compétents et intègres œuvrer à son redressement. Une chose est sure en tout cas : vous n’êtes pas de ceux-là.
GUNMAN



1.Posté par sall le 26/10/2012 19:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sa khole mo bone
sa thiapa ndeye

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image