leral.net | S'informer en temps réel

Amina Sakho : « Le cas d’Idrissa Seck rappelle tragiquement celui d’Ibliss, le maudit »

Les accusations de l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck, contre Me Abdoulaye Wade et le Président Macky Sall, par rapport au dialogue national, ont fait sortir, hier, les « Karimistes de leurs gonds. Pour Amina Sakho, présidente du mouvement « Karim Président », « le cas d’Idrissa Seck rappelle tragiquement celui d’Ibliss, le maudit ».


Rédigé par leral.net le Jeudi 2 Juin 2016 à 10:34 | | 24 commentaire(s)|

Dans une déclaration rendue publique, hier, la présidente du mouvement des « Karimistes » s’en est vertement pris au leader de Rewmi. Selon l’amie de Karim Wade, « Iblissa » Seck a raté le dernier train de l’Histoire. « Le cas du président du parti de Rewmi rappelle tragiquement celui d’Ibliss, le maudit. Ce dernier fut poussé par son orgueil à vouloir défier Allah, le Créateur. Son égo l’empêcha d’exécuter les recommandations du Seigneur et il se retrouva à jamais, sanctionné pour cette turpitude qu’il doit à son moi surdimensionné… Idrissa Seck avait, entre 2000 et 2004, l’opportunité rêvée pour devenir le 4e président de la République du Sénégal ; mais, pressé et obnubilé par le pouvoir, il commit l‘erreur de vouloir fomenter un coup d’Etat du palais, rappelez-vous le fameux « coup d’Etat rampant » de Mahmoud Saleh. Déchu par le père, il fut rétrogradé, tel Ibliss, au plus bas de l’échelle. En 2007, il se proclama 4e président de la République avant l’heure, par le biais de son prétentieux slogan de l’époque : « Idy, 4e Président… ». Ses calculs, qui lui ont valu ses « aller et retour » auprès de son ex-mentor, Me Abdoulaye Wade, le présentèrent aux yeux des Sénégalais comme un dealer hors pair. Il perdit ainsi l’occasion de devenir le 4e Président de la République du Sénégal », rappelle Amina Sakho dans les colonnes du Populaire.

En 2012, poursuit la Karimiste, Idy « se relance dans la course vers le Palais. Là aussi, il fut rattrapé par son passé de dealer invétéré et les Sénégalais se méfièrent de lui au bénéfice de l’un de ses adversaires Macky Sall. Recalé comme un looser né, Iblissa Seck n’avait plus que la prochaine Présidentielle de 2019, pour rattraper le train ».

Un train, dira-t-elle, que l'ancien PM vient encore de rater. « A l ‘heure du dialogue national, Idrissa Seck, tel Ibliss, a refusé de répondre à l’appel du peuple qui souhaitait le dialogue entre les acteurs de la scène socio-économico-politique. Ce faisant, il rate le dernier train de l’Histoire, du fait que les Sénégalais ont définitivement épuisé le peu de crédit de confiance qu’ils allouaient à Iblissa Seck. Non content de boycotter l’appel au dialogue, Iblissa tente, depuis Paris où il se réfugie, de saboter la marche vers le consensus national autour de l’essentiel et traite les acteurs de la concorde nationale, de « dealers » ! Comment se fait-il que l’homme des « Chantiers de Thiès », l’instigateur du « Pacte de Rebeuss » et le principal suspect des « 74 milliards de FCfa», ose traiter de paisibles citoyens qui œuvrent pour sauver la Patrie de « dealers» ? », se demande-t-elle.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image