leral.net | S'informer en temps réel

Amitié Wade-fils-Roi du Maroc : « Sa majesté a plaidé le dossier de Karim auprès de Macky Sall »

Le Roi du Maroc aurait plaidé le dossier de Karim Wade auprès de Macky Sall. Des sources proches de l'ancien ministre d'Etat ont révélé que le Roi du Maroc himself a demandé la clémence du président de la République pour la libération de son ami Karim Wade.


Rédigé par leral.net le Mardi 26 Mai 2015 à 10:12 | | 27 commentaire(s)|

Amitié Wade-fils-Roi du Maroc : « Sa majesté a plaidé le dossier de Karim auprès de Macky Sall »
En visite au Sénégal depuis le 20 mai, Mohamed VI entretient de très bonne relations avec la famille de l’ex-Président Abdoulaye Wade et plus particulièrement Karim Wade. Et Sa Majesté aurait demandé à Macky Sall d’accorder la grâce à son ami. C’est du moins ce que confient des sources proches de l’entourage familial de Karim Wade. « Le Roi n’a pas envoyé des émissaires pour demander au Président Sall de libérer Karim Wade, c’est lui-même qui l’a sollicité », informe une des sources de L'Obs. Une sollicitation que le Roi a renouvelée à son homologue sénégalais. Certes, le Roi, qui est en visite officielle, ne peut pas se rendre au domicile de l'ancien Président Wade pour ne pas mettre mal à l’aise le Président Sall mais, renseignent les mêmes sources, « les relations sont toujours au beau fixe ». Et l’ancien ministre Karim Wade, condamné à six ans de prison ferme, pourrait prochainement bénéficier de la grâce présidentielle. Car, des personnalités en service au Palais avancent que le Président Sall, qui n’a « aucune haine contre la famille de l’ex-président Wade, est dans les dispositions de le gracier ». Une option qu’il avait promise aux nombreux médiateurs depuis le déclenchement des enquêtes de la traque des biens mal acquis. « Le Président a toujours dit qu’il ne constituerait jamais un obstacle pour l’indépendance de la justice. Raison pour laquelle, il avait évité d’intervenir dans ce dossier de la traque. Il ne peut pas déclencher une enquête et, une semaine après, dire aux magistrats : « Arrêtez parce que des personnes m’ont dit d’arrêter », confie-t-on.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image