leral.net | S'informer en temps réel

Animata Bâ élève atteinte par balle lors des échauffourées « Quand j’ai vu le sang couler de ma cuisse gauche, j’ai cru que j’aillais mourir »

LERAL.NET Elève en classe de terminale, Animata Bâ atteinte par balle lors des échauffourées avec les forces de l’ordre, nous livre dans l’Observateur lu et repris par leral les récits de sa triste journée d’hier.


Rédigé par leral.net le Vendredi 20 Janvier 2012 à 10:12 | | 0 commentaire(s)|

Animata Bâ  élève atteinte  par balle lors des échauffourées  «  Quand j’ai vu le sang  couler  de ma cuisse gauche, j’ai cru que  j’aillais mourir »
Les forces de l’ordre ont encore usé la violence pour réprimer la marche des élèves. C’est ainsi que dans cette confrontation avec les jeunes lycéens, les hommes du ministre de l’intérieur ont utilisé des balles, des grenades, pour arriver à leur fin. Toutefois dans ce face à face, une élève en classe de terminale a été blessée à la cuisse suite à un projectile tiré par la police. Cet élève du nom d’Animata Bâ affirme que l’objectif était d’organiser une marche pacifique.

« Nous avions prévu d’organiser une marche pacifique , de la banlieue vers le ministère de l'Education en ville pour manifester contre le fait que depuis un mois , nous ne faisons pas cours en raisons des grèves récurrentes qui secouent le système éducation » renseigne- t-elle.

Elle narre ici le film des événements: « Les policiers se sont repliés et nous pensions que c’en était fini des hostilités. Les élèves ont repris de plus belle la marche. Les policiers sont revenus à la charge avec des grenades. Pour se défendre, nous nous sommes armés de pierres. Nous nous sommes réfugiés dans les maisons environnantes et les policiers, qui étaient repliés, sont revenus avec d’autres armes » précise –t-elle.

Elle ajoute que : « Ce fut la débandade. Moi, étant atteint de sinusite, je me suis mise à courir pour éviter que la fumée des lacrymogènes ne me fasse piquer une crise. C’est alors que j’ai senti une brûlure atroce sur le haut de ma cuisse gauche. Le sang a commencé à gicler. Sur le coup, j’étais tétanisée de peur j’ai cru que la terre avait arrêté de tourner et que j’allais mourir. J’ai été ensuite acheminée à l’hôpital Roi Beaudouin. Au bout d’une heure, le médecin m’ a consulté et à l’ aide d’un appareil, a détecté qu’en fait, il s’agissait plutôt d’une blessure par balle ( balle en caoutchouc) » laisse-t-elle entendre.









Hebergeur d'image





Hebergeur d'image