leral.net | S'informer en temps réel

Ansoumana Dione pose leurs doléances

La 2ème édition de la Journée nationale des malades mentaux a vécu, avant-hier, au terrain handball de Rufisque, sous la présence de plusieurs handicapés mentaux. Un moment saisi par Ansoumana Dione, président de l'Association Sunugaalienne de suivie et d'assistance des malades mentaux errants (Assamm), pour réclamer le nom et la gestion du centre de Kaolack actuellement baptisé Imam Assane Cissé. « Je ne vais pas accepter qu'on m'enterre vivant. Le centre de Kaolack est une histoire qui doit porter mes empreintes. Imam Cissé a beaucoup oeuvré pour les handicapés, mais pas pour les malades mentaux. Il n'est pas plus méritant que moi. Ce que j'ai fait pour ces derniers, personne ne pourra le réaliser. Ce nom me revient de droit. Ansoumana Dione et sa photo à l'appui sur ce lieu ne sera que légitime », a indiqué le maître d'œuvre de ce drôle de meeting dit des malades mentaux errants.


Rédigé par leral.net le Jeudi 19 Juin 2014 à 13:20 | | 0 commentaire(s)|

Ansoumana Dione pose leurs doléances
Du reste, Ansoumana Dione a averti qu'il n'entend pas baisser les bras, ni cesser son combat. « Tant que j'aurai une once de souffle, je ne cesserai de défendre cette cause. La gestion du centre de Kaolack doit revenir à l'Assamm dans la mesure c'est notre projet et que nous maîtrisons mieux ce domaine », a-t-il encore clamé. « Les gens ignorent que la gestion de cette structure et la psychiatrie n'ont rien à voir. L'Etat doit placer les personnes qu'il faut à la place qu'il faut. Et je suis la seule personne capable d'administrer ce centre d'accueil destiné aux malades mentaux errants et personne d'autre », a-t-il encore ergoté, lors de ce meeting, avant de mettre en garde le chef de l'Etat. « Et si Macky Sall ne recule pas, un autre plan d'actions beaucoup plus offensif est prévu dans les prochains jours à venir », a-t-il prévenu.
Le Populaire






Hebergeur d'image