leral.net | S'informer en temps réel

Anthropophagie et meurtre: Souleymane Sabaly écope de 15 ans de travaux forcés

Souleymane Sabaly, en détention provisoire depuis octobre 2010, a été condamné, jeudi, à 15 ans de travaux forcés par la Cour d'assises de Ziguinchor (Sud) pour le meurtre du Vieux Demba Baldé qu'il accusait d'avoir envoûté sa cousine Koïtia Sabaly décédée le même jour du crime.


Rédigé par leral.net le Jeudi 5 Décembre 2013 à 20:11 | | 0 commentaire(s)|

Anthropophagie et meurtre: Souleymane Sabaly écope de 15 ans de travaux forcés
Les faits pour lesquels il est attrait devant la justice remontent à la nuit du 4 au 5 octobre 2010, à Dinguiraye. Les éléments de la brigade de gendarmerie de Vélingara ont été informés du meurtre d'un octogénaire, nommé Demba Baldé. Sur place, ils ont trouvé une personne inerte avec une grave blessure sur le crane.

Le certificat de genre mort note une ouverture de 4cm du crâne chevelu, consécutive à un objet lourd. C'est au moment où il était avec ses petits fils que Souleymane Sabaly, alors âgé de 18 ans, lui a asséné un violent coup de pilon sur la tête.

Le Vieux Demba Baldé est marginalisé par les habitants du village de Dinguiraye qui l'accusaient d’anthropophagie, selon les enquêteurs. Son meurtre a coïncidé avec décès d'une petite fille nommée Koïtia Sabaly qui se trouve être la cousine de Souleymane Sabaly.

Aminata Baldé, la fille de la victime, a révélé aux enquêteurs que l'inculpé avait proféré des menaces de mort à plusieurs reprises à l'endroit de son père.

A l'enquête préliminaire, Souleymane Sabaly a reconnu les faits qui lui sont reprochés, en expliquant son mobile par le fait que sa petite sœur aurait été envoûté par le vieux Baldé.

Devant le juge d'instruction et à la barre, il a réitéré les mêmes propos, estimant que la victime était un anthropophage. Selon lui, dans tous les villages où Demba Baldé avait séjourné, ils ont constaté les décès des enfants.

Il est convaincu que la mort de sa cousine était causée par le vieux Baldé qui l'avait pourchassée la veille. Il a indiqué avoir donné un coup de pilon à Demba Baldé, tout en précisant qu'il n'avait pas l'intention de lui ôter la vie quand il a trouvé chez lui assis sous un manguier.

L'inculpé a soutenu qu'il avait pris la fuite après avoir vu couler le sang de sa victime qui a poussé des cris. Il a démenti avoir proféré des menaces à l'endroit du vieux Baldé.

Selon l'avocat général, l’élément nouveau dans cette affaire, c'est la légitime défense invoquée par l’inculpé. El Hadji Alioune Abdoulaye Sylla estime que cet argument ne peut pas prospérer.

D’après le magistrat, tous les faits prouvent qu’il avait bel et bien l'intention de donner la mort au vieux Baldé en lui donnant un coup sur le crane. Estimant que le délit de meurtre est établi, le représentant du ministère public a requis 20 ans de travaux forcés contre Souleymane Sabaly.

La défense estime pour sa part qu'il y' aurait un doute sur l'accusation selon laquelle son client avait la volonté de donner la mort au vieux Baldé. Me Prosper Djiba a demandé à la Cour de disqualifier les faits de meurtre en coups mortels et de lui faire bénéficier de larges circonstances atténuantes.

La Cour en a décidé autrement en condamnant Souleymane Sabaly à 15 ans de travaux forcés pour le meurtre de Demba Baldé.

APS






Hebergeur d'image