leral.net | S'informer en temps réel

Appel à la destitution du Ministre de l’Intérieur, Monsieur Bécaye Diop.

Walf Grand Place du vendredi 29 janvier 2010, titre en première page de son édition : « j’aurais dit aux policiers d’ouvrir le feu si… ». En page4, le supposé auteur de cette grave menace précise : « C’aurait été ailleurs, j’aurais dit aux forces de l’ordre d’ouvrir le feu ».


Rédigé par leral.net le Samedi 30 Janvier 2010 à 02:05 | | 4 commentaire(s)|

Appel à la destitution du Ministre de l’Intérieur, Monsieur Bécaye Diop.
Qui parle ainsi ? Le journal nous apprend que ces ordres irresponsables viennent de celui qui est chargé de notre sécurité et de notre protection : Monsieur Bécaye Diop.

Le premier de nos policiers gardera t il constamment cet ordre au bout des lèvres et sera-t-il prompt à le donner en tous lieux où il ne possèdera pas de parents ? En tous les cas nous voici prévenus.

Le BRDS, et les partis non alignés se désolent de la farce nationale, simulacre de mauvais goût démocratie décadente que le gouvernement, toute honte bue, offre à la Nation et à la communauté internationale.

En effet, un ministre- militant zélé du parti au pouvoir qui dégaine et tire plus vite que son ombre, dirige des discussions faites sous haute surveillance policière dans l’enceinte même de l’école de police. Les conclusions de ces discussions vont être soumises pour jugement, et correction, à un président de la république candidat à sa propre succession. Un code électoral « consensuel » sera proposé à une assemblée nationale mécanique aux ordres.

Après cinquante ans de démocratie, voilà ce que l’on offre à notre peuple. Le Togo, la RCA, la Guinée, la Côte d’Ivoire sont tous dans des systèmes d’organisation et de contrôle de leurs élections qui prouvent leur lente mais sûre évolution vers une démocratie apaisée.

Avec un ministre armé jusqu’aux dents, prêts à tirer sur tout ce qui bouge, il n’est pas prudent de se rendre dans son antre à l’école de police.

Puisque nul ne sait où accoste la pirogue d’un fou, je propose humblement à toute la classe politique, opposition comme mouvance, de prévenir les actes « imprévisibles » de ce Monsieur en demandant au Président de la République de libérer ce grand défenseur du PDSL de toutes ses charges républicaines et de le renvoyer à sa base à Kolda et mieux, à Sédhiou où loin de la patrie, il pourra mieux servir son parti.

El Hadj Hamidou DIALLO

Secrétaire Général du BRDS

Coordonnateur du Collectif des partis NON ALIGNES



1.Posté par benawaay le 30/01/2010 07:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sous wade,tout est passible et possible.
attention,ils sont pret à tout pour conserver le pouvoir.
soyons nous aussi pret à mourrir.
souvenez vous,wade a equipé la police pour ça .
acceptons aussi de mourrir pour sauver ce pays de ces ovnis politiques.

2.Posté par mass le 30/01/2010 10:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Parti non aligne ne veut rien soit vous etes dans l'opposition ou partis allies a la monarchie de wade.

3.Posté par Léboubi le 30/01/2010 17:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'irruption brutale de cette nouvelle race de cloportes compliqués de dangereux fayots sur l'échiquier politique, est favorisée par la monoculture de l'argent facile, la prodigalité outrancière aveugle et malsaine de notre hyperprésident. Il les récompense à coup de sinécures pour leurs faits d'armes. Ces sombres chasseurs de prime à la conscience réifiée, prêts à se damner pour rester dans les petits papiers du prince, ont littéralement cassé le code du larbinisme et de la courtisanerie. Ils ont réussi à entortiller le vieux satrape, qui les utilise savamment pour ses règlements de compte mafieux ou pour tailler des croupières à ses adversaires. Dans l'enivrement du pouvoir, ils se figurent tout permis pour plaire au prince; Ils ont pour nom Farba âne, Serigne Mbacké Ndiaye mercenaire, Massaly le mufle, Bécaye le reptile et puis qui encore? Ils font légion dans le gouffre présidentiel!

4.Posté par le solitaire le 31/01/2010 12:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mass, dans l'opposition actuelle, il y a landing savané, mbaye jacques diouf, mamadou diop, robert sagna et tous ceux que wade a chassé du plat national. on y rencontre des partis de gauche, des partis de droites, des amis et des ennemis, d'anciens prédateurs et et et...des voyous. ils veulent revenir au pouvoir pour faire et refaire ce qu'ils savent faire le mieux, piller le peuple. aussi mass, tu dois dépasser cette vision bipolaire de l'espace politique, d'autant plus que tu dois le constater qu'au sénégal, faire de la politique rapporte des sous: les religieux font de la politique, les syndicalistes font de la politique, la socièté civile fait de la politique. ainsi, cet espace initialement dédié aux politiciens est investi par tous. quand un imam devient un chef de parti, il doit être normal qu'un chef de parti devienne imam. les gars de Jamra sont de la socièté civile, sont imam, ont un parti politique et un syndicat. ils sont aussi patrons et ouvriers.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image