Leral.net | S'informer en temps réel

Après 15 ans dans sa prison américaine, un espion cubain retrouve sa femme enceinte

le 23 Décembre 2014 à 02:30 | Lu 329 fois

Emprisonné depuis 15 ans, Gerardo Hernandez sera d'ici quelques jours le papa d'une petite fille. Car l'enfant est bel et bien de lui. Explications sur fond d'amour et de diplomatie.


Après 15 ans dans sa prison américaine, un espion cubain retrouve sa femme enceinte
Gerardo Hernandez est l'un des trois Cubains emprisonnés pour espionnage libérés la semaine dernière par les États-Unis. À son retour sur l'île, Gerardo Hernandez a retrouvé sa femme enceinte de 9 mois, alors qu'il ne l'avait pas vue depuis 15 ans… L'homme était détenu en Californie, à 3600 kilomètres de La Havane. Alors, quand les téléspectateurs cubains, scotchés devant leur poste pour suivre le retour des prisonniers, ont aperçu le ventre rond de sa femme, certains esprits ont travaillé... un peu trop vite. De nombreuses rumeurs ont ainsi circulé sur la paternité de l'enfant, rapporte la chaîne d'information américaine CNN. Pourtant, selon les informations de cette même chaîne, l'enfant serait bien de Gerardo Hernandez. C'est la jolie histoire dans l'Histoire, où se mêlent amour et diplomatie et qui témoigne, à sa manière, du récent dégel des relations entre Cuba et les États-Unis.
Du sperme envoyé à Cuba
CNN explique que lors des négociations entre Cuba et les États-Unis, qui ont abouti à un spectaculaire rapprochement la semaine dernière, un accord plus original a été conclu. D'après deux sources gouvernementales cubaines, le sperme de Gerardo Hernandez a été récolté puis rapatrié à Cuba afin que la femme du prisonnier, Adriana Perez, puisse bénéficier d'une insémination artificielle. «Nous pouvons confirmer que les États-Unis ont facilité la requête de Mme Hernandez d'avoir un bébé avec son mari», a affirmé, de son côté, le porte-parole du département de la Justice américaine.
En échange de cet envoi de sperme, les États-Unis ont obtenu pour Alan Gross, prisonnier américain qui séjournait dans les geôles cubaines depuis cinq ans, (...)


Lire la suite sur Figaro.fr