leral.net | S'informer en temps réel

Après Codé Mbengue, Mamadou Thiandoum de la police des Airs et des Frontières limogé

La sortie d’Oumar Sarr du territoire continue d’entraîner des sanctions au sein de la Police. Après le directeur général de la Police nationale, c’est au tour de celui de la Police des Airs et des Frontières d’être remplacé à son poste.


Rédigé par leral.net le Mercredi 29 Mai 2013 à 08:38 | | 1 commentaire(s)|

Après Codé Mbengue, Mamadou Thiandoum de la police des Airs et des Frontières limogé
Abdoulaye Niang et Mody Ndiaye remplacent respectivement Codé Mbengue et Mamadou Thiandoum. Le commissaire divisionnaire de classe exceptionnelle, Abdoulaye Niang, était jusqu’ici Dg adjoint de la police nationale. A en croire Le Quotidien, le limogeage de Mamadou Thiandoum est dû au refoulement d’un couple afghano-pakistanais qui détenait des passeports britanniques volés. Ce couple n’aurait pas fait l’objet d’une audition de la part des policiers avant leur expulsion de Dakar. Des nominations survenues en Conseil des ministres ce lundi.



1.Posté par fall le 29/05/2013 12:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Codé Mbengue n’est plus le Directeur général de la Police nationale depuis hier.
Les véritables raisons d’un limogeage
1-M. Mbengue était dans le viseur du président de la République depuis fort longtemps.

2-Un vieux contentieux gangrène les relations entre les deux hommes.

3- Des relations tendues qui remonte au temps où Macky Sall était dans l’opposition.

4-Au cours d’une marche contre la candidature de Wade pour la Présidentielle de 2012, il s’était mis au devant et avait même bousculé l’actuel chef de l’Etat, qui venait de rompre les amarres d’avec Wade

5-Une attitude que l’ancien Premier ministre, devenu opposant d'alors, n’avait « pu digérer jusqu’à présent .

6-Depuis lors,il était à l'affût de la bonne occasion pour se débarrasser d’un homme devenu encombrant.

7- L’histoire du voyage d’Oumar Sarr et les dysfonctionnements soulignés par le ministre de l’Intérieur ne seraient donc, en fin de compte, qu’un banal prétexte, qui est tombé à pic .
( conclusion)
Nous n’avons pas besoin d’un président qui divise et qui agite des épouvantails sans traiter les vrais problèmes, nous avons besoin d’un président rassembleur et sérieux, qui prenne à bras le corps les vrais sujets sans tomber dans les invectives, la polémique règlement de compte.

Qu il dégage.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image