leral.net | S'informer en temps réel

Après la RADDHO et le CSDH : Alioune Tine valse à Amnesty

Alioune Tine, président du Comité sénégalais des droits de l’Homme, est nommé à la tête du bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre d’Amnesty international.


Rédigé par leral.net le Samedi 24 Janvier 2015 à 17:00 | | 1 commentaire(s)|

Après la RADDHO et le CSDH : Alioune Tine valse à Amnesty
Ancien patron de la Rencontre africaine des droits de l’Homme (Raddho), il savoure cette nouvelle promotion. «Je suis heureux de rejoindre Amnesty international pour réaliser un idéal que nous partageons, qui nous tient à cœur et qui justifie encore notre combat pour l’éradication des violations des droits de l’Homme en Afrique», a déclaré Alioune Tine, qui a pris fonction le lundi 19 janvier au siège du nouveau bureau régional d’Amnesty international à Dakar (Sénégal). «Nous allons travailler pour que l’Afrique apporte une contribution à la hauteur des défis que sont l’éradication de la torture, de l’impunité et de toutes les formes de discrimination qui minent le continent. La région Afrique de l’Ouest et du Centre a besoin d’une meilleure dissémination des valeurs et principes des droits de l’Homme par l’éducation et la formation», ajoute-t-il. Militant des droits de l’Homme depuis plus d’une trentaine d’années, il va diriger le travail de l’organisation dans 22 pays de la région.
Il faut signaler qu’Amnesty international a lancé l’initiative «Moving closer to the ground» (Se rapprocher du terrain) avec l’ouverture de trois bureaux régionaux en Afrique. Ils sont basés à Johannesburg (Afrique Australe), Nairobi (Afrique de l’Est) et Dakar (Afrique de l’Ouest et du Centre).
Amnesty international vise à travailler plus étroitement avec les organisations et les défenseurs des droits de l’Homme au niveau local, pour répondre plus rapidement et plus efficacement aux violations des droits de l’Homme, et être solidaire pour construire des sociétés respectueuses des droits.






Hebergeur d'image