leral.net | S'informer en temps réel

Après la fronde et la ronde: Seigneur fasse que…


Rédigé par leral.net le Lundi 12 Janvier 2015 à 10:21 | | 2 commentaire(s)|

Après la fronde et la ronde: Seigneur fasse que…
Charlie Hebdo a été quasiment décapité. On ne s’en réjouit point. La vie humaine, sacrée, en tout cas dans le Coran, ne mérite pas une telle barbarie. Mais la vie humaine, ce n’est qu'une suite de respirations et d’expirations, ponctuées de sentiments, de désirs et d’émotions, avant une extinction. C’est aussi le droit à la dignité de vivre sa culture, sa religion, ses coutumes…, qui font la beauté de l’humanité par leurs variétés et non la « mondialisation à sens et direction uniques », que veut imposer l’Occident au reste du monde, par la violence des armes, expressions des idéologies dans le choc des civilisations; des stigmatisations, des rejets et toutes formes de marginalisations bien élaborés par les politiques et déroulés par les médias occidentaux.

La vie humaine, c’est le droit et la sagesse à la reconnaissance de la différence. Ce n’est pas, à mon avis, un suivisme avec des œillères empêchant de voir la réalité socio-géo-politique, en fonction des « intérêts des états », qui n’ont pas d’amis, selon le Général De Gaulle. La vie humaine, c’est aussi le droit à la considération sans préjugés. C’est tout simplement le respect et la considération des uns vis-à-vis des autres, gage d’une cohésion sociale, d’une intégration réussie et d’une cohabitation pacifique.

Charlie a été charcuté, avec une violence que je ne cautionne pas. Avant même la publication de résultats d’enquêtes, les musulmans sont indexés. Les deux frères n’auront pas la chance de s’expliquer devant une cour. Savaient-ils qu’ils ne seraient jamais écoutés- ils ne le sont pas encore dans les quartiers où ils s’entassent comme des souris, dans les faubourgs des villes françaises-, pour espérer se faire entendre, par un juge impartial ? Pourquoi ont-ils été tués et non arrêtés ?

Ils ont péri avec les motivations de leurs actes non élucidées, avec leur part de vérité qui ne sera jamais connue ; mais interprétée par des spécialistes de la propagande et la manipulation. Ils ont trépassé avec la peine de leurs parents et amis qui n’oseront peut-être pas prétendre à un deuil digne, au risque de se voir « liquider aussi pour non conformisme », par les médias et les politiques français. Qui avait intérêt à ce qu’ils ne s’expriment pas, comme ce fut le cas du présumé coupable, des témoins et des proches du dossier de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy ? Bref, à qui profite le crime ?

Ils ont râlé. Ils ont crié. Ils ont vomis leur haine, leur indignation sélective, sans le vouloir pour les uns et consciemment pour les autres. Chose que personne n’a osé faire en France quand les enfants palestiniens ont péri sous les balles de Tsahal, jouant à la course, sur une plage de Gaza. Eux, ne méritaient-ils pas une telle « mobilisation, une telle unité », au nom de la vie humaine ? Non, ils sont de potentiels « terroristes » à éliminer.

Ils ont vomis sur l’Islam, ils ont dénigré et encore discrédité cette religion via les lèvres de beaucoup de musulmans, utilisés pour la circonstance, volontairement ou tombés dans le piège, au nom de la république ou tout simplement par citoyenneté du monde ou par altruisme circonstanciel.

Je m’associe à la peine des parents et familles de toutes les victimes. Je rejette pour autant, le comportement irresponsable de Charlie Hebdo et la complicité du gouvernement français dans le sacrifice de ces « journalistes », d’un autre univers où tout est permis, sans éthique ni déontologie journalistique. Ils ne sont plus « journalistes ». La preuve, ils seront remplacés dans la rédaction. Liberté ou imbécilité professionnelle ?

Ils ont enjambé les frontières ethniques, confessionnelles, nationales et même continentales, après avoir paraphé « les lettres de subordinations », dans les ambassades françaises... Ils ont fait la ronde. Ils ont marché. De l’Europe, de l’Asie, de l’Afrique et des Amériques, ils ont battu le macadam parisien pour crier leur indignation, afficher leur condamnation et manifester leur union contre « l’obscurantisme », le nouveau nom de leur Islam, en complicité avec « les rayons solaires ». Des musulmans sont venus prêter mains fortes à une partie de la France qu’ils ont voulu considérer contre l’autre, isolée, minorée et stigmatisée.

En souliers, en babouches, en sandales, en bottes, en mocassins, en sabots…, ils ont marché sur la religion musulmane et se sont mouchés sur Islam. Parmi eux, des musulmans. Une cinquantaine de chefs d’Etats, dont des africains, parmi lesquels des musulmans. Ils se sont tous prosternés devant « la civilisation occidentale » contre « la barbarie islamiste ». « La tolérance » ne peut être qu’islamique pour eux et « la liberté », de se défouler sur les autres, qu’occidentale. Ils ont trainé leurs « bidons » dans les rues de Paris, les uns plus gros et gras que les autres, pour rivaliser d’attachement à « la démocratie et au libertinage intellectuel ».

Ils ont rivalisé de propos doux à l’égard de la France et se sont abstenus de déplorer les comportements hebdomadaires Charliens, qui n’épargnent ni l’Eglise, ni le Pape, ni le Saint Esprit, ni Mohammad, seul les Juifs et Israël ne figurent pas sur leur ligne éditoriale. Insulter l’Islam fait vendre dans un pays où l’extrême droite monte en flèche ; ironiser l’Eglise n’émeut plus dans une France sans foi ; mais où toucher aux juifs serait de l’antisémitisme « intolérable », que la « liberté » ne peut pas franchir.

Les « Français » ont tourné le dos à l’Eglise et ont déchiré la foi. Quand on brule sa cachette, on se réfugie forcément dans l’asile de l’autre ; et quand on vient, désorienté et souhaite vivre comme tel, à coté de l’autre, sans se soucier de ce qu’on a trouvé sur place, la confrontation est inévitable, me semble-t-il.

Pour la journée de mobilisation du dimanche, les synagogues et les écoles juives, en France, ont été surveillés par des gendarmes et militaires. Ce n’est pas une première. Mais pourquoi pas les mosquées, les écoles musulmanes ou catholiques et les églises aussi ? Que représentent les juifs pour jouir d’une si grande attention et sécurité ? Qui veut ameuter qui, pourquoi et en faveur de qui ? Les réponses à ces interrogations me semblent importantes. La France n’a pas appris de son passé, pourtant récent. Là où jouit le Juif, se produit à profusion la violence. Leur malédiction divine, ils ont promis de la déverser sur l’humanité, particulièrement sur les musulmans.

François Hollande a été à un lieu de culte juif, pour quelle nouvelle allégeance à Israël, après celle de Manuel Valls, à visage découvert ? C’est apparemment la soumission face à l’Etat juif, à travers ses représentants en France et aux Etats-Unis, qui mène à l’Elysée ou à la Maison Blanche, ou permet d’obtenir un second mandant, dont a besoin François Hollande et dont rêve Valls.

Seigneur. Je ne te demande pas de secourir l’Islam et les musulmans. Tu l’as promis et tu ne faillis pas à tes promesses. Seigneur, Fasses que je reste lucide face à tes épreuves et celles de ta créature. Seigneur fasses que je ne suive pas comme un mouton qui suit bêtement son gosier politico-économique. Seigneur, fasses que je ne vois pas l’autre comme un obstacle, mais un compagnon d’expériences enrichissantes sur le chemin que tu m’as tracé, l’ISLAM. Amine.

Mamadou Lamine BA
ballamine@gmail.com
00221 70 203 16 81







Hebergeur d'image