Leral.net | S'informer en temps réel



Après neuf heures de paralysie, l'accès à Internet de la Corée du Nord rétabli

le 23 Décembre 2014 à 10:19 | Lu 367 fois

Après neuf heures de paralysie, l'accès à Internet de la Corée du Nord rétabli
Une panne géante a totallement interrompu, lundi 22 décembre, les connexions Internet en Corée du Nord. L'accès a été rétabli, mardi 23 décembre, après plus de neuf heures de paralysie.
Les causes réelles de ce dysfonctionnement restent inconnues, mais plusieurs experts en informatique émettent l'hypothèse que le pays a été la cible d'une cyberattaque. Quelques jours auparavant, Barack Obama avait promis des représailles à la suite du piratage massif de Sony Pictures imputée par le FBI à Pyongyang.
Dyn Research, une société américaine spécialisée dans la cybersécurité, avait expliqué plus tôt lundi que les connexions internet entre la Corée du Nord et le reste du monde - jamais très bonnes d'ordinaire - avaient commencé à être perturbées dès le week-end.
Cette fois, « c'est différent des courtes coupures que nous avons remarquées par le passé », avait remarqué un de ses représentants. Doug Madory, chargé des questions Internet au sein de la firme avait lui déclaré : « Je ne serais pas surpris qu'ils soient en train d'encaisser une attaque à l'heure actuelle. ».
ROUTAGE PAR LA CHINE
Le département d'Etat s'était alors refusé à tous commentaires. L'administration Obama « examine une série d'options » pour répondre à la cyberattaque de Sony, avait-elle lâché. « Parmi nos réponses, certaines seront visibles, d'autres pas ».
Comme le souligne le New York Times, si « l'attaque était d'origine américaine, ce que Washington ne reconnaîtra probablement jamais, ce serait une tentative inédite des Etats-Unis d'attaquer les connexions Internet d'un pays souverain. »
La Corée du Nord ne possède que quatre réseaux internet, contre 150 000 aux Etats-Unis.
Tout le routage passe par China Netcom, filiale de China Unicom. Washington a récemment enjoint la Chine, le plus proche allié de Pyongyang, de maîtriser les activités de piratage informatique conduites depuis cette dernière.
Le chef de la diplomatie (...)


Lire la suite sur lemonde.fr