leral.net | S'informer en temps réel

Après une absence de plus de 10 ans : Abdou Diouf retourne à Louga, dans la polémique

L’ancien président de la République, Abdou Diouf, sera accueilli aujourd’hui à Louga, où il n’est plus revenu depuis plus de 10 ans. Cette visite a suscité une polémique. Si les partisans du Président Macky Sall et ses proches, battent le rappel des troupes, les détracteurs du parrainage ruent dans les brancards pour jeter le discrédit sur l’ex secrétaire général de l’organisation de la Francophonie.


Rédigé par leral.net le Mercredi 3 Décembre 2014 à 19:40 | | 5 commentaire(s)|

Après une absence de plus de 10 ans : Abdou Diouf retourne à Louga, dans la polémique
«Retour de l’enfant prodige». Cette expression pourrait être chantée aujourd’hui en l’honneur du président Abdou Diouf. Le désormais ex secrétaire général de l’organisation de la Francophonie, qui est resté plus d’une décennie (son dernier séjour à Louga remonte à 2002, lors du décès de sa mère, Adja Coumba Déme) sans fouler le sol de son fief politique, y retourne cet après-midi à 15 heures, pour l’inauguration du Boulevard de la gouvernance, qui porte désormais son nom. Il sera accompagné par le président de la République, Macky Sall. Cette visite très attendue par la population de la capitale du Ndiambour, centralise tous les débats. En effet, du côté du pouvoir, on bat le rappel des troupes. Les réunions et les visites de proximité se succèdent. Joint au téléphone, Moustapha Diop, le maire de Louga, par ailleurs ministre délégué auprès du ministre de la Femme, assure : «Le chef de l’Etat, très préoccupé par la réussite de cet événement (inauguration du boulevard « Abdou Diouf », nous a dit de ne ménager aucun effort pour que tout se déroule dans les règles de l’art. Il nous a fermement demandé de nous mobiliser pour réserver à Abdou Diouf un accueil digne d’un roi». Aussi, rapporte-t-il, très optimiste, «notre leader, Macky Sall, nous a conseillé de nous inspirer du 15e sommet de la Francophonie. De toutes les façons, Louga ne doit pas être en reste. Abdou Diouf a été honoré récemment à Dakar, donc son fief est tenu d’en faire de même. C’est pourquoi nous avons mobilisé toutes les couches de la société pour que tout le monde réponde à l’appel. Louga doit tirer profit du retour de son fils ».

La trouvaille des femmes de la mouvance présidentielle


Les femmes membres des partis politiques de la mouvance présidentielle, notamment le Ps, l’Apr, l’Afp, «Fecce Maci Bollé », le Pit … et celles des groupements féminins, ont uni leurs forces pour réserver aux hôtes un accueil chaleureux. Au cours d’une réunion tenue hier, elles ont pris la décision de s’habiller en blanc : «Toutes les femmes des partis alliés et des groupements féminins porteront des habits blancs, car nous voulons éviter la politisation de la visite d’Abdou Diouf, qui est un patrimoine de toute la ville», nous a révélé une dame qui a pris part à cette réunion.

La marche du mouvement «Ndiambour- Ndiambour» interdite

Le mouvement «Ndiambour-Ndiambour», qui regroupe une bonne partie des jeunes de certains partis politiques, très hostile au choix porté sur Abdou Diouf pour être le parrain du «Boulevard», avait adressé une demande de marche depuis vendredi passé au préfet du département de Louga. Cette demande a été finalement rejetée par l’autorité administrative, «pour défaut d’effectifs des forces de l’ordre». La police chargée d’exécuter la mesure, a informé les intéressés à l’issue d’une rencontre tenue hier matin dans les locaux du commissariat urbain. Cependant, les jeunes, très révoltés par cette interdiction, qu’ils jugent légère, avaient décidé de la braver. Alors, la tension était perceptible. Informé, Thierno Cheikhou Oumar Tall, fils aîné du khalif général de la famille Omarienne, a convoqué les contestataires pour essayer de les raisonner. A l’issue de cette rencontre, qui a tiré en longueur, «les pourfendeurs de Diouf» ont finalement décidé de surseoir à leur mouvement d’humeur. Seulement, selon Leyty Fall de l’Apr, un des membres du mouvement «Ndiambour– Ndiambour», «dès jeudi, nous allons introduire une autre demande de marche. Nous menons un combat de principe. Abdou Diouf ne mérite pas d’être le parrain du boulevard, nous allons nous battre, parce que nous portons notre choix sur le vénéré Mame Cheikh Mbaye, le père de feu Djily Mbaye».

Louga sans frontières dans la danse

Un autre mouvement citoyen dénommé «Louga sans frontières», s’est joint à la contestation. Ses membres, qui ont adressé une lettre ouverte aux autorités administratives et à la presse, se disent indignés : «Abdou Diouf ne doit pas être célébré à Louga. Les raisons qui fondent notre refus sont de trois ordres : Diouf a dit qu’il est Saint Louisien (..), il ne possède aucun terrain à Louga (…) et enfin, il veut qu’on l’enterre, après sa mort, à Ziguinchor», ont écrit les signataires de cette lettre.

L'Obs






Hebergeur d'image