leral.net | S'informer en temps réel

Arrêté puis relaxé pour escroquerie, Abdoulaye Mamadou Guissé accuse le pouvoir et riposte en portant plainte


Rédigé par leral.net le Mardi 6 Octobre 2015 à 08:23 | | 5 commentaire(s)|

Blanchi par la justice après un séjour carcéral de 19 jours à Rebeuss pour escroquerie portant sur une affaire de visa, Abdoulaye Mamadou Guissé, président du Mouvement culturel pour le Salut du Sénégal (Mcss) assimile son arrestation à un kidnapping. « J’ai été pris en otage par la police de Pikine sous l’impulsion d’un brigadier. Donc des responsables politiques du parti au pouvoir, du régime en place, ont usé de tous les moyens pour fabriquer un jeune du nom d’Amadou Bécaye Diouf qui ne me connait même pas, qui ne connait rien de moi. Donc, ce jeune me reprochait de m’avoir donné 3,5 millions Cfa pour un problème de visa alors que je ne le connais pas. Sans preuve, la police m'a déféré et le procureur de Pikine m’a inculpé », fulmine M. Guissé qui poursuit : « Au tribunal, devant le juge, il a avoué qu’il ne me connait pas. Il ne pouvait même pas citer une seule personne qui me connait. Donc, j’ai passé quatre jours à la police de Pikine et 15 jours à Rebeuss, ce qui fait 19jours ».

Dans sa déclaration, le membre du Fpdr dit porter plainte contre son bourreau, mais aussi contre un policier en service à Pikine. « Je dis que je suis sorti victorieux de ce procès et ils ont été déboutés. Sur ce, j’ai porté plainte contre le jeune Amadou Bécaye Diouf pour fausses accusations, mais aussi pour tentative d’extorsion de fonds. A la police de Pikine, un brigadier m’avait demandé de rembourser la somme de 3,5 millions Cfa, ce que j’ai refusé », explique-t-il. « J’ai porté plainte contre ce policier pour tentative d’extorsion de fonds, mais aussi pour association de malfaiteurs. Mêmes les juges ont reconnu que c’est un complot politique ourdi contre ma personne par des acteurs politiques. Malheureusement, aujourd’hui, au Sénégal, il y a des policiers qui roulent pour des responsables politiques du pouvoir », regrette Abdoulaye Mamadou Guissé.

Très en colère, il soutient que cela ne milite pas en faveur de l'excellent travail du procureur de la République, Bassirou Guèye. « Parce que je sais que, lui-même, il n’est pas au courant de ce qui se passe aujourd’hui dans les polices. Dîtes-moi comment la police de Pikine peut se permettre de perquisitionner mon domicile de Guédiawaye ? », s'interroge-t-il. Le président de la Commission organisation du Fpdr de fustiger un excès de pouvoir des limiers qui ont perquisitionné son domicile. « Ils ont emporté mon sac. C’est un sac qui contenait des procès-verbaux du Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr), des procès-verbaux du plan d’action, des procès-verbaux des activités budgétisées et une somme de 350 000 Cfa. A mon avis, j’ai dit que la première chose à faire, c’est de porter plainte. J’ai porté plainte parce que si c’est la police de Pikine qui a effectué cette perquisition, c’est une perquisition illégale et c’est un abus de pouvoir, c’est un excès d’autorité », selon Guissé.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image