leral.net | S'informer en temps réel

Assane Ndoye ( Ambassadeur du Sénégal au Mali): "Dans les prisons maliennes, il n'y a que 22 Sénégalais, dont deux femmes"

En service au Mali depuis 2012, l'Ambassadeur Assane Ndoye fait le point. En marge du séjour du président de la République Macky Sall à Bamako pour le sommet Afrique-France, il évoque la situation des Sénégalais au Mali, la mobilisation prévue pour accueillir le Président Macky Sall


Rédigé par leral.net le Vendredi 13 Janvier 2017 à 11:27 | | 0 commentaire(s)|

Assane Ndoye( Ambassadeur du Sénégal au Mali): "Dan les prisons malienne, il n'y a que 22 Sénégalais, dont deux femmes"
Assane Ndoye( Ambassadeur du Sénégal au Mali): "Dan les prisons malienne, il n'y a que 22 Sénégalais, dont deux femmes"
Le chef de l'Etat sera aujourd'hui à Bamako, comment préparez-vous sa venue?

Toute la communauté est mobilisée, de Kayes à Sikasso. Même les Maliens préparent la visite du Chef de l'Etat. Ils sont disposés à participer à l'accueil et à la rencontre avec le Président Sall.

Comment se présente la situation des Sénégalais au Mali?

Elle se présente très bien. Je crois que ce sont les mieux logés, les mieux assistés, les mieux soutenus dans la Diaspora et ils ne me contrediront pas. Sur le plan de l'assistanat consulaire, ils ont tout, ils en ont tellement
que cela fait des jaloux. Ils sont mieux sécurisés que les Français et les Américains qui vivent au Mali.

Bientôt 5 ans au Mali, qu'est-ce qu'on peut retenir de vos actions?

Sur le plan diplomatique, cela nécessite un peu de confidentialité. Le Mali et le Sénégal forment un seul pays. Ce sont des frères siamois. On a les mêmes défauts, les mêmes qualités, les mêmes problèmes et on les résout ensemble. Je me sens comme un Malien. De petits problèmes existent partout, dans toutes les communautés. Il y a des contentieux et c'est normal. On a pas d'expulsés ni de refoulés sénégalais au Mali. Dan les prisons maliennes, ils ne sont que 22, dont deux femmes sénégalaises et l'une d'entre elles ne réside pas au Mali. Elle était de passage et pour l'autre, ce sont des problèmes conjugaux. Elle a ébouillanté son mari, qui est sénégalais et bientôt, elle va sortir. Pour le reste, les 4 sont des tailleurs et le reste, ce sont des chauffeurs, des routiers qui font l'axe Dakar-Bamako, et qui conduisent de jour comme de nuit dans des conditions difficiles. Il leur arrive de faire des accidents, souvent mortels. Nous sommes 22 mille Sénégalais ici.

Et qu'est-ce que l'Ambassade fait pour assister les prisonniers?

On les suit de très près, on les visite régulièrement. J'ai créé une amicale des cadres sénégalais au Mali. Tous ces gens appuient l'ambassade, qui les appuie en retour. Je suis leur avocat. J'ai créé des points focaux qui maillent tout le territoire malien, de Sikasso à Kayes.

Comment se comportent nos militaires sur le théâtre des opérations?

Ce ne sont pas seulement les militaires. Il y a aussi les policiers et aussi les gendarmes. Ils ont un comportement exemplaire. Dans tous les contingents, quelle que soit la nationalité, les Sénégalais sont devant, sur le plan de la qualité de la prestation et du comportement, j'ai reçu les félicitations du secrétaire des Nations Unies concernant des policiers. Ce sont les meilleurs, ce sont juste les moyens qui manquent. Sur le plan des capacités, nous sommes en tête. On avait une force d'attente qui était en Cote-d'ivoire, ils vont regagner le Mali.

L'Obs.