Leral.net | S'informer en temps réel



Attaque des shebabs à Nairobi : Des forces spéciales israéliennes en renfort

Rédigé par ( La rédaction ) le 22 Septembre 2013 à 12:48 | Lu 283 fois

Des forces spéciales israéliennes ont pénétré dans le centre commercial de Nairobi pris d’assaut par un commando islamiste, pour secourir les otages et les blessés, a affirmé dimanche une source sécuritaire à l’AFP.


Les Israéliens viennent d’entrer et ils secourent les otages et les blessés, a dit cette source sous couvert d’anonymat, précisant que les forces spéciales étaient arrivées dimanche matin à Nairobi.
Le centre commercial de luxe Westgate Mall est réputé être en partie la propriété d’Israéliens.
C’est la raison pour laquelle des ambulances sont parties vers le centre commercial Westgate Mall, a précisé la source sécuritaire, qui s’attend donc à de nouvelles victimes.
Quelques minutes plus tôt, une dizaine de véhicules avaient quitté un centre de secous mis à disposition des blessés, près du lieu de l’attaque.
Interrogé par l’AFP, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Paul Hirschson n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet. Nous n’avons pas pour habitude de commenter une quelconque opération conjointe de sécurité qui pourrait ou non être en cours, a-t-il dit.
L’attaque du centre commercial de Westgate a fait au moins 59 morts, selon le gouvernement kényan, qui parlait en fin de matinée d’environ 175 blessés, la Croix-Rouge en évoquant plus de 200. Un nombre indéterminé de personnes étaient encore retenues en otage.
Les assaillants, armés et masqués, avaient fait irruption samedi vers midi dans le Westgate Mall bondé, semant mort et chaos parmi les familles en plein shopping et les badauds attablés aux terrasses des cafés du bâtiment de quatre étages.
Epaulés par des membres en civil des services de sécurité des chancelleries occidentales, policiers et militaires kényans ont tenté prudemment de cerner les assaillants dans un labyrinthe de boutiques en tout genre où il est aisé de se cacher ou de se retrancher.
Plus de 24 heures après le début de l’attaque, la confrontation se poursuivait dimanche à la mi-journée.