Leral.net | S'informer en temps réel

Attentat contre Reagan: John Hinckley, qui a tiré sur James Brady, pas inculpé

le 3 Janvier 2015 à 08:00 | Lu 370 fois

Attentat contre Reagan: John Hinckley, qui a tiré sur James Brady, pas inculpé

Le déséquilibré qui avait blessé à la tête le porte-parole de la Maison Blanche James Brady en 1981, lors d'un attentat contre le président Ronald Reagan, ne sera finalement pas poursuivi pour homicide, a annoncé la justice américaine vendredi.

John Hinckley avait tenté d'assassiner Ronald Reagan  à la sortie de l'hôtel Hilton de Washington le 30 mars 1981, et avait atteint trois autres personnes dont James Brady, qui en était resté partiellement paralysé. Le tireur avait déclaré vouloir impressionner l'actrice Jodie Foster.

Pénalement irresponsable

James Brady est mort en août dernier, et son décès avait alors été déclaré un homicide, car causé par les séquelles de la blessure par balle.

Lors de son procès en 1982, John Hinckley avait été déclaré non coupable car pénalement irresponsable, et il est interné depuis plus de 32 ans dans un hôpital psychiatrique de Washington, St. Elizabeth, d'où il a le droit de sortir 17 jours par mois et sous conditions pour rendre visite à sa mère en Virginie.

Après un nouvel examen du dossier, le procureur fédéral de Washington a estimé, selon un communiqué de son bureau, que la conclusion du jury selon laquelle John Hinckley n'était pas responsable de ses actes restait valable.

James Brady décédé à l'âge de 73 ans

En cas de nouveau procès, «Hinckley aurait droit à un verdict concluant qu'il n'est pas coupable de l'assassinat de M. Brady pour raison de foli », écrit le bureau du procureur.

D'autre part, jusqu'en 1987, la loi locale à Washington prévoyait que des poursuites pour homicide ne pouvaient être engagées que si la victime mourait «un an et un jour» au plus tard après la blessure, une condition qui n'est pas remplie dans cette affaire.

James Brady est décédé à l'âge de 73 ans. Il avait donné son nom à une loi, adoptée en 1993, rendant obligatoire la vérification des antécédents judiciaires avant l'achat d'une arme à feu dans les magasins spécialisés.