Leral.net | S'informer en temps réel



Attentats de Paris: Salah Abdeslam transféré en France

Rédigé par ( La rédaction ) le 27 Avril 2016 à 13:14 | Lu 345 fois

Il est le seul survivant des commandos des attentats de Paris. Salah Abdeslam est arrivé en France ce mercredi matin. Il a été transféré de Belgique où il était incarcéré depuis son arrestation le 18 mars dernier à Molenbeek. Son transfèrement a été mené en toute discrétion.


Le suspect-clé des attentats du 13 novembre à Paris est arrivé peu après 9h en France, selon le parquet de Paris. « Le mandat d'arrêt lui a été notifié après son arrivée à 9h05 sur le territoire national », précisent les autorités judiciaires dans un communiqué. « Le parquet va requérir son placement en détention provisoire. »

Depuis quelques jours, Salah Abdeslam avait été transféré de Bruges vers la prison anversoise de Beveren, dans le quartier de haute sécurité. Selon certaines informations, les autorités pénitentiaires belges avaient souhaité éviter qu’il soit incarcéré dans la même prison que son complice, Mohamed Abrini, qui se trouve désormais en cellule à Bruges.

Aux petites heures de la matinée, Salah Abdeslam a été transféré de Beveren vers la France, par voie aérienne, très probablement selon les mêmes modalités que pour un trafiquant de drogue, transféré vers la France fin mars. Pour la première fois, l'homme n'avait pas été remis comme d'habitude à la frontière, mais récupéré directement à la prison par les gendarmes français du GIGN qui étaient venus le chercher en hélicoptère.

Ceci avait été, il y a un mois, considéré comme une répétition générale pour l'extradition de Salah Abdeslam, puisque c’est quelques jours plus tard, le 31 mars, que la justice belge avait décidé du principe de son transfèrement vers la France dans le cadre du mandat d’arrêt européen.

S’il s’est quasiment écoulé un mois depuis cette décision, c’est que les enquêteurs voulaient l’entendre dans le cadre de l’enquête sur les attentats de Bruxelles, survenus quatre jours après son arrestation.

Mise en examen

Salah Abdeslam sera présenté « dans la journée » aux juges d'instruction français, en vue de sa mise en examen, probablement au moins pour « participation à une organisation terroriste », avant d'être incarcéré à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, près de Paris.

« Il sera pris en charge par une équipe de surveillance dédiée, composée de surveillants aguerris, formés à la détention des personnes réputées dangereuses. Un certain nombre de mesures ont déjà été prises pour que son environnement soit sécurisé », a déclaré le garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas à la sortie du conseil des ministres.

Les magistrats vont maintenant demander à Salah Abdeslam de s'expliquer sur son rôle précis dans les attaques du mois de novembre, sur leur préparation, leur déroulement, sur les raisons pour lesquelles il n'a pas fait exploser sa ceinture d'explosifs. Les juges ont également de nombreuses questions sur l'organisation des attaques, la composition des cellules terroristes et la structure des réseaux.

En France, le logisticien présumé des attentats de Paris sera défendu par l'avocat Frank Berton, un ténor du barreau lillois, qui a participé à des affaires comme celles d’Outreau et de Florence Cassez. L'état d'esprit de Salah Abdeslam « est celui d'un garçon effondré bien évidemment en raison du drame qui s'est déroulé en France », a déclaré Frank Berton, ajoutant que son client a « envie de parler à la justice française ».

Salah Abdeslam, arrêté en mars dans la région de Bruxelles, est considéré comme le dernier survivant des commandos qui ont commis une série d'attentats le 13 novembre à Paris et Saint-Denis, faisant 130 morts.

Soulagement pour les familles des victimes

« C'est un soulagement que Salah Abdeslam ait pu être remis entre les mains des autorités françaises », salue Maître Samia Maktouf, qui représente 17 familles des victimes des attentats du 13 novembre.

Mais ce n'est qu'une « première étape », ajoute l'avocate. « Aujourd'hui, ce que les familles attendent, c'est que Salah Abdeslam puisse comme il l'a dit coopérer avec les autorités, bien qu'il ne l'ait pas fait quand il était en Belgique alors même qu'il l'avait promis. »

Pour l'avocate, l'important est maintenant que le suspect-clé des attentats de Paris « dénonce ses recruteurs, qu'il dénonce ses financiers et surtout qu'il puisse permettre aux autorités d'identifier des cellules actives aujourd'hui, parce que Salah Abdeslam appartient à cette nébuleuse terroriste internationale. On a besoin de connaître les personnes qui ont permis que des attentats puissent se dérouler sur notre territoire. C'est dans cette quête de vérité que se trouvent mes clients ».
RFI