leral.net | S'informer en temps réel

Attentats terroristes de Bruxelles: Comment un Sénégalais a raté le métro de la mort

Si le Docteur Abdourahmane Diouf du parti Rewmi fait partie des 2000 civils en attente d’être évacués à l’aéroport de Bruxelles, un autre Sénégalais qui vit à Anderlecht depuis maintenant deux ans a échappé de peu à l’horreur de ce mardi 22 mars.


Rédigé par leral.net le Mercredi 23 Mars 2016 à 12:28 | | 6 commentaire(s)|

Attentats terroristes de Bruxelles: Comment un Sénégalais a raté le métro de la mort
Mardi 22 mars, Bruxelles s’est réveillé du mauvais pied à l’image de Paris il y a environ 05 mois. La capitale de la Belgique où de l’Europe a été victime de trois attaques aussi meurtrières les unes que les autres. Vers 08 heures, deux explosions ont retenti à l’aéroport de Zaventem, près de la porte d’embarquement vers les Etats-Unis. Selon le Premier ministre Charles Michel, au moins l’une des deux explosions est l’œuvre d’un kamikaze. La piste de l’attentat terroriste est privilégiée. Un témoin rapporte avoir entendu des hurlements en arabe avant que ne retentissent des coups de feu suivis de fortes déflagrations. Qui feront au moins 13 morts et 35 blessés. Une heure voire trente minutes plus tard après qu’un pan de l’aéroport de Bruxelles a été réduit en cendres, la station de métro Maelbeek se prend à résonner. Là, une forte détonation s’échappe d’une rame du métro. Des passagers périssent. Selon le maire de Bruxelles, une vingtaine de personnes seraient tuées pour 106 blessés. Il aurait pu faire partie de ce dégât humain. Il, c’est O. C. Ce Sénégalais établi à Anderlecht depuis l’année 2013, emprunte tous les matins le métro pour les besoins professionnels. Son lieu de travail se trouve à Schuman, soit à « deux arrêts » de la station de Maelbeek. « Vers 8H 30 on discutait dans le métro des explosions qui ont retenti à l’aéroport bruxellois de Zaventem peu avant 8 heures. Certains parlaient déjà d’attentats mais on ignorait déjà l’origine de ces explosions. À 8H 50 mn on se trouvait déjà à Maelbeek là où il y’a eu l’explosion du métro », raconte-t-il à buzz.sn. C’est une fois dans son bureau et après avoir pris son café matinal et mis en marche son ordinateur que O. C apprend avec stupéfaction l’invraisemblable, à savoir une dizaine de personnes sont mortes dans une rame du métro. Il respire un grand coup. Rien de surprenant, il vient de réaliser qu’il a posé un lapin au faucheur car il aurait accusé un retard de 20 minutes ou aurait pris le quatrième (4e) véhicule (du métro) qui suivait le sien, il ferait partie des victimes de l’explosion de la station de Maelbeek située dans le quartier européen. « Bien sûr, j’ai pensé à ma vie car j’aurai pu me trouver dans le métro à ce moment. C’est seulement le bon Dieu qui m’a épargné de ça. C’est affreux », expire-t-il. Et d’ajouter: « Quand je pense à tout ça, je n’ai plus envie de prendre le métro». Tous les lieux de travail évacués, qui plus est le transport paralysé, O. C n’avait d’autre choix que de rentrer chez lui à pied. Un exercice qui lui a pris plus de deux tours d’horloge. Mais comparé au cadeau que vient de lui faire le « Ciel », le ressortissant Sénégalais ne peut se permettre une once de plainte. La reprise du travail, il ne l’envisage pas avant la semaine prochaine. Tout comme la majorité des Bruxellois, il a encore la peur au ventre. A la peur, s’ajoute la honte pour ce musulman d’autant plus que les auteurs des attaques, non encore identifiés, pourraient bien se réclamer de l’Islam. Via son agence de presse Amaq, l’Etat islamique a revendiqué le carnage. « C’est désolant de voir des innocents tués au nom d’une religion qui prône la paix le pardon et la tolérance. En tant que musulman j’ai un sentiment de honte devant ces actes qui ne vont jamais agrandir notre digne religion », déplore-t-il.

Buzz.sn






Hebergeur d'image