leral.net | S'informer en temps réel

Attention Président Macky, vous êtes sur une mauvaise pente !


Rédigé par leral.net le Lundi 3 Août 2015 à 10:07 | | 13 commentaire(s)|

Monsieur le Président Macky Sall, les étudiants de la plus grande université du Sénégal ont eu l’audace de vous jeter des pierres, de vous huer et brandir sous vous yeux des foulards rouges dont vous devinez aisément la signification. Même vos pires ennemis n’auraient pas souhaité vous voir endurer une telle épreuve pour ne pas dire pareille humiliation. Ces événements regrettables et condamnables à tout point de vue donnent froid au dos. Et pourtant ces étudiants, dans un passé récent se sont investis sans retenue au prix de leur sang, pour instaurer une seconde alternance politique au Sénégal. La disparition d’un des leurs dans les manifestations préélectorales à la place de l’Obélisque, reste fraîche dans la mémoire collective.

A l’image de la majorité des sénégalais les pensionnaires de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar aussi, aspiraient à des lendemains meilleurs, à une rupture nette avec les anciennes pratiques. Mais Monsieur le Président, à l’aube de votre magistère, les étudiants ont eu droit à une réforme décriée, qui leur a été imposée malgré leurs multiples signes de désapprobations. Face aux récurrents problèmes d’orientations des nouveaux bacheliers, vous avez voulu prendre le taureau par les cornes en créant l’Université Virtuelle du Sénégal. Mais vous avez raté les cornes du taureau et vous, vous êtes malencontreusement agrippés à la queue. Ils sont à ce jour des centaines d’étudiants complément désorientés par cette université virtuelle qui du reste est virtuelle au vrai sens du terme. On peut aussi mentionner les restrictions notées dans l’octroi des bourses. A cela il faut ajouter la mort de Bassirou Faye, froidement assassiné dans une manifestation réprimée par la police. On peut encore citer plusieurs autres maux que rencontrent ceux qui vous ont caillaissé vendredi dernier.

C’est donc des jeunes trahis, abusés, condamnés à subir le dictat d’un Ministre qui croit exercer ses fonctions à Cuba, qui vous ont parlé d’une manière peu recommandée. Mais cela reste tout de même une forme de communication à nos yeux. Car il est rare de voir un Président venu inaugurer une infrastructure être accueilli de cette manière. Vos proches collaborateurs et conseillers vous diront une nouvelle fois que c’est des politiques qui sont derrière cet t’affront que vous avez subi. Ils oublient qu’il y a de cela quelques jours vous, vous plaigniez de la timide manière dont vous avez été accueillis dans votre fief, Fatick. Fort heureusement des observateurs avertis vous diront que ces événements sonnent comme une alerte qui en dit long sur le sentiment qui anime ceux qui vous ont donné le pouvoir.

Eu égard à ces signes manifestes, sur votre côte de popularité en chute libre. L’heure est sans doute venue de remettre en cause votre politique dans son ensemble et revoir dans la foulée, votre approche de la rupture. Et si le temps vous le permet, Monsieur le Président, projetez un coup d’œil à votre programme de campagne. Celui-là même qui vous a valu votre élection à la magistrature suprême. Car Il est évident que le pays va mal, et ce n’est pas un discours politique, c’est plutôt la triste réalité. Et nous sommes surtout affligés de vous voir traverser ces épreuves. Mais vous êtes le docteur de cette maladie qui s’appelle souffrance des Sénégalais. Alors trouvez aux populations le remède qu’il faut, à la bonne dose surtout !

Aliou Sambou Bodian






Hebergeur d'image