Leral.net | S'informer en temps réel



Au Mali, les islamistes continuent de détruire des symboles religieux à Tombouctou (AUDIO)

le 2 Juillet 2012 à 19:05 | Lu 705 fois

Dans le nord du Mali, les islamistes qui contrôlent Tombouctou continuent de détruire des édifices religieux sacrés. Après avoir démoli ce week-end sept des seize mausolées de saints musulmans de la ville classée au Patrimoine de l'humanité par l'Unesco, ils s'en sont pris ce lundi 2 juillet 2012 au matin à l'une des trois grandes mosquées de Tombouctou, « la ville aux 333 saints », appelée aussi « la perle du désert ».


Au Mali, les islamistes continuent de détruire des symboles religieux à Tombouctou (AUDIO)
La mosquée Sidi Yahia est un joyau architectural de Tombouctou du XVe siècle, l'une des trois grandes mosquées de la ville classées au Patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco. Tôt ce lundi matin, 2 juillet 2012, les islamistes sont venus détruire l'une de ses portes, sacrée, fermée depuis des décennies. D'après les croyances locales, il a toujours été dit que son ouverture porterait malheur. Un des témoins de la scène, atterré, raconte : « Les hommes d’Aqmi sont venus très tôt. Ils étaient environ une trentaine d’éléments. Ils sont venus pour casser la porte du côté ouest de la mosquée de Sidi Yahia. Il y a une grande porte en bois rouge et ils disent que cette porte-là, si elle est ouverte, ce sera la fin du monde. Ils sont venus défier le mystère pour voir si c’est vrai ou faux. Ils disent qu’ils veulent voir, et tout ce qui est interdit, ils vont le faire. Ils ont arraché les deux battants, ont pris des haches et des coupe-coupe. Ils ont cassé. Ce sont des gens qui ne savent même pas ce qu'ils font. Ils veulent seulement choquer l'opinion internationale, c’est tout ». Ansar Dine avait menacé ce week-end de s'en prendre aux mosquées de la ville, pour répondre à l'Unesco qui vient de classer Tombouctou patrimoine en péril. C'est donc chose faite. Un autre habitant de la ville, lui aussi sous le choc, témoigne : « Je suis très touché... C'est notre patrimoine culturel. On ne doit pas toucher à ces choses-là ! Ce sont des choses sacrées ! On est vraiment inquiets de notre sort, parce ce que je ne sais pas exactement ce que ces gens-là veulent de nous, ce qu’ils veulent faire de nous ». Et ce lundi matin, parmi les habitants de Tombouctou qui regardaient les islamistes s'en prendre à la mosquée Sidi Yahia sans pouvoir rien faire, certains pleuraient. b[SOURCE:RFI]b