leral.net | S'informer en temps réel

Au Sénégal, on fait l’amour de plus en plus tôt !

Au Sénégal vers les années 90, on ne parlait quasiment pas de sexe, même si on le pratique. Aujourd’hui, les choses ont évolué et le constat est là. Depuis quelques années, les jeunes joignent l’acte à la parole. Et de façon prématurée, ils parlent non seulement de sexe mais aussi et surtout font l’amour à tout bout de champ. Faut-il dire que le tabou est brisé ? Qui sont les responsables de cette situation et comment en est-on arrivé là ?


Rédigé par leral.net le Mercredi 3 Avril 2013 à 14:04 | | 1 commentaire(s)|

Au Sénégal, on fait l’amour de plus en plus tôt !
Il y a une vingtaine d’années de cela, il était impensable de faire passer à la télévision ou à la radio, encore moins dans la presse écrite, une publicité à caractère sexuel. A cette époque encore, selon José marie Afoutou, le sexe faisait partie des tabous. Le professeur à la Faculté de Médecine et de Pharmacie à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, qui estime qu’en tant que Sénégalais on n’en parle pas, rappelle qu’avec la forte progression des maladies sexuellement transmissibles, notamment le Sida, il fallait rompre avec certaines pratiques et faire passer le message. Depuis lors, selon lui, les thèmes de sensibilisations ont commencé à envahir les médias. Vers la fin des années 90, début 2000, les publicités concernant les préservatifs masculins ont commencé à envahir les télés. Les jeunes, outre le fait de devoir se prémunir des Mst, grâce à ces fameux préservatifs commercialisés, en dehors des pharmacies les seules habilitées à les vendre, dans chaque boutique, avaient une arme contre la grossesse. S’en suivit une activité sexuelle intense. A cette époque, la grossesse hors mariage était plus qu’un crime. Ce qui poussait les femmes de l’époque, n’ayant pas le choix, à s’abstenir. Aujourd’hui que les préservatifs sont là, à la disposition de tout un chacun, il est clair que les jeunes ne vont pas se priver, étant sûrs de pouvoir faire l’amour sans grands dangers. Les jeunes qui n’ont encore aucune connaissance pointue du sexe sont les plus avares. Pour comprendre que la sexualité a beaucoup évolué au Sénégal, il suffit de faire le tour des certaines artères pour voir des préservatifs usagés et des emballages qui se ramassent à tout va. C’est dire que les gens font l’amour n’importe comment, n’importe où, avec n’importe qui et les conséquences sont de toute nature.



1.Posté par Cest leur probleme le 03/04/2013 22:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Koussi teleu kham GOOR , WALEU jigeen cest son probleme... mann mangui santa yalla, sama aay domm reutieu naniou si diama ak salam... Lou waay deff bopamm.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image