Leral.net | S'informer en temps réel



Au Zimbabwe, l'état de santé du président Mugabe inquiète

le 3 Novembre 2011 à 12:29 | Lu 569 fois

L’état de santé de Robert Mugabe inquiète de plus en plus et les déclarations du Premier ministre Morgan Tsvangirai donnent encore plus de crédit aux rumeurs sur la maladie du président zimbabwéen, 87 ans, au pouvoir depuis 31 ans.


Au Zimbabwe, l'état de santé du président Mugabe inquiète
« La question de l’âge le rattrape. La question de la santé le rattrape. Il devrait démissionner pour le bien du pays. » Avec cette déclaration, le Premier ministre Morgan Tsvangirai semble accréditer les rumeurs sur l’état de santé déclinant du président âgé de 87 ans.

Cette année, Robert Mugabe s’est rendu huit fois à Singapour. Officiellement, il ne va pas se faire soigner à l’étranger et, à son retour, il a toujours démenti des problèmes de santé. Mais, selon la rumeur, le vieux chef d’Etat pourrait avoir un cancer de la prostate. Sans parler de cancer, Morgan Tsvangirai affirme que le président « ne souffre certainement pas du paludisme, qui peut être soigné dans l'hôpital le plus proche. Il doit y avoir des complications. »

« La responsabilité de l'Etat, c'est de prendre soin de ses leaders. Si le président est malade, il doit être soigné », a ajouté Morgan Tsvangirai. En septembre, un télégramme diplomatique américain daté de 2008 diffusé par le site WikiLeaks avait renforcé la rumeur du cancer. « Le gouverneur de la Banque centrale du Zimbabwe Gideon Gono a indiqué à l'ambassadeur [des Etats-Unis, NDLR] le 4 juin [2008, NDLR] que le président Mugabe avait un cancer de la prostate métastasé, et selon ses médecins il aurait encore trois à cinq ans à vivre », précisait ce télégramme.

Après les violences politiques qui ont suivi l’élection présidentielle de 2008, un gouvernement d’union nationale a été mis en place avec à la présidence Robert Mugabe, et à la tête du gouvernement son adversaire Morgan Tsvangirai. Avant de nouvelles élections, sans cesse reportées, le pays doit en principe adopter une nouvelle Constitution. Et au sein même du parti présidentiel, la Zanu-PF, la question de la succession du chef de l’Etat n’est pas tranchée et suscite bien des rivalités.

Si Robert Mugabe venait à mourir, le pays pourrait connaître une nouvelle période d’instabilité politique.