leral.net | S'informer en temps réel

Aucune femme ne doit perdre la vie en donnant naissance à une autre vie – (Par Fatimata Sy)

Fatimata Sy est directrice de l’Unité de coordination du Partenariat de Ougadougou. Elle a 25 ans d’expérience dans le domaine du développement international et de la santé publique en Afrique.


Rédigé par leral.net le Lundi 16 Mai 2016 à 02:58 | | 0 commentaire(s)|

Aucune femme ne doit perdre la vie en donnant naissance à une autre vie – (Par Fatimata Sy)
Du 16 au 19 mai, je serai au Danemark pour une conférence internationale «Women Deliver» pour partager et fêter l’histoire d’un grand succès pour l’Afrique de l’ouest ; qui est la seule région dans le monde à avoir atteint et dépassé les objectifs de la planification familiale qu’elle s’était fixé.

Ce sera une grande occasion pour moi de partager les succès et les promesses tenues par le Partenariat de Ouagadougou (PO) qui avait reconnu en 2011 «l’Urgence d’Agir» et s’était fixé comme objectif d’enregistrer 1 million d’utilisatrices additionnelles de méthodes modernes de contraception en 2015. Cet objectif a été largement dépassé en l’espace de quatre ans ; grâce à des interventions à haut impact, le leadership des gouvernements, l’engagement et la participation de toutes les parties prenantes, en particulier les partenaires techniques et financiers qui aiment et soutiennent cette région du monde. Aujourd’hui, grâce au PO, les 9 pays francophones ont pu enregistrer 1 180 000 femmes et filles additionnelles utilisatrices de méthodes modernes de contraception.

La grande question est : comment peut-on faire pour renforcer et accélérer ce succès afin d’améliorer la santé de la mère et de l’enfant au niveau de notre région est assurer ainsi notre prospérité ?
Eu égard aux succès enregistrés lors de la période 2011-2015, tous les neuf pays du Partenariat, les donateurs et les partenaires d’exécution se sont récemment réengagées à poursuivre un partenariat encore plus intensif dans les cinq ans à venir avec une «phase d’accélération», ainsi, à l’horizon 2020, les neufs pays francophones envisagent d’atteindre 2,2 millions de femmes utilisatrices additionnelles de méthodes contraceptives modernes.

Cette ambition est grande, mais ce qui me réconforte c’est que des progrès énormes ont été accomplis en vue d’améliorer la santé sexuelle et reproductive en Afrique de l’ouest.
Le plus souvent, nos femmes sont victimes des « 4 TROP » : grossesses trop précoces, trop tardives, trop rapprochées ou trop nombreuses.

Cependant force est de reconnaître qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir pour améliorer la santé de la mère et de l’enfant et augmenter la prospérité et la croissance économique au niveau des familles et des communautés. En effet, l’Afrique de l’ouest francophone reste la zone dans le monde où, en moyenne, quatre femmes décèdent toutes les heures des suites de complications liées à la grossesse ou l’accouchement. Les causes et complications sont généralement liées à l’hémorragie et l’éclampsie.

Toutefois, à la base de cette situation, les experts s’accordent à dire qu’il y a ce qu’on appelle les « 4 TROP » : le plus souvent, nos femmes sont victimes des grossesses trop précoces, trop tardives, trop rapprochées ou trop nombreuses.

Laissez-moi vous illustrer un peu ces « 4 TROP ». En fait selon l’UNFPA, environ 19% des adolescentes de 15 à 19 ans ont des déjà donné naissance à au moins un enfant, c’est ce qu’on appelle grossesses trop précoces. D’autre part, environ 7% des femmes de plus de 45 ans ayant plus de 7 enfants continuent de mettre des enfants au monde. C’est ce que nous appelons les grossesses trop tardives.

L’UNFPA toujours, note également que dans 26% des cas, l’intervalle entre deux naissances est le plus souvent inférieur à deux ans, ce qu’on appelle grossesses trop rapprochées et enfin, lorsqu’en fin de vie féconde c’est-à-dire (45-49 ans), une femme sur cinq a donné naissance à 10 enfants ou plus, c’est ce que l’on appelle grossesse trop nombreuses.

Il faut permettre à des milliers de femmes et les filles de notre région de pouvoir utiliser les méthodes modernes de contraception. Voilà pourquoi, le PO pense qu’il est possible pour les femmes d’Afrique de l’ouest francophone de donner la vie sans en perdre la leur, et pour cela nous recommandons d’éviter les « 4 TROP » en facilitant le recours à la planification familiale. Au regard de tous les problèmes identifiés, il est bien évident que la planification familiale reste incontournable dans la lutte contre la mortalité maternelle.

Je voudrais ainsi à travers cette grande conférence du « Women Deliver » qui va regrouper les dirigeants, les responsables politiques, le secteur privé, la société civile, les journalistes, les jeunes du monde entier, lancer un signal fort pour que la planification familiale soit au centre des efforts de développement au niveau de nos pays et que nos gouvernements puissent mettre en œuvre tous les efforts possibles dans le domaine de la planification familiale s’ils veulent réussir la lutte contre les décès maternels, car, aucune femme ne doit perdre la vie en donnant naissance à une autre vie.

Je voudrais aussi partager mon ambition qui est de permettre à des milliers de femmes et les filles de notre région d’avoir non seulement accès à la planification familiale, mais aussi et surtout de pouvoir utiliser les méthodes modernes de contraception, surtout dans un contexte où seulement 12% de femme en Afrique de l’Ouest utilisent des méthodes modernes de planification familiale comparée à 25% en Afrique orientale et australe.

Il est bien évident que mon ambition devra s’accompagner d’un engagement fort de la part de nos dirigeants africains pour résorber le retard qu’accusent les pays francophones en matière de planification familiale.
Je suis persuadée que les défis restent énormes, mais si plusieurs femmes avaient accès à des outils et informations dont elles ont besoin à temps pour espacer leurs grossesses, la santé maternelle, néonatale et infantile serait considérablement améliorée.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image