leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Audience avec Me Wade: Abdoul Mbaye à l'école de la ruse ? (décryptage Leral)


Rédigé par leral.net le Mardi 19 Septembre 2017 à 10:38 | | 0 commentaire(s)|

 

Le sort a parfois des ironies inattendues. Et la rencontre Wade-Abdoul Mbaye en est vraiment une, qui a laissé plus d'un pantois. Abdoul Mbaye qui a rendu visite à Me Wade, a laissé entendre à sa sortie d'audience que lui et le Maitre de la ...ruse, ont « échangé sur la politique au Sénégal en leçons à un néophyte reçu par un Maître ».

 

L'ancien Premier ministre qui avait soutenu qu'il ne serait jamais du côté de ceux qui ont pillé l’économie de ce pays et qui s'était donné comme mission première, de combattre les politiciens professionnels, semble aujourd'hui, avoir mis de l’eau dans son bissap.

 

Sa chute vertigineuse lors des législatives l'a-t-elle fait revenir sur terre ? Tout le laisse croire, du moins si l'on se fie à sa sortie dans Intelligences magazine après sa débâcle aux législatives : « J'ai peut-être été contre la façon de gérer du président Wade mais c'est un grand démocrate, et l'histoire retiendra ce qu'il a fait pour la démocratie ».

 

En soutenant que c'est le néophyte qui est venu prendre des leçons chez le Maître, Abdoul Mbaye semble s’être rendu compte que ces « caïmans »,les politiciens professionnels n’étaient pas aussi faciles à extirper du marigot politique. En voulant aller seul aux élections législatives avec l'argument selon lequel qui se ressemble, s'assemble, le zéro pointé qu'il s'est tapé au finish, l'a poussé à revoir sa copie.

 

Car sans les autres, il n'est rien. Aujourd'hui il est quasi certain qu'aucun leader politique à lui seul ne peut mettre le Président Sall en difficulté, seule une union sacrée autour de l'essentiel, pourrait l’empêcher de dormir. 

 

Tous ceux qui se sont hasardés à vouloir changer les choses en prônant une autre façon de faire la politique, ont été, au moment du choix, laissés à quai par les électeurs.  C'était le cas pour Mame Adama Guèye et son Selal, Ibrahima Fall avec son Taxaw Tem hier, ou encore Mamadou Sy Tounkara avec Sénégal Ci Kanam aujourd'hui.

 

Malgré leur bonne volonté et leur intention louable, il semble que les Sénégalais n'ont pas adhéré à leurs discours de moralisation de la vie politique. Une situation paradoxale si l'on sait que ce sont ces mêmes Sénégalais qui n’ont de cesse de décrier les travers des politiciens.

Et si, in fine, les Sénégalais n’avaient tout simplement que les hommes politiques qu’ils méritent ?


La rédaction Leral.net

 

 LERAL NET











Hebergeur d'image