leral.net | S'informer en temps réel

[Audio] Grand Théâtre de Dakar : la direction tire un bilan satisfaisant des activités


Rédigé par leral.net le Mardi 16 Octobre 2012 à 18:19 | | 3 commentaire(s)|

[Audio] Grand Théâtre de Dakar : la direction tire un bilan satisfaisant des activités
La directrice du « Grand Théâtre de Dakar », Niouma Fall a tenu hier une conférence de presse pour présenter le bilan de leurs 6 premiers mois d’activité. Elle dira que ce bilan « est satisfaisant » dans l’ensemble. Selon elle, « entre le mois de Mai à Octobre, le théâtre a abrité 12 activités » qui ont toutes été une réussite totale. Elle a aussi invité les artistes et les cinéastes sénégalais à présenter des programmes qui peuvent se tenir dans cet espace qui est conçu pour de grand évènements. Le Grand Théâtre est « une fierté » pour non seulement le Sénégal, mais aussi pour toute « l’Afrique » car il « n’envie pas les grandes salles au niveau international ».






1.Posté par papa meissa gueye le 18/10/2012 23:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Grand Théâtre ou un mal de plus pour le théâtre sénégalais.

En édifiant le Grand Théâtre National, les autorités voulaient réhabiliter le quatrième art, lui redonner les moyens de se redéployer et de rayonner à travers le pays et le monde. Même si les vrais acteurs de théâtre n’étaient pas impliqués dans le processus de construction du Grand Théâtre ,ce qui nous aurait épargné d’une structure de 1800 places dans un pays ou le secteur du théâtre est gangréné par de nombreux problèmes. N’était-il pas mieux d’abord d’assainir le secteur avant la construction de ce joyau. Aujourd’hui nous assistons à la fermeture de la division art dramatique de l’Ecole Nationale des Arts depuis 2003,les structures qui jadis tant soit peu accompagnaient les créations théâtrales ( Psic,Padec,Psac…) ont disparu, le comédien à l’image de l’artiste sénégalais tarde à avoir un statut, un Théâtre National à savoir Sorano qui brille par l’absentéisme de ses pensionnaires, une absence de politique de communication et de marketing qui influe sur le rendement et l’image de ce temple de la culture…Voilà autant de problèmes entre autres que les autorités devaient résoudre avant l’édification de ce Grand Théâtre qui apparait sous les yeux de plusieurs observateurs avertis comme une salle d’opéra qu’un Théâtre. Le coût de la structure estimé à 17 milliards fait jaser plus d’un. N’était –il pas mieux avec cette somme de construire une dizaine de Théâtre bien équipés dans tout le pays. Le théâtre est art qui a besoin d’intimité et des salles de 100 à 300 places suffiraient largement pour un pays comme le Sénégal. Mais le vin est tiré ,il faut le boire. Comment boire le vin aussi s’il est servi dans des tasses « à jeter ».
La nomination de Monsieur Youssou NDOUR comme Ministre de la culture et du Tourisme, confirme, si besoin en était encore, la volonté de l’Etat du Sénégal de développer la culture. Mais cela suffit-il car être un grand artiste chevronné signifie-t-il être un homme de culture pouvant bien gérer le département. L’avenir nous donnera une réponse, surtout que de tous les arts le théâtre semble le moins connu au Sénégal.
Dans cette perspective quand même, le Grand Théâtre National constitue un socle sur lequel tous les hommes et femmes de culture peuvent s’appuyer pour s’affirmer. Il ne s’agit pas de transformer tout le monde en un Douta Seck ou un Youssou Ndour, mais de permettre à quiconque porte en soi un Douta Seck ou un Youssou Ndour puisse le déployer pleinement.
C’est pourquoi la gestion de cette structure doit être rigoureuse et transparente. Nous interpellons l’Administratrice du Grand Théâtre qu’elle a l’obligation de lutter sans état d’âme contre les travers qui ont longtemps plombé l’envol du théâtre Sénégalais : le népotisme, la corruption, l’absence de politique de promotion des créations, l’apologie de la médiocrité. Aujourd’hui faut-il se taire ou parler sur des pratiques que nous jugeons pas du tout catholiques au niveau du Grand Théâtre, certes il y aura un prix à payer, peu importe car la vérité restera, demeurera et prendra un jour le dessus sur tout. Madame l’Administratrice générale, de votre part nous attendions une démarche codicille, qui tiendrait compte de toutes les sensibilités, mais au bout du compte notre déception est grande. On ne sait pas après une année d’existence et six mois de gestion chaotique ce à quoi ressemble ce Grand Théâtre avec une équipe qui ne sait même pas ou mettre les pieds. Est ce la vocation du Grand Théâtre de soutenir des projets à tort et travers dont les porteurs sont tous membres dans un soi-disant conseil artistique mis sur place on ne sait quand et comment. Plus grave encore les propos de l’Administratrice laisse sceptique plus d’un : « Je Gère le Grand Théâtre avec une bande de copains ».Nous signalons que nous ne sommes pas contre ce Conseil Artistique qui du reste est composé d’éminents « hommes de culture », mieux encore nous saluons la mise en place de ce Conseil. Là ou le bât blesse est que tous les projets qui jusqu’à présent sont soutenus par la Direction du Grand Théâtre sont des projets portés par les membres de ce Conseil Artistique. Selon un des membres de ce Conseil Artistique, leur rôle se limite à donner un avis artistique sur les projets. Et comme chacun d’entre eux a son projet eh bien voilà le résultat est là. C’est un véritable « Paaccoo » ou partage du gâteau auquel nous assistons. En plus l’Administratrice est en train de semer la zizanie entre les artistes par l’appréciation du travail des uns et des autres. Nous lui rappelons que le théâtre se joue sur les planches et non devant le petit écran ou bien sur les ondes des radios. Tous ceux qui parlent du théâtre comme étant les véritables acteurs( comédiens, autorités…)ne sont jamais présents dans les salles dans lesquelles cet art se joue. Aimer le théâtre c’est d’abord fréquenter les salles de théâtre, voir les spectacles pour pouvoir apprécier ce qui se fait de bon ou de mauvais. Nous attirons particulièrement l’attention du Ministre de la Culture afin qu’il s’implique davantage dans les affaires au niveau du Grand-Théâtre pour que la rigueur, la pertinence, la transparence soient les maitres mots dans la gestion de ce joyau. Il est vrai que la structure est confiée à une personne qui n’est pas loin du sérail mais il fallait au moins que l’Administratrice s’entoure de grands hommes de théâtre et d’experts animés de bonne volonté (il n’en manque pas dans le Conseil) ayant le bagage intellectuel qu’il faut, qui s’en sert pour développer un secteur et non pas pour en profiter. Donc ce Conseil Artistique qui devra conseiller à donner une vision, une orientation et un contenu à l’édifice, réfléchir sur les orientations de la structure est mis sur pied d’une manière opaque et népotique. En quoi les hommes et femmes qui le composent sont-ils plus méritants que les autres artistes qui suent sang et eau pour redonner au théâtre ses lettres de noblesse ? Il est vrai qu’aujourd’hui au Sénégal le WAX JEL a pris le dessus sur le JEF JEL et les gens confondent souvent le petit écran aux planches. Interrogez les archives des spectacles joués au Théâtre National Daniel Sorano, au Centre Culturel Blaise Senghor et à l’Institut Français depuis dix ans sans oublier quelques Festivals en Afrique et en Europe, vous verrez et vous saurez bien qui est qui et qui fait quoi. On n’a pas besoin d’être connu ou célèbre pour porter haut le flambeau du théâtre sénégalais..Il y a des gens qui n’attendent pas que leur projet soit soutenu pour qu’ils fassent des mises en scène ou bien des créations. Avec le copinage théâtral nous assistons à la valse des metteurs en scène de circonstance ou de projets acceptés. Est ce cela qui développera le théâtre Sénégalais ? Incompétence et médiocrité sont souvent recherchées chez les collaborateurs par certains responsables pour mieux mettre en valeur leur supériorité et justifier leur « sale-air », de se retrouver entre copains pour partager des fonds et présenter des créations à la qualité douteuse. Tout homme de théâtre soucieux du développement du secteur est aujourd’hui écœuré avec le programme mis en place par le Grand Théâtre durant le mois de ramadan. Nous clamons haut et fort que le Grand Théâtre a raté jusqu’à présent sa vocation. Il devrait concevoir une véritable politique permettant au théâtre de se développer. Et cela ne pourra se faire que si une large concertation de tous les professionnels du secteur est réalisée. Aujourd’hui des associations nouvellement crées travaillent sans relâche afin de potentialiser les capacités des hommes et femmes qui s’activent au niveau du quatrième art.
C’est pourquoi nous nous insurgeons énergiquement contre cette méthode de gestion basée sur la camaraderie, laissant en rade des compétences avérées au seul motif qu’elles ne peuvent accéder au centre de décision. Nous nous en appelons au sens des responsabilités de l’Administratrice du Grand Théâtre et l’ exhortons à éviter cette funeste obstination qui a enlisé dans l’erreur bien des responsables de structures à vocation culturelle. Nous demandons donc à Madame l’Administratrice Générale, de reconsidérer les choses et d’appeler à une large concertation pour un bon devenir du théâtre sénégalais en particulier et de la culture en général..

Papa Meissa GUEYE
Artiste comédien sorti de l’ENA
Directeur de la Compagnie Théâtre de la Rue
Président de l’Association des Métiers du Théâtre (AMTHEA)





2.Posté par Yaccc le 13/11/2012 21:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Contribution pertinente de Pape Meïssa gueye, rien à ajouter! Bravo

3.Posté par taw le 04/01/2013 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est pas niouma mais youma

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image