leral.net | S'informer en temps réel

[Audio] Les magistrats laissent Cheikh Tidiane Diakhaté entre les mains « de la loi, de sa foi, de son serment et de sa conscience »

Les politiques notamment l’opposition sénégalaise ont tous dit non à la nomination du magistrat Cheikh Tidiane Diakhaté à la tête du Conseil constitutionnel. L’union des magistrats du Sénégal (UMS) par la voie de son Président pour les besoins de l’émission grand jury sur la RFM lui confère une présomption d’impartialité.


Rédigé par leral.net le Dimanche 5 Septembre 2010 à 20:11 commentaire(s)|

[Audio] Les magistrats laissent Cheikh Tidiane Diakhaté entre les mains « de la loi, de sa foi, de son serment et de sa conscience »
Relativement aux attaques de l’opposition qui récuse le magistrat Diakhaté allant même jusqu’à demander sa démission, le magistrat Abdoulaye Bâ, Président de l’UMS constate que le Président du Conseil constitutionnel, « suscite une crainte de partialité, nous, magistrats, nous lui conférons une présomption d’impartialité ». D’ailleurs plaide le magistrat « avec le secret des délibérations, on ne sait même pas la position de Cheikh Tidiane Diakhaté par rapport aux dossiers soulevés ». Mieux Abdoulaye Bâ ajoute que le magistrat Diakhaté dispose de tous les moyens dont dispose un juge c’est-à-dire, « la loi, la foi, le serment et la conscience et nous espérons qu’il en fera bon usage ».

Le Président de l’UMS de rappeler que « Cheikh Tidiane Diakhaté est un haut magistrat qui a fait plus de trente ans de carrière comme tout à tour juge d’instruction, Président de tribunal régional, doyen de juges d’instruction, Président de chambre d’accusation et Premier président de la cour d’appel ».

Pour ceux qui pensent que le Président Wade doit faire démissionner le magistrat Diakhaté, le Président de l’UMS trouve ça assez dangereux car cela va appeler l’utilisation de moyens qui ne sont pas légaux.


NDiaga Diouf


pressafrik.com

Abdoulaye Ba - Emission 'Grand Jury' du dimanche 5 septembre 2010 - Mamoudou Ibra Kane recevait le juge Abdoulaye Bâ président de l'Union des magistrats du Sénégal (UMS)







[Audio] Les magistrats laissent Cheikh Tidiane Diakhaté entre les mains « de la loi, de sa foi, de son serment et de sa conscience »

Projet de code de la presse : le Président de l’UMS exprime ses interrogations

Le Président de l’union des magistrats du Sénégal est d’abord revenu sur les relations entre la presse et la justice. Abdoulaye Bâ constate que la presse accuse souvent la justice son manque de communication et d’ouverture là où les juges accusent les journalistes de ne pas aller souvent à la bonne source en matière de choses judiciaires. Et toute la différence réside dans le fait que selon le Président de l’UMS « la presse travaille dans l’immédiateté et la justice rend ses décisions dans la sérénité, les deux temps sont différents ».

Sur le prochain code de la presse du Sénégal, Abdoulaye Bâ qui était dans le grand jury de la RFM, se pose des questions sur la dépénalisation des délits de presse « est-ce que dans un Etat de droit, on a le droit d’exclure une catégorie de citoyens, de les exclure de la sanction pénale ? Est-ce que ce n’est pas rompre l’équilibre des citoyens devant la loi ? ». Mais tout de même précise le Président de l’union des magistrats du Sénégal, « quelle que soit la loi qui va être adoptée, nous allons l’appliquer sans état d’âme ».

Revenant sur les rapports presse et justice, le Président de l’UMS considère que « ce sont les deux facettes d’une pièce et elles ont le mêmes objectif, la recherche de la vérité ».

NDIAGA DIOUF

http://http://www.archipo.com/archives/audio/a_t_sall/gj_29_08_10_mk.mp3 Abdoulaye Ba - Emission 'Grand Jury' du dimanche 5 septembre 2010





1.Posté par mariam le 06/09/2010 00:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les magistrats savent de quoi ils parlent, surtout ceux qui étaient avec CTD pour vider les contentieux pré-électoraux pendant les locales... Donc, ils ont parfaitement raison de le mettre devant ses responsabilités d'autant plus que ces memes magistrats sont conscients de ce que peut valoir sa foi, ses convictions et son serment/





Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image