leral.net | S'informer en temps réel

[Audio] Sénégal/succession: Wade répond

Le président sénégalais Abdoulaye Wade s'est une nouvelle fois défendu d'organiser sa succession pour son fils Karim en écartant des adversaires potentiels, dont ses deux anciens Premiers ministres Idrissa Seck et Macky Sall.


Rédigé par leral.net le Lundi 2 Février 2009 à 15:28 commentaire(s)|

[Audio] Sénégal/succession: Wade répond





"J'ai tout fait pour avoir un successeur. Idrissa Seck, je lui ai même dit que je voulais que ce soit lui qui me succède, et Macky Sall aussi, donc si j'étais allé chercher un remplaçant, c'est bien parce qu'il ne s'agissait pas de Karim, sinon je ne l'aurais pas fait", a déclaré M. Wade à l'AFP et RFI. Il s'exprimait dimanche soir en marge du sommet de l'Union africaine d'Addis Abeba. "Aujourd'hui, on parle beaucoup de lui (Karim Wade), tout le monde en parle sauf moi. Personne ne m'a jamais entendu dire quoi que ce soit. Cela ne veut pas dire que j'aille dans un sens ou l'autre mais il est devenu un phénomène public", a ajouté le président Wade, 82 ans, au pouvoir depuis 2000. Selon lui, "c'est la presse qui fait (la) propre campagne électorale (de Karim Wade). Je ne peux pas aller dire à la presse de ne plus parler de Karim". Mais le président Wade espère que "le prochain président du Sénégal qui (le) remplacera sera issu d'un vote populaire sans absolument aucune contestation".



1.Posté par rebeeuss le 02/02/2009 16:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

COMME 0 SON HABITUDE IL A DES VERITES DU MOMENT.JE VOUS ASSAURE QU'IL FAIT TOUT POUR QUE KARIM LE REMPLACE

2.Posté par Lu pour vous le 02/02/2009 17:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



Lundi 02 Février 2009
Procès inéquitable




Les moyens utilisés pour faire condamner Souleymane Jules Diop (Grand Cabinet d’avocat, jet privé pour rejoindre les lieux du crime, prise en charge d’un témoin de nationalité étrangère, récupération d’une attestation des mains des autorités françaises…) révèlent un procès inéquitable opposant d’une part un sénégalais de circonstance qui s’est accaparé de moyens injustifiés pour régler des comptes et asseoir un statut de présidentiable et d’autre part un citoyen sénégalais qui n’a que sa voix et sa plume pour conscientiser son peuple et l’avertir des dérives monarchiques d’un pouvoir aux abois.

L’image qu’on veut nous laisser est que Karim a gagné son procès ou plutôt, qu’il a, encore une fois, gagné un procès intenté contre des personnes qui l’accusent à tort. Seulement Karim se crée inutilement, et d’une manière dispendieuse, un manteau blanc qui ne réussira jamais à cacher la noirceur de sa tenue de travail.

Il a une voie plus rapide pour montrer qu’il n’a rien à se reprocher. Il lui suffit juste de répondre à certaines questions non-exhaustives :
Comment les centaines de milliards de l’anoci ont été dépensés?
Comment se fait-il qu’il puisse donner une contribution de dizaine de millions pour la construction de mosquées aux Sénégal comme celle de GOUYE Mouride?
Comment se fait-il qu’il injecte dans la banlieue des dizaines de millions pour soutenir les jeunes sans être ni le ministre de jeunesse ni responsable d’une structure étatique chargé des jeunes?
Comment il a fait pour financer un meeting à Guédiawaye à hauteur de plus de 600 millions ?
Comment il s’est débrouillé pour donner une caution de 700 millions pour permettre à son ami Abou Khalil Bourgi dit Bibo d’avoir un prêt de 2 milliards à la cbao ?
Qu’est ce qui l’autorise à activer l’Etat pour qu’il paye l’intégralité de la somme empruntée par son ami d’après les révélations de l’ancien directeur de cette banque, Patrick Mestrakllet ?
Où est ce qu’il a trouvé les centaines de millions qui lui ont permis d’acheter le bar Ozio en plus des frais de réfection ?
Qu’est ce qui explique que son garde du corps ait pu retirer à la CBAO six (6) chèques d'un montant total de 5, 600 milliards comme annoncé par l’ancien directeur de la cbao?
Comment s’effectuent les montages financiers qui impliquent des partenaires arabes ?

Ou se trouve la vérité dans l’affaire sudatel, l’affaire ics, l’affaire de la concession du Terminal à conteneurs du Port de Dakar à Dubaï Port, l’affaire de l’avion présidentiel, l’affaire véolia, l’affaire du domaine national maritime… ?
Nous attendons Karim sur ces questions en lieu et place d’une promenade à travers le monde, pour gagner des procès. Un luxe qu’il ne se serait jamais permis s’il était encore dans son petit bureau à Londres.

Le combat de Souleymane Jules Diop n’est pas seulement celui d’une personne. Ses effets positifs sur le comportement de nos concitoyens ont fini de convaincre sur son utilité et sa citoyenneté. Jules ne sera pas seul. Ceux qui veulent le faire taire pour faire passer leurs forfaitures ont surestimé leur force. L’installation d’une monarchie dans notre pays est un vœu pieux. Ceux qui concoctent ce schéma seront surpris de constater l’étendue des paramètres qu’ils n’avaient pas prévu et qu’ils ne réussiront jamais à prévoir. Les sénégalais ne se laisseront pas faire. Le recul démocratique qu’on veut nous imposer ne passera pas. Le combat ne fait que commencer. Ils ne réussiront jamais à affaiblir le maillon démocratique qui fera face à ce projet cynique.

A bon entendeur…


Fatou Diop
fatouivon@yahoo.fr/@hotmail.com
www.fatouivon.blog.com


Posted by fatouivon@yahoo.fr at 15:41:37 | Permanent Link |


3.Posté par Elhadaoui le 02/02/2009 18:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur Wade en chargeant la presse d'être les agents de publicité pour son fils, oublie que lui aussi il fait la promotion de Idrissa Seck et de Macky Sall en les citant à chaque fois qu'on lui tend le micro en Europe.
En outre, pourquoi ne pas organiser une conférence de presse ici dans son pays et accepter la confrontation avec les journalistes libres et transparents dans le traitement de l'information ( la RTS) non partant car aucun journaliste de cette chaine de TV n'osera lui poser une question d'intérêt commun sinon lui dire Monsieur le Président le micro est ouvert dites ce que voulais dire........
car ils ont un peu trahi les règles de la corporation. Un journaliste qui n'est pas capable d'exprimer clairement son opinion doit jeter son micro ou sa plume..
Pour revenir sur la conférence de Presse qu'il est impérative d'organiser, inviter la presse nationale et internationale je crois que c'est l'impératif....
il est 17 30 h à Ndomor

4.Posté par diop mouhamed le 02/02/2009 23:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et une nouvelle fois mes convictions me poussent à garder ma serenite qui ne sera plus de façade mais un espoir qui me permet de croire qu'il y'a encore dans notre pays des gens capables de discernement ,qui peuvent faire le tri du vrai et du faux ,ceux sont ces gens qui incarnent le JOMM ET LE FAYDA legendaires des Senegalais , on peut plier mais on ne rompt pas , petit à petit se dessine un mouvement de refus ,les sans voix ont aussi droit au chapitre du devenir de notre cher pays , le pouvoir en place pense avoir gagner la partie mais ils ne savent pas ce que c'est que un jeu d'echec les fous du roi pensent que l'on ne pense pas ils n 'ont rien compris ,la jeunesse et le peuple sont des entites non negligeables à bon entendeur salut

5.Posté par Dr FAlilou SENGHOR le 03/02/2009 01:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est une 1ère dans l'histoire de notre Nation.

Aucun de ses dirigeants ( depuis Amary Goné Sobel jusque Senghor en passant par Lat Dior) n'avaient autant suscité, l'idée d'une influence posthume sur la Nation sénégalaise .


De plus en plus , Ubu wade s'exprime comme s'il devait avoir une influence d'outre -tombe sur la marche de la Nation.


C'est vrai qu'il a affaibli l'Etat à dessein, alors que la République est derrière en l'air, en genu pectorum ( " djoutou en wolof " ).

On pourrait dire que c'est la position idéale pour administrer un suppositoire à son ubu.

Robert Meïssa wade mérite de recevoir ce suppositoire qui va tempérer ses pretentions mégalo. Son but est de déposer le pésident . Alors il pense administrer le suppositoire au sénile qui a incliné la République.

6.Posté par zez le 03/02/2009 11:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

WADE JE NE TE COMPREND PAS
THIEY LIIII





Hebergeur d'image