leral.net | S'informer en temps réel

[Audio] Talla Sylla : « Le problème de Bss, c’est entre Tanor et Niasse…, Bathily fait du « Ngaralé » entre eux… »

Talla Sylla, invité de « Grand Jury » de la Rfm sans faux fuyants, a creusé l’abcès qui gangrène la coalition Bennoo Siggil Senegaal (Bss). « Le problème au sein de Bennoo, c’est entre Ousmane Tanor Dieng et Moustapha Niasse », déclare Talla Sylla. Conscient de cet état de fait, Talla Sylla dit aller voir le leader de la Ligue démocratique (Ld), Abdoulaye Bathily vu son rôle. Or, soutient-il, « c’est là où j’ai commis une erreur, puisque l’ambition de Bathily c’est de devenir le Premier ministre. C’est pourquoi il fait du « Ngaralé » entre Moustapha Niasse et Ousmane Tanor Dieng ».


Rédigé par leral.net le Lundi 28 Juin 2010 à 05:56 commentaire(s)|

[Audio] Talla Sylla : « Le problème de Bss, c’est entre Tanor et Niasse…, Bathily fait du « Ngaralé » entre eux… »





Par ailleurs, Talla Sylla reste convaincu que Macky Sall va présenter sa candidature à la présidentielle de 2012. « J’ai la conviction que Macky Sall va se présenter à la présidentielle de 2012 et je respecte la position de Apr/Yaakar », souligne Talla Sylla. Le leader de Talla Sylla, a expliqué la volonté de geler les activités de son parti au sein du Bss. Cela dit-il, « pour des principes ». « Nous n’avons pas claqué la porte de Bss. Nous sommes dans Bss. Mais, si d’ici le 25 juillet 2010 rien ne pointe à l’horizon, nous prendrons notre responsabilité », précise-t-il. En fait, le leader de l’Alliance Jëf-jël a cessé des activités au sein de Bennoo Siggil Senegaal à cause de la question de candidature unique ou non. La logique pour Talla Sylla est de régler la candidature d’abord avant tout ordonnancement institutionnel. « Bss doit régler la question de candidature unique, en tant que coalition qui a ses couleurs et son logo. S’il y a maintenant un candidat ou des candidats qui veut ou veulent aller en « tassaro » qu’ils prennent leur responsabilité et laissent ceux qui vont en Bennoo s’organiser ». Sinon, argue-t-il, « le programme de gouvernement et l’ordonnancement institutionnel mis en place auparavant ne servira à rien ». D’autant plus qu’au sortir des Locales, poursuit-il, « partout où nous avons fait le Bennoo on a gagné. Et dans les localités où nous avons fait du « Tassaro », on a perdu, comme à Thiès, Tivaouane, Ziguinchor ». « C’est pourquoi, nous avons fait une objection sur l’ordre du jour du séminaire en début du mois courant, consistant à traiter les questions d’ordonnancement institutionnel et une déclaration politique. Cela n’a pas de sens tant que l’option sur la question unique de Bennoo n’est pas réglée. D’autant plus que les Assises nationales ont traité l’agencement institutionnel ». Ce tâtonnement des leaders de Bss à trouver une solution à la question de la candidature amène le leader du Jëf-jël à penser que beaucoup d’entre eux ont signé la charte de gouvernance démocratique sans pour autant la lire. Il estime que ceux qui parlent de la candidature prématurée de Me Wade, ne le connaissent pas. Selon lui, « Wade a un but qui consiste d’abord, à calmer le jeu dans son camp, puis à semer la zizanie au niveau de Bss et à cacher son jeu. Cela, c’est une question de survie pour Wade d’installer son fils pour préserver ses arrières à causes des scandales commis au cours de son règne ». « Notre réflexion devrait être tout autre aujourd’hui, pour contraindre Wade à partir. Mais, il est en train d’arriver à ses fins », soutient-il. Talla Sylla se démarque de la lettre adressée par Bss à Nicolas Sarkozy, président français relative à la nomination du successeur de Jean-Christophe Rufin. « On n’aurait pas signé cette lettre puisque c’est une affaire de souveraineté de la France. La France peut même nommer Karim Wade comme ambassadeur au Sénégal. C’est à nous Sénégalais d’être cohérents et conséquents. C’est à nous de nous mobiliser, de nous organiser pour faire face à Wade ». De même, Talla Sylla déclare que le récent remaniement du gouvernement n’a aucun sens. « Ce remaniement n’a aucun sens, ce qui nous intéresse c’est le remaniement présidentiel », a réagi Talla Sylla. Abdou TIMERA ferloo.com



1.Posté par DUDU le 28/06/2010 08:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

TALLA AS RAISON.

2.Posté par déth waay le 28/06/2010 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

TALLA A RAISON

3.Posté par martaba le 28/06/2010 10:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En tout cas il est coherant et logique dans sa demarche .

4.Posté par desespérer le 28/06/2010 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils sont tous pareil
parti au pouvoir et l'opposition
ils regardent qu'à leur interet induviduel
le developpement de notre cher senegal ne les interresse pas
Vraiment l Afrique est malheureux
Des cadres affamés qui ne refléchissent pas
On dirait les cadres ne voyagent pas pour au moins faire une comparaison avec les autres pays qui avancent
Le senegal ne bouge pas

5.Posté par salla le 28/06/2010 12:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Talla,
Talla
Talla
Tu as raison

6.Posté par guejopaalgnane le 29/06/2010 00:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le problème de BENNOO SIGGIL SENEGAAL n'est pas un problème entre deux hommes ni entre trois hommes ou quatre.Il s'agit à mon avis d'une cause plus profonde liée à la conception de l'homme et de la politique et du pouvoir dans la culture sénégalaise actuelle et peut-être dans la presque totalité des Etats de l'Afrique. Quelque chose de trè en Afrique:lorsque Djibo Leity Ka a quitté le parti socialiste, il a eu beaucoup de député et à l'époque on parla de choix ou de solidarité ethnique.Cette hypothèse a été récemment confirmée dans notre pays...Je ne suis pas sociologue ni politologue mais 50 ans ce n'est pas rien pour un homme...Je crois que si nos sociologues ou non politologues faisaient une étude sérieuses des partis politiques au sénégal et ailleurs en Afrique,il verraient que ces partis reposent pour une large part sur des bases extrêmement graves:l"ethnie,la religion,l'aire géographique,des souvenirs anciens vécus ou narrés... et non pas sur les principes sur lesquels ils prétendent être érigés et marcher comme les idéaux d'un socialisme ou d'un libéralisme...
Le problème du sénégalais est aussi de ne pas reconnaître celui qui a plus de mérite ou qui a plus de force que lui.
Talla Sylla et moi ont partagé le même banc à l'université Cheikh anta diop.Je dis toujours à mes élèves que depuis que Talla Sylla est sorti des lycées et de l'université,c'est le sommeil:il fut incontestablement parmi les plus courageux leaders de sa génération.Mais entre temps il me semble qu'il a beaucoup perdu pour des raisons que je ne sais pas.Au sein de BENNOO Tala doit savoir qu'il y a un rôle fondamental à jouer qui n'est pas seulement et qui n'est peut-être pas objectivement d'être un candidat de BENNOO.Il peut par un certain comportement obligés moralement une unité indéfectible dans ce corps politique porteur d'un grand espoir.
COMBIEN D'OPPOSANTS COMPTAIT LE SENEGAL AU SOIR DE CETTE PREMIERE ALTERNANCE AMEREMENT REGRETTEE PAR CERTAINS ET ENCORE SALUEE PAR LES AUTRES?
Ousmane Tanor Dieng est incontestablement le premier opposant de l'alternance.Je ne dis pas qu'il devrait être et qu'il sera le candidat du peuple.
La nuit est longue et très dense au sein du Bennoo et dans le pays mais à coup sûr il fera jour...et sans aucun doute un beau jour même s'il ne sera pas le dernier jour de nos maux individuels et collectifs...

7.Posté par Kikala le 01/07/2010 12:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Poste 6: Pourquoi veux tu que nos habitudes ou raisons politiques soient calquées sur le model européen de socialisme ou de je ne sais quoi encore. Si nos appartenances politiques sont guidées par la religion, lé confrérie ou l'espace géographique c'est tant mieux parceque c'est peut être ca notre identité, pas question de laisser notre identité pour aller calquer ailleurs. Faut accepter ce que nous sommes d'abord et essayer de l'améliorer ensuite, mais pas tout laisser tomber pour faire ce que font les autres. Kou watch sa ande, ande bo yekk mou totch
Wasalam

8.Posté par diaba ndiaye le 04/07/2010 21:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mais dans bss,avec le quel les gens revent d'un vrai changement un de ces jours; s'ils ont du mal a avoir un representant et meme pire chacun tire pour ses propres interets
avec tout ca QUI CROIRE?
QUI EST SERA LIDEAL POUR UN SENEGAL PROSPERE?





Hebergeur d'image