leral.net | S'informer en temps réel

Augmentation des frais d'inscription dans les universités publiques : Mamadou Diop Castro farouchement contre

Mamadou Diop Castro est farouchement contre le relèvement des frais d’inscription dans les universités. Selon lui, cela s’apparente à une pression exercée sur les étudiants et leurs familles.


Rédigé par leral.net le Vendredi 12 Avril 2013 à 09:58 | | 0 commentaire(s)|

Augmentation des frais d'inscription dans les universités publiques : Mamadou Diop Castro farouchement contre
« Nous ne sommes pas associés à la réflexion. Il faut dire que l’enseignement supérieur n’est pas seulement l’affaire des universitaires. Les états généraux avaient demandé une réforme articulée du système éducatif. La réflexion sur le supérieur doit s’adosser sur celle de l’enseignement élémentaire, moyen et secondaire. Il y a une dialectique entre les différents niveaux, mais les gens passent à coté. On met en avant le financement de l’éducation alors qu’il y a les orientations. Quelle orientation pour notre enseignement supérieur ? Pour quel financement pour y arriver ? », s'est interrogé le syndicaliste.

« On s’acharne sur les bourses des familles, sur le relèvement du taux d’inscription alors qu’on devait travailler plutôt pour la gratuité de l’éducation qui est actuellement la logique dans le monde (…) Mais aujourd’hui, c’est comme si on tendait vers la privatisation de l’enseignement supérieur et de certains services d’éducation alors qu’il faut alléger les charges des familles pour garantir les conditions de l’éducation des enfants. Actuellement, beaucoup d’étudiants ont été contraints à l’abandon parce que les familles ne peuvent pas supporter les frais d’inscription, et de séjour dans les universités. Si on se hasarde à augmenter démesurément les frais d’inscription, cela veut dire qu’on va éliminer une frange importante des étudiants alors qu’on n’a pas encore atteint le minimum requis par rapport à la population du Sénégal », a ajouté M. Diop.

« Je suis farouchement contre la pression qu’on veut exercer sur les étudiants et les familles pour garantir les conditions d’une éducation de qualité. Non, l’éducation de qualité, c’est d’abord l’Etat et le secteur privé parce qu’il doit y avoir une articulation entre éducation et formation, une articulation entre formation et emploi », a conclu Mamadou Diop Castro.






Hebergeur d'image