leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Augustin Senghor: « les auteurs identifiés comme appartenant à un groupe bien connu du camp de l’Uso ».

L’Union sportive de Ouakam (Uso) a été suspendue à titre conservatoire suite au drame du stade Demba Diop qui a fait 8 morts. Pour Augustin Senghor, président de la Fédération sénégalaise de football (Fsf), cette sanction est un signal fort à tous les acteurs.


Rédigé par leral.net le Mardi 18 Juillet 2017 à 11:18 | | 0 commentaire(s)|

« On ne pouvait pas ne pas sévir. Nous avons l’obligation, face aux périls qui menacent notre sport, de prendre des mesures de protection du football sénégalais. Surtout qu’abus n’est pas plus grand que de voir un match de football, qui était bien parti pour être une fête, se terminer avec 8 morts et une centaine de blessés », déplore le président de la fédération sénégalaise de football, Me Augustin Senghor.

Lui qui rappelle qu’il est important de réagir fortement et rapidement, en attendant que d’autres sanctions soient prises par l’instance compétente.

Et souligne que l’Uso n’a pas contesté la suspension de son club. « Nous avons eu la chance dimanche pendant toute la journée, d’avoir parmi nous les membres du bureau exécutif de la Ligue dont le président de l’Uso, à aucun moment, il n’y a eu contestation, compte tenu de la gravité des actes et surtout, l’identification des auteurs appartenant à un groupe bien connu qui était du camp de l’Uso ».

Sur ce, le président de la Fsf révèle que les Ouakamois sont coutumiers des faits. « Dans le passé, la Fsf avait pris des sanctions contre le même club et pour des faits similaires. Donc, il est important d’arrêter l’hémorragie », dit-t-il.


Les Echos








Hebergeur d'image