leral.net | S'informer en temps réel

"Aujourd’hui, n’importe qui peut se réveiller et prétendre devenir un journaliste"


Rédigé par leral.net le Vendredi 3 Avril 2015 à 12:43 | | 12 commentaire(s)|

"Aujourd’hui, n’importe qui peut se réveiller et prétendre devenir un journaliste"
Le secrétaire général du Synpics Ibrahima Khalilou Ndiaye a dénoncé hier, jeudi 02 avril à Dakar, les conditions de travail pénibles, précaires et inhumaines dont sont souvent victimes les journalistes. C’était à l’occasion de la cérémonie du lancement de la 19ième édition du mois africain de la prévention des risques professionnels. Pour lui, la presse doit mettre de l’ordre en son sein mais aussi se remettre en question. «On doit certes parler des maux qui gangrènent la société car c’est ce que l’on attend de nous. Mais la charité bien ordonnée, commence par soi», a-t-il laissé entendre.

Le secrétaire général du Synpics a indiqué que le milieu manque d’un contrôle notoire. «Aujourd’hui, n’importe qui peut se réveiller et prétendre devenir un journaliste, les organes de presse naissent comme des champignons. Et certains servent juste à régler des comptes personnels». A l’en croire, cette situation ne manque pas de conséquences. «Aujourd’hui chacun dit ou écrit ce que bon lui semble et quand il le veut. Ce n’est pas normal, il faut revoir les choses», a-t-il fait remarquer.

Selon le syndicaliste, il est temps que la presse se montre plus responsable dans son travail. «Il faut se valoriser et refuser l’exploitation, les manipulations venant des patrons de presse ou de quiconque. Nous devons connaitre nos droits. Parce que le journalisme fait partie des métiers les plus risqués et qui demandent de la protection de la part de ceux qui nous emploient» rappelle-t-il.






Hebergeur d'image