leral.net | S'informer en temps réel

Avancées notables sur le dossier Bassirou Faye : La famille de Ndiaga Diouf réclame l’arrestation de Barthélémy Dias

L’accélération du dossier de Bassirou Faye a fait sortir la famille de Ndiaga Diouf de son mutisme. Après avoir dénoncé une justice à double vitesse, cette dernière demande l’arrestation de Barthélémy Dias qui avait clairement avoué être l’auteur du crime.


Rédigé par leral.net le Lundi 24 Août 2015 à 09:04 | | 7 commentaire(s)|

Le père de Ndiaga Diouf dit ne pas comprendre pourquoi Barthélémy Dias reste toujours libre après avoir avoué qu’il était le meurtrier de son fils. « Je ne cesserai de le dire, c’est Barthélémy Dias qui a tué mon fils. Lui-même l’a reconnu. Les archives sont là. Ndiaga Ndiaye est mort et il en est responsable. Depuis lors, je suis de très près cette affaire mais ça traîne. Elle n’avance pas. Il y a des personnes qui ont été tuées, des présumés meurtriers arrêtés et ils croupissent en prison en attendant que leurs enquêtes soient bouclées. Mais, c’est inimaginable. Nous sommes dans quel pays ? », s’est offusqué Alioune Diouf dans les colonnes de La Tribune. Poursuivant, il ajoute : « Le bourreau de mon fils a avoué clairement qu’il est l’auteur de ce crime. Il est protégé par des personnalités, il a été libéré sans aucun fondement. Je suis très déçu par la justice de mon pays. C’est l’Etat même qui n’a pas joué son rôle. Au contraire, rien n’est fait pour diligenter cette affaire comme les autorités l’ont fait avec l’affaire Bassirou Faye. Ce dossier, on dirait qu’il est classé ».

Dans le même registre, l’oncle de Ndiaga Diouf soutiendra : « Les Sénégalais doivent avoir peur, il y a trop de laisser aller. La justice est trop lente. Nous sommes des Sénégalais. Si cette affaire Bassirou Faye est accélérée, c’est parce que les étudiants ont mis la pression sur les autorités. Nous ne baisserons jamais les bras. Barthélémy Dias a tué, sa place est en prison ». « Le 22 juillet 2012, il a été mis dans les listes lors des législatives. Il a les mains maculées de sang. C’est une honte pour le Sénégal et pour la justice Sénégalaise. Habib Dieng, son garde du corps avait reconnu qu’il avait 3 armes sur lui. Il avait été inculpé pour détention illégale d’arme, coups et blessures volontaires et meurtre. Nous prenons à témoin les Sénégalais. Que le dossier soit jugé une bonne fois, sinon on va se faire entendre. Des coupables croupissent présentement en prison pendant ce temps, lui, il n’est pas inquiété ; pire encore, il est protégé », dénonce-t-il.






Hebergeur d'image