leral.net | S'informer en temps réel

Baaba Maal, un ovni sur la grande scène

chanteur sénégalais Baaba Maal est-il compatible avec la dance électro des Britanniques The Prodigy et le groupe de rock américain Eagles of Death Metal, programmés comme lui, dimanche 30 août, sur la grande scène du domaine national de Saint-Cloud ? Seul artiste labélisé "musiques du monde" du festival francilien, le chanteur sénégalais pourrait bien faire figure d'ovni à 15 heures, ce dimanche, dans la programmation du festival Rock en Seine.


Rédigé par leral.net le Dimanche 30 Août 2009 à 19:46 | | 3 commentaire(s)|

Baaba Maal, un ovni sur la grande scène
Baaba Maal ne s'en soucie guère. Comme les rois et les voleurs, il se sent chez lui partout. Il a l'habitude de fréquenter les gens de toutes les planètes musicales. Le 28 mai, à Londres, lors du concert organisé pour fêter les 50 ans d'Island Records, la compagnie phonographique fondée par Chris Blackwell, l'homme qui a contribué à faire de Bob Marley une star planétaire, Bono, leader de U2, a chanté en duo avec Baaba Maal One Love, l'un des succès de l'icône du reggae. Le 18 juillet, Baaba Maal participait au Mandela Day 2009, au Madison Square Garden de New York, pour fêter les 91 ans de Mandela aux côtés de Cyndi Lauper, Stevie Wonder, Aretha Franklin, Angélique Kidjo, Dave Stewart et Carla Bruni-Sarkozy. "Je veux d'abord être perçu comme musicien et chanteur et non pas comme musicien africain", insiste l'artiste. Il lui plaît d'absorber et de fréquenter des musiciens et des musiques d'univers éloignés de ceux d'où il vient.

DÉTRUIRE LES BOUSSOLES

Né en 1953 dans une famille de pêcheurs d'ethnie toucouleur à Podor, un village situé au nord du Sénégal, Baaba Maal chante le plus souvent dans la langue des siens, le pulaar. Il fait parfois le choix des mélodies épurées, rappelant l'importance qu'il attache aux traditions musicales de sa région comme dans Missing you (Mi Yeewnii), son album précédent (2001), ou Baayo, son premier enregistrement pour le compte d'une major (Mango-Island Records), vingt ans plus tôt. Television (Because Music-Warner), sa nouvelle production, aux sonorités électro-pop affirmées, affiche en revanche clairement une volonté chez Baaba Maal de détruire les boussoles, d'être en phase avec son temps, de transgresser les goûts et les attentes de son public initial en Occident. Celui-ci trouvera sans doute la voix poignante de Baaba Maal trop en retrait sur cet album.

Homme moderne à l'élégance soignée, partageant depuis quelques années son temps entre Londres ("ville de tous les croisements musicaux") et son village, où il organise un festival Les Blues du Fleuve, dont la quatrième édition devrait avoir lieu en décembre, Baaba Maal cultive l'entre-deux.

Pour Rock en Seine, il a invité son ami de toujours, le griot Mansour Seck, la sentinelle vigilante qui lui permet de ne pas s'égarer et le rappellerait gentiment à l'ordre s'il venait à trop s'éloigner de la source.

Patrick Labesse lemonde.fr / leral.net



1.Posté par adama le 31/08/2009 00:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci a la maturite du peuple senegalais devant cette presse sans scrupule,vereuse comme leur chef abdoul latif coulibaly qui vien de sillutrer encore en prenant la defense de walf pour lui les artistes senegalais ne doivent pas vivre de leur art...Seuls les journaliste malhonnetes comme lui ont droit de vie sur le peuple senegalais...Cela ne me surprend guerre comme le disait l autre telle mere telle fils ,de mere pute l enfant n est que le produit de son foyer...Je vous dis pourquoi ,il est allergique a ce reigme, c est simple ,reecouter sud fm le jour de prestation du president entre 15h et 19h:il disait ceci:si on me nomme directeur de la rts ou ministre de l info....Dans sa tete il se croyait deja ministre et comme wade c est un lapin ,bonjour la deception...La deuxieme raison ,son ami idy n est plus ministre...Et comme c est un chasseur de prime....Au jusque ton ami idy en quelle annee il a eu sa licence ,dans quelle universite?La maitrise?Le doctorat?LObs et rfm ont pousse le ridicule jusqu a pretendre qu il a fait ces etudes superieurs avec une ancienne ministre des usa que des mensonges,triste presse senegalaise

2.Posté par ngaary le 06/09/2009 00:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

T'as rien dit.Tu dois éviter d'insulter les mères car tu es enfanté par une femme. La mère de latif n'a rien à avoir sur les écrits de son fils. Surement ta mère est en train de regretter de t'avoir mis au monde. Tu dois répondre aux écrits de Latif avec des arguments plus convaincants. Tout le reste se sont des élucubrations inutiles!

3.Posté par Abdoul le 15/09/2011 12:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Podor n'est pas un village, il fait parti des premiéres villes de ce pays. C'était un comptoir du temps des français ce qui veut dire que c'était une ville depuis longtemps. Alors chers journalistes, pesez vos mots!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image