leral.net | S'informer en temps réel

Babacar Gaye, porte parole du Pds: "Aliou Sall considère l'avènement de son frère comme une opportunité pour combler un déficit de reconnaissance sociale"

Dans cet entretien exclusif accordé à votre site préféré www.dakarposte.com, celui qui est habilité à parler au nom et pour le compte du Pds y fait un round-up de l'actualité. Babacar Gaye, pour ne pas le nommer, connu pour sa liberté de ton, de revenir sur ce que d'aucuns appellent prosaïquement "le cas Aliou Sall", l'affaire Karim Wade, Souleymane Ndéné entre autres. Aussi, a t'il évoqué pour la première fois le rappel à Dieu de sa chère mère. Interview exclusive!


Rédigé par leral.net le Vendredi 15 Mai 2015 à 16:09 | | 8 commentaire(s)|

Babacar Gaye, porte parole du Pds: "Aliou Sall considère l'avènement de son frère comme une opportunité pour combler un déficit de reconnaissance sociale"
Dakarposte.com: Président, d'abord nos sincères condoléances suite au rappel à Dieu de votre mère. Que Dieu l'accueille dans son paradis céleste. Quelle image gardez- vous de votre mère dont nous souffle t-on, vous étiez très liés?

Babacar Gaye: Cela peut paraître iconoclaste de parler de sa mère. Mais comme tous les enfants de ma génération, j'étais très lié à ma mère qui a vécu en femme dont l'exemplarité a été reconnue par toutes les grandes familles du Saloum. Elle est de la lignée de Katim Dioumaliba Touré et de la Linguère Awa Ndao. Elle a vécu en digne aristocrate. Mon éducation faite de dignité, d'éthique et de droiture porte son emprunte. Ses 91 ans au service de la bonne cause ont structuré le viatique de mon existence. Elle est partie, le devoir accompli et fière de son enfant qui a su marcher sur les traces de ses aïeux. Je lui dois tout. Et pour que sa mémoire continue d'éclairer mon chemin, je vais lui édifier un mausolée digne de Taj Mahal et prier pour le repos de son âme. Ne serait pour que la bonne graine ne meurt, je suis obligé de rester tel qu'elle m'a apprécié de son vivant. Qu'elle repose en paix dans le paradis éternel. C'est là son dernier refuge.

Dakarposte.com: Quel conseil donneriez vous à la jeune génération surtout à ces jeunes en perte de repères?

Babacar Gaye: Si j'avais un conseil à donner à mes cadets, ce serait de cultiver le respect dû aux anciens. Et particulièrement un total dévouement à leurs parents qui ont tout fait pour les mettre au monde, les nourrir, les éduquer jusqu'à ce qu'ils soient ce qu'ils sont devenus aujourd'hui. L'amour et la considération dus à nos parents n'ont pas de prix. Et c'est dommage que les personnes de la génération de ma mère sont presque toutes dans l'au-delà. Avec elles, les valeurs ancestrales qui ont façonné notre culture: dignité, sens de l'honneur, droiture, honnêteté et persévérance etc, ont tendance à disparaître. Et ce serait préjudiciable à l'équilibre de notre société.

Dakarposte.com: Venons-en à votre passion: la politique! L'actualité reste le cas Aliou Sall. Lequel porté à la tête de l'union des Associations des Élus Locaux, a fini par jeter l'éponge. Qu'est ce que cela vous inspire?

Babacar Gaye: D'abord rappeler que Malraux disait : "On ne fait pas la politique avec la morale; mais on n'en fait pas davantage sans." L'éthique politique fixe des limites qu'aucune personne ne devrait franchir pour une ambition ou des privilèges. S'il est admis en démocratie que tout citoyen a le droit de concourir pour collecter le suffrage universel, la décence voudrait que l'on évite le trop plein de responsabilités. A mon avis, Aliou Sall n'aurait pas dû en arriver à ces excès qui ne rendent pas service à son frère de Président qui peine à mettre en conformité ses engagements et sa pratique; lui qui avait dénoncé l'implication de la famille dans la gestion des affaires publiques. Le sénégalais qui est descendu dans la rue le 23 juin, ne tolérera pas à Aliou Sall ce qu'il n'a pu imaginer à propos de Karim Wade. Au-delà de l'épisode de l'Uael, c'est autour de la problématique du cumul des mandats et/ou des fonctions qu'il faut poser un débat de fond.

Dakarposte.com: Partagez vous l'avis de ceux qui croient savoir que c'est son grand frère de Président de la République tenant à son pouvoir qui aurait mis fin à la manœuvre consistant à faire d'Aliou Sall le patron de l'Uael?

Babacar Gaye: Franchement je n'en sais rien. Si c'est le cas, Macky aurait du le dissuader depuis très longtemps à s'impliquer de manière aussi bruyante dans la gestion des affaires publiques. J'estime que la famille directe du Président devrait être plus discrète pour tout ce qui touche à l'Etat. La manière dont Karim Wade a été diabolisé devrait faire réfléchir tous ceux qui exercent des charges publiques.

Dakarposte.com: Croyez vous que Macky Sall veut installer une dynastie Faye-Sall-Gassama-Timbo notamment avec des nominations tous azimuts de proches parents?

Babacar Gaye: En tout cas les sénégalais de bonne foi, y compris dans son propre camp n'apprécient pas l'implication surabondante de son clan familial dans la gouvernance des affaires publiques. Même si les membres de ce que vous appelez "dynastie Faye-Sall-Gassama-Timbo" sont compétents ou populaires, ils auraient pu s'effacer pour laisser la place à d'autres compagnons ou alliés politiques du Président tout aussi compétents et populaires.


Dakarposte.com: Il est reproché à Aliou Sall "une boulimie pouvoiresque". Qu'en pensez vous?

Babacar Gaye: Vraiment la cas Aliou Sall n'est pas une priorité dans mes réflexions politiques. A mon avis , il considère l'avènement de son frère comme une opportunité pour combler un déficit de reconnaissance sociale. Malheureusement, sa présence dans le champ public est négativement chargée.

Dakarposte.com: Selon vous quelles conséquences pourraient engendrer cette accumulation de postes d'Aliou Sall que l'on qualifie de "suspecte"?

Babacar Gaye: D'abord qui trop embrasse, mal étreint. Sans personnaliser la question, le cumul de plusieurs fonctions n'est pas un bon signe de management. Pour plus d'efficacité et d'efficience, il faut un décloisonnement des responsabilités et un partage des rôles autour d'un leadership éclaté. Il est moralement suspect d'être le frère du Président, administrateur de sociétés, maire et président d'association d'élus locaux. L'avenir nous édifiera sur ce qui fait courir le bonhomme qui pourtant était très discret aussi bien à AJ Pads qu'au Pds.

Dakarposte.com: Sous un autre registre que vous inspire ce que d'aucuns ont qualifié "d'ordre de mission de Karim Wade aux libéraux". Lequel aurait depuis la prison demandé "de ne pas être des militants de permanence ou de bureau"...

Babacar Gaye: Karim Wade est dans son rôle de candidat du Pds à la prochaine élection présidentielle qu'il prend très au sérieux. Je pense qu'il a bien fait de donner à ses supporters la feuille de route qui balise le chemin de la victoire. Les visites de proximité et les tournées à l'intérieur du pays sont incontournables pour aller à la rencontre des détenteurs du suffrage universel. Étant encore dans les liens de la détention, Karim Wade actionne les jeunes qui sont un levier important de son dispositif électoral.

Dakarposte.com:Votre commentaire sur sa recommandation à Fabouly Gaye à savoir qu'il sera bientôt libre? Selon vous, sur quelle base se fonde t'il pour dire cela d'autant qu'il est déjà condamné à une lourde peine?

Babacar Gaye: Effectivement, Karim Wade sera bientôt libre. Nous estimons qu'il a été injustement emprisonné et l'arrêt de la CREI qui l'a condamné ne résistera pas aux multiples moyens de cassation que ses avocats vont développer dans leur pourvoi. Les magistrats de la Cour Suprême ont une occasion rêvée de rentrer dans l'histoire par la grande porte en rendant justice à Karim dans un arrêt mémorable que les juristes ne manqueront pas d'apprécier. En tout cas c'est cela la demande la mieux exprimée aujourd'hui par le citoyen qui a été induit en erreur par des manipulateurs et des thuriféraires zélés.

Dakarposte.com: Jusque-là, quelle est encore votre position sur le choix porté sur Karim Wade d'être le candidat du Pds à la Présidentielle 2017?

Babacar Gaye: Ma position est invariablement la même que celle que j'ai défendue lors du congrès d'investiture organisé par le Pds à et effet. Je ne vois pas un meilleur choix pour l'instant.


Dakarposte.com: Que pensez vous de Me Souleymane Ndene Ndiaye et de sa décision annoncée d'être candidat à la prochaine Présidentielle?

Babacar Gaye: Au moins Souleymane Ndene Ndiaye est resté honnête dans ses positions même si je ne les partage pas. Je préfère un adversaire loyal à un ami qui triche. Il a été un compagnon du Président Wade qui l'a élevé à toutes les dignités politiques. A sa place j'aurais poursuivi le compagnonnage encore plus longtemps.


Dakarposte.com: Vous serez candidat?

Babacar Gaye: Je suis lié par l'obligation de respecter la décision du Congrès de mon parti qui a fait de Karim Wade notre candidat.

Dakarposte.com: Supposons que vous êtes en face du Président Macky Sall et qu'il vous demande votre avis sur le pays compte tenu de votre expérience...

Babacar Gaye: Humblement, les yeux dans les yeux je lui dirais d'abord que les sénégalais sont déçus et ensuite qu'une démocratie a besoin d'une opposition forte et crédible.


Dakarposte.com: Justement Mr. Gaye, le chef de l'État s'est présenté chez vous à Kaffrine aux fins de présenter ses condoléances mais vous étiez aux abonnées absents. Une absence qui a été interprété comme pas possible. Voulez vous nous édifiez?

Babacar Gaye: Ce n'est pas à travers les colonnes de votre journal que je vais décrypter ces interprétations dont vous faites allusion. Quand je verrai le Président de la République j'en parlerais avec lui. Cette visite privée ne concerne que lui et moi.


Dakarposte.com: Vos impressions sur le clash annoncé entre Macky et ses alliés particulièrement ceux du Ps?

Babacar Gaye: L'éclatement de Bennoo Bokk Yakaar est inscrit dans les faits. Ce n'est pas pour autant qu'il faille s'en délecter. Les alliances électorales du type "deuxième tour" sont vouées à cette fin. Qui plus est, celle-là n'était ni idéologique, ni programmatique. Ils n'étaient d'accord sur rien sauf sur le slogan "Wade dégage". Wade est parti, rien d'autre ne les unit. Plus on s'approche de l'élection présidentielle, plus le Parti socialiste aura du mal à contenir ses ambitions somme toute légitimes de récupérer le pouvoir des mains de Macky Sall. Le Sénégal de demain sera un cas intéressant de recomposition politique.

Dakarposte.com: Vous avez un dernier mot?

Babacar Gaye: Je suis encore en vie et je ne voudrais pas me dédire.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image