leral.net | S'informer en temps réel

Babacar Touré : « Côte d’Ivoire, violences d’une transition manquée »

« Que restera-t-il de la Côte d’Ivoire chère à Félix Houphouët-Boigny, s’il n’est pas mis fin, dans le plus bref délai, à la situation chaotique engendrée par la bataille autour de sa succession ? » Cet extrait signé Me Boukounta Diallo et tiré de la préface du livre de Babacar Touré, « Côte d’Ivoire, violences d’une transition manquée », est plus que d’actualité, et assez illustrateur de l’impasse que traverse la Côte d’Ivoire en ce moment.


Rédigé par leral.net le Mardi 7 Décembre 2010 à 21:46 | | 1 commentaire(s)|

Babacar Touré : « Côte d’Ivoire, violences d’une transition manquée »
« Des génocides ont été commis en Côte d’Ivoire »

« 6000 personnes ont été massacrées, parce que ne voulant pas du PDCI, des femmes ont été violées, même avec des kalachnikovs. Je ne vois pas comment amnistier tous ces militaires », s’interroge le journaliste selon qui Laurent Gbagbo et ses partisans n’ont pas intérêt à quitter le pouvoir. Il reproche notamment au président Gbagbo d’avoir créé une Brigade anti-émeute, responsable de beaucoup de crimes en Côte d’Ivoire, un pays où l’engagement politique est synonyme de régionalisme. L’auteur y voit même des relents identitaires car « tous les partis politiques en Côte d’Ivoire, hormis le PDCI et le RDR, sont régionalistes, cultuels et ethniques. » Le FPI reste le parti des bété, l’ethnie dont fait partie Laurent Gbagbo. « Pour ces derniers, il était salutaire, dit-il, d’avoir un président bété ». Ils en avaient rêvé, Gbagbo l’a réalisé, en créant son parti.

« J’ai découvert la cité d’Abidjan le lundi 20 décembre 1999 », révèle le journaliste écrivain pour qui, la question de l’ivoirité, est un problème bien réel au pays des Eléphants. Mais, précise-t-il, cela dépend dans quelle partie du pays où vous vous trouvez. Dans le bus qui le conduit de Bobo Djoulasso à Abidjan, un des passagers, en vain, a tenté de lui expliquer comment un étranger, de surcroît un Burkinabé, « voulait s’imposer dans un pays qui n’était pas le sien, avec la ferme ambition d’y devenir président de la République. » C’est de Alassane Ouattara qu’il s’agit, le candidat désigné vainqueur par la commission électorale indépendante, et reconnu par l’ONU. Ouattara, devenu un roi sans couronne.

« Le père Noël en treillis »

Dans le livre, l’auteur passe en revue la situation électrique qui a secoué le pays, des scènes d’émeutes dont il a été témoin au début des années 2000. Une situation où des étrangers comme lui, se retrouvent pris en otages par les milices, comme lorsque des hommes en uniformes, lourdement armés, sont venus le cueillir nuitamment, chez lui, en compagnie d’autres « apatrides » qui seront brutalisés, emprisonnées, torturés. Lors de son incarcération au camp commando de Koumassi, Babacar Touré a vu la mort de près. Ses compagnies d’infortune, pour la plupart, ont succombé à cette épreuve, comme ce pauvre Burkinabé, qui demandait en vain de l’eau pour étancher sa soif.

En période d’émeutes, il n’est pas bon d’être étranger Côte d’ivoire. C’est en tout cas la conviction du journaliste. « Partout, à tous les postes de contrôle de police, ces hommes, censés représenter la loi, nous ont reproché ce « crime ». Le seul mot, commun à la grande majorité de mes frères ivoiriens, qu’ils soient « corps habillés » ou civils, était : « que faites-vous chez nous ? », « Pourquoi ne restez-vous pas dans votre pays ? » Comme quoi Eric Besson, n’est pas le seul à revendiquer le monopole de l’identité nationale.

« Pendant longtemps, Houphouët Boigny a été l’instigateur de toutes les subversions que l’Afrique de l’Ouest a connues. »

L’ouvrage retrace également le parcours des différents présidents qui se sont succédé, de Gbagbo à Bédié en passant le Général Robert Geï, que l’auteur surnomme le « Père Noël en treillis », et l’incontournable père de la nation, Houphouët Boigny, symbole de la paix et de l’unité du pays. Mais, pour le journaliste, le prix attribué aux combattants de la paix, et qui porte son nom, est un scandale, car Houphouët a été tout, sauf un homme de paix. « Il n’a jamais été l’homme de paix qu’on prétend. Pendant longtemps, il a été le père, l’instigateur de toutes les subversions que l’Afrique de l’Ouest a connues. Il a été le parrain de Charles Taylor et de Blaise Compaoré, et filait des passeports diplomatiques aux rebelles de l’Unita en Angola et leur assurait une base arrière. » Pire : « ils étaient hébergés à l’hôtel Ivoire à Abidjan, et c’est de là-bas qu’ils recevaient les armes pour aller déstabiliser leur pays, l’Angola », martèle l’auteur. « Y a pas de diamants à Abidjan, mais la ville était le marché, la plaque tournante du commerce de diamant en Afrique de l’ouest », a-t-il ajouté.

Un pays, deux présidents

S’achemine-t-on alors vers une partition du pays comme ce fut le cas par le passé ? L’auteur n’est pas de cet avis. Pour lui, « il faut marcher sur le cadavre de Gbagbo, parce qu’il ne quittera jamais le pouvoir ». Le refus du camp de Gbagbo de céder le pouvoir, dit-il, « est de bonne guerre », car la fermeture des frontières à la veille de la publication des résultats laissait présager une situation de confusion. S’il faut désigner un coupable, Babacar Touré pointerait du doigt la commission électorale, qui a mis n’a pas respecté le délai de publication des résultats. Qu’en est-il de l’héritage du président Houphouët ? Le journaliste semble en vouloir beaucoup au défunt président. Il regrette que « le bélier, Nanan, après avoir trop longtemps gardé le pouvoir, est mort sans avoir eu le temps de régler définitivement son héritage. » Même s’il y a de quoi craindre le pire quant à l’évolution de la situation, Babacar Touré dit prier pour que cette Côte d’ivoire qu’il aime beaucoup, « puisse enfin retrouver la paix. »

Source : Momar Mbaye



1.Posté par xyz le 10/12/2010 10:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ah babacar toure !!! tais toi way depuis ken t journaliste!!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image