leral.net | S'informer en temps réel

Bara Tall à Karim Wade: "L’aveu, la mère des preuves"


Rédigé par leral.net le Vendredi 23 Mars 2012 à 09:08 | | 2 commentaire(s)|

Bara Tall à Karim Wade: "L’aveu, la mère des preuves"
Je ne puis m’empêcher de constater avec un grand étonnement et un certain amusement que Karim Wade dans sa volonté de nous répondre, nous ait encore confortés dans nos déclarations dans sa mise au point faisant allusion à mes sorties sur le coût de l’Autoroute à péage. En m’adressant à Karim Wade, je voudrais faire relever par l’opinion les aveux circonstanciés suivants et les commentaires que cela m’inspire:
- 1 – M. Karim Wade, es qualité, vous faites mieux que me confirmer car vous faites écrire que la trentaine de kilomètres de cette autoroute va coûter 380,2 milliards au lieu des 322 que j’avais avancés. Merci d’avoir enfoncé le clou, M. le Ministre d’Etat, Ministre des Infrastructures et du reste…. Vous venez de me démentir en disant que chaque km de cette autoroute ne va pas coûter 10 milliards comme je l’avais dit mais presque 12 milliards de francs CFA !

- 2 - Dès lors, M. Wade, je vous concède que vous ayez dépensé les 126,3 milliards rien que sur les préalables « nécessaires » pour que cette autoroute puisse se réaliser. Les spécialistes apprécieront en temps opportun ! Il n’en demeure pas moins que vous reconnaissez, mine de rien, que les travaux vont coûter quand même 253,9 milliards, ce qui fait presque 8 milliards le km !

3 - Pour me résumer sur cette question, votre mise au point dit clairement aux sénégalais que non, un kilomètre de l’Autoroute Dakar-Diamniadio ne coûte pas 10 milliards de francs CFA le km, mais bien 11 milliards et que ce sont « seulement » 8 milliards par kilomètre qui sont dépensés sur les travaux. Dont acte !

- 4 - Pour ma part, je persiste et signe : mon entreprise JLS, sollicitée, avait bien proposé au Président de la République M. Abdoulaye Wade, votre papa à vous M. Karim Wade, de faire réaliser l’Autoroute, non pas de Dakar à Diamniadio, mais de la Patte d’Oie jusqu’à Thiès sur près de 65km, pour seulement 120 milliards de francs CFA, soit un peu moins de 2 milliards le km, c’est à dire 4 fois moins que ce que vous avouez avoir dépensé. Les sources de financements étaient trouvées et le planning prévoyait de livrer les travaux en 2007. M. Karim Wade, vous savez comment ce projet a été stoppé. A défaut, je pourrais vous rafraîchir la mémoire.

- 5 - Pour démontrer que c’est ce que nous avions proposé qui se fait partout ailleurs, je joins dans le tableau suivant le détail des projets similaires réalisés et en cours au Maroc et en Tunisie. Sur ce tableau dûment référencé, les 1022 km dont nous avons pu avoir les longueurs et les coûts reviennent à un peu moins de 2 milliards le km au Maroc et en Tunisie, les 615 km que nous avons recensés ont coûté en moyenne 1,6 milliards le km !

- 6 – En plus, sans que je ne l’aie évoqué, M. Karim Wade, vous confirmez ce que peu de Sénégalais savaient : le tronçon Malick Sy-Pikine est financé par l’État du Sénégal, donc les contribuables. C’est sur ce même tronçon, sur 5 km environ, qu’un péage de 400 FCFA est prélevé, ce qui fait 80 FCFA le Km, par une entreprise qui n’a ni construit ni financé ledit tronçon. Là aussi, les Sénégalais doivent savoir qu’au Maroc, ils paieraient 22 FCFA le Km et 8 FCFA en Tunisie, sur des autoroutes que leur argent n’a pas financées.
- 7 -Tout ceci donne définitivement raison à tous ceux qui ont toujours soutenu que la réalisation de ce projet dont vous, Karim Wade, attribuez la paternité exclusive à votre père Abdoulaye, a coûté au

Moins 3 à 4 fois plus que la normale.
- 8 - Au passage, nous avons noté avec un cerMOUVEMENT NATIONAL YAMALE
POINT E Rue 3 x B, Immeuble TRG
Dakar, SENEGAL
www.yamalediaspora.com e-mail: mouvementyamale@gmail.com
Tél : 77-835-3184/ 77-616-2816tain étonnement que le M.E.F. est cosignataire de votre mise au point. Nous ne savions pas que le Ministre de l’Economie et des Finances maitrisait tous les tenants et les aboutissants de ce dossier au point d’afficher cette solidarité avec le MICITIE. Nous souhaitons simplement que cette attitude solidaire continuera à être assumée quand tout cela sera tiré au clair.
- 9 - Pour en finir et pour édifier définitivement le peuple sur le fameux ‘’ Bilan Infrastructures de Karim Wade’’, nous vous convions encore une fois, comme vous l’aviez voulu avec M. Ousmane Tanor Dieng, à un débat radio télévisé sur la question afin qu’une bonne fois pour toute nul, n’en ignore sur ces formidables performances que seuls votre père et vous êtes capables d’initier, de réaliser mais surtout de terminer pour le Sénégal.

Fait à Thiès le 22 Mars 2012

Bara TALL
Président de Jean Lefebvre Sénégal
Président du Mouvement Yamalé



1.Posté par khalasse le 23/03/2012 11:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BARA TU PERMET?

NE TE FATIGUE PAS ON A TOUT COMPRIS, ILS SERONT BIENTÔT DÉMASQUÉ

2.Posté par Fils aîné de Wade Pape Saliou le 23/03/2012 12:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La vérité sur les chantiers de TOUBA
Tout à démarré en 1990 quelques mois après l’accession au khalifat de Serigne Saliou Mbacké.
Le démarrage des travaux d’aménagement de la forêt de Khelcom a coïncidé avec le renforcement de la route Thiénaba-Keur Saër et Diourbel Mbacké.
Le défunt khalif a suivi personnellement les travaux et s’était engagé sur tous les choix qui ont été faits.
On se rappelle de l’invective qu’il avait lancée au Président Diouf qui était venu lui rendre visite et qui voulait lui faire croire que les travaux avaient commencé alors qu’il n’en était rien.
A la fin de ces chantiers de travaux routiers, Serigne Saliou avait demandé à un de ses talibés spécialisé dans les travaux d’infrastructures routières de commencer à réfléchir sur un méga- projet d’aménagement de la ville sainte de Touba qui commençait à se peupler à une vitesse extraordinaire.
Concomitamment un projet de lotissement de 40 000 terrains a été initié. On était dans les années 1995.
La construction de la piste menant au village de Ndiourour et l’axe Résidence Ndiouga Kébé- Touba Fall a été entamée d’autant que cet axe permettait de desservir Dianatou Marwane et le domicile de Béthio Thioune alors président de la communauté rurale de Touba.
Sur demande de Serigne Saliou, les études d’un vaste programme de voirie et d’hydraulique urbaine a été initié et mené dans la plus grande discrétion en même temps que les travaux de rénovation, extension et confortement de la grande mosquée.
En 2000 au moment du changement de régime politique et l’arrivée de Me Wade au pouvoir un appel d’offres portant sur la construction de la route Héliport-Touba Fall-Route Ndiouga Kébé et les axes Rue 28 –Ndiobène Taye et les 10 bretelles les reliant, avait été lancé auparavant par la défunte direction des Travaux publics (DTP) et le service régional des travaux publics de Diourbel (DRTP).
Le dépouillement de cet appel d’offres et le choix définitif des entreprises a coïncidé avec l’arrivée du nouveau pouvoir et la nomination de Mamadou seck (actuel président de l’assemblée nationale) comme ministres des infrastructures et la création de l’Agence autonome des travaux routiers (AATR la plus grande catastrophe du sénégal).
Devant les urgences et surtout pour mieux charmer les mourides, le dossier a été transféré à l’AATR et des lettres de commande envoyées aux entreprises choisies pour un démarrage immédiat des travaux.
C’est ainsi que de 2000 à 2002 la route qui part de l’héliport au palais inachevé de Ndiouga kébé a été aménagée ainsi que les routes de la rue Ndiobène Taye et la rue 28 y compris les 10 bretelles qui les relient.
A partir de 2002 et jusqu’en 2004, la pertinence des projets ci-dessus réalisés ont permis de convaincre les autorités sur l’impérieuse nécessité de poursuivre le vaste programme de modernisation de la ville de Touba. Qui plus est le khalife Serigne Saliou a montré le chemin et bne s’est pas fait prié ni aidé.
En Avril 2004, un projet de construction-réhabilitation-renforcement de 287,74 km de voirie lui a été remis à Djianatoul Mahwa par son conseiller spécial chargé des infrastructures.
En 2005 lors de son fabuleux discours précédent le grand magal de Touba il décide de mettre à disposition la somme de dix milliards à la disposition du projet . Retenez qu’il a commencé à rassembler cette somme depuis 1978 en vue de réaliser une grande œuvre en l’honneur de son père Serigne Touba khadimal Rassoul.
C’est à partir de cet instant précis que les renards de la République ont commencé à mettre en place leur plan diabolique.
Tout d’abord Abdoulaye wade a commencé à lui envoyé son directeur de cabinet de l’époque et actuel directeur de campagne pour récupérer la manne financière. Il a essuyé maintes refus jusqu’au jour où Serigne Saliou a pensé que Wade insiste juste pour bien faire d’autant qu’il faisait dire à son directeur de cabinet qu’il veut compléter le projet de Serigne Saliou par l’assainissement, l’éclairage public et le fameux canal du baol.
Tout ceci n’a été que commérage et affabulations !
Dans la lancée Wade a négocié avec le président chinois Hu Juntao lors de sa visite dans la même période dans ce pays pour amener à Touba une entreprise chinoise qui, après vérification est compétente dans la métallurgie (PPP). Un hélicoptère a été mis à leur disposition pour faire un état des lieux.
Malheureusement pour Wade, les intermédiaires qui n’étaient mus que par les commissions à eux payées ne se sont pas occupés de la concrétisation du projet une fois qu’ils ont encaissé les sommes. Y compris son fils Karim.
D’un autre côté des sénégalais bon teint qui n’était mus que par le gain facile ont pensé que c’était là une occasion à ne pas rater pour s’accaparer de l’argent du Khalife (ça a été le cas de Modibo Diop ex directeur de l’ASER aujourd’hui en prison pour malversations et détournements et d’un ingénieur de l’APIX).
Au même moment le khalife passait son temps à prier pour éviter à Touba le syndrome des chantiers de Thiès. Il n’était mal entouré et pas aidé. La communauté rurale de Touba était malheureusement entre les mains d’affairistes sans vergogne.
Un samedi, las de la pression venant du chef de l’état et ayant cru en sa sincérité, il a remis à Wade un chèque CBAO de 05 milliards de CFA à. D’autant que le directeur de cabinet de l’époque (aujourd’hui directeur de campagne) venait tous les samedis pour se rappeler aux bons souvenirs du Khalife.
Sept mois après, aucune activité n’a été notée à Touba et l’argent a miraculeusement disparu.
C’est un vendredi que Wade et sa bande de malfaiteurs ( le ministre de l’hydraulique aujourd’hui transhument, le ministre de l’équipement, le DG de la SENELEC, le directeur de l’AATR et bien d’autres ministres et directeurs nationaux…) se sont présentés à Touba.
Pour rappel c’est le jour où une bonne partie de la presse avait révélé que le Khalife avait exigé le remboursement de son argent à Wade. Et c’est aussi le jour où Wade a déclaré qu’il va mettre 100 milliards sur Touba à raison de 20 milliards par an durant 05 ans.
La semaine suivante (mercredi) le même Wade a remis aux envoyés du Khalife 03 ordres virement pour un montant total de 05 milliards. L’argent a été reversé dans le compte de Serigne Saliou ouvert sous le nom de Cheikh Ahmadou Bamba.
Trois semaines après, Serigne Saliou demanda au comité technique qu’il avait mis en place pour les travaux d’organiser des séances de prières et de récital du coran dans toute la ville avec restauration gratuite en vue du démarrage de ses travaux.
Le président Wade était ce jour là à Lisbonne à une réunion du G8 et dès qu’il fut averti par ses agents infiltrés de l’initiative de Serigne Saliou, il écourta son séjour portugais, arriva à Dakar vers 13h le samedi et ira par hélicoptère à Touba. Et malheureusement encore une fois pour Serigne Saliou, un meeting a été organisé à la place et des camions ont été garés ça et là pour faire croire à un démarrage imminent du chantier de 100 milliards.
Au même moment un simulacre de dossier de consultation d’entreprises a été monté par Ibrahima Ndiaye directeur général de l’AATR et a permis, sans appel d’offres de choisir Henan Chine (encore des chinois ! C’est bien après que de hautes autorités du pays ont des intérêts dans cette entreprise).
Le contrat fait à Henan Chine regorge de malversations, d’incohérences techniques ! Dès le démarrage des travaux par l’entreprise SOGEC (sous-traitant illégal de Henan Chine), d’énormes sommes d’argent ont été débloquées pour satisfaire les seigneurs ( le ministre des infrastructures qui a dit à tout le monde qu’il servait juste d’intermédiaire pour le Palais, le DG de l’AATR, le chef de projet de l’AATR etc…).
Le premier tronçon a été la route de Ngabou qui a englobé énormément d’argent sans respecter le minimum de normes techniques.
Serigne Saliou s’en alla le cœur gros …. Mais sûr qu’il allait se reposer auprès des saints et surtout auprès de son illustre père pour qui il a toujours voulu faire une grande œuvre (depuis 1978 !)
Que tout ces gens qui l’ont mené en bateau, se sont servis de lui dans de pareilles situations allaient le payer un jour ou l’autre sur terre avant de rejoindre l’au-delà !
Vint El hadji bara Mbacké comme Khalife général des mourides.
La première action de Wade a été de faire faire une fausse facture à l’AATR (décompte N°05) pour demander au Khalife de lui prêter 02 milliards parce qu’il n’arrivait plus à honorer les factures de Henan Chine.
Heureusement pour la communauté mouride et malheureusement pour le clan Wade, les 02 milliards lui ont été versés par ordre de virement en son nom. Il a encaissé la somme la veille de son fameux voyage à Téhéran !!!!
Diantre !!!!!
Nous ne pouvant pas trop nous épancher sur la période du khalifat de El Hadji Bara pour des raisons de décence !
Les grands travaux de Touba ne sont qu’une vaste entreprise de détournement et de blanchiment d’argent.
Nous n’en voulant pour preuves que les importantes sommes d’argent qui sont remis. Le ministre des infrastructures et le DG de l’AATR ont été les premiers à recevoir 500 millions des mains du DG de Henan Chine. A l’époque un sms circulait dans Touba pour dénoncer les faits relatés par un des membres de l’entreprise chinoise qui a pris peur surtout devant les assauts répétés du chef de projet AATR à qui ils ont construit une villa toute neuve.
Dans quel pays sommes-nous pour qu’il soit aussi facile de voler l’argent public.
Les relevés de compte bancaires de Henan Chine et les différents paiements faits à Henan Chine disponibles au niveau de la comptabilité de l’AGEROUTE illustrent parfaitement la vaste campagne de détournement qui a été orchestrée : des faux décomptes ,des décomptes qui ne reflètent pas les travaux réellement exécutés, des quantités fictives ...
A ce jour les travaux sont inachevés, incohérents et surtout très mal exécutés sans respect d’aucune norme technique.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image